Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2020 3 23 /09 /septembre /2020 16:16

Honoré Daumier

(Marseille, 1808 † Valmondois, 1879)

Les caricatures de Daumier, en particulier celles de la série Actualités publiée dans le Charivari, expriment une protestation sociale et politique. Le florilège qui suit, clin d’œil à la ville de Vichy qui doit beaucoup à Napoléon III qui mérite mieux que la place que lui réservaient les enseignants en histoire (résumée à un Coup d’état et à une défaite), est une invitation à rire de notre actualité avec cet immense caricaturiste qu’était Daumier. Heureux temps où le second degré avait droit de presse. À suivre…

« GRRRRAND DÉMÉNAGEMENT DU CONSTITUTIONNEL » (1846)

Estampe/Lithographie. Planche du Charivari du 8 juin 1846. N° de planche 244. Dim. :  435*267 mm. Bibl. : N° DR 1475 | N° LD 1475 | N° HD 459. Dans la planche, monogrammée h.D. en bd ; N° de la pierre 921. Sous le sujet, en bd Chez Aubert & Cie, Pl. de la Bourse, Imp. d'Aubert & Cie. Pliure verticale au centre habituelle (publiée en double page), pliure horizontale, épidermures.

Daumier Lithographie Grand déménagement Constitutionnel Le Charivar 1846

 

« Les moucherons politiques » (1850)

Estampe/Lithographie.

Daumier Lithographie Les Moucherons politiques Le Charivari 1850

Planche du Charivari du 3 juin 1850, série ACTUALITÉS. N° de planche 130.  Dim. : 214*279 mm. Bibl. : N° DR 2012 | N° LD 2012 | N° HD 2854. Dans la planche, monogrammée h.D. en bg ; N° de la pierre 175. Sous le sujet, en bd Chez Aubert & Cie, Pl. de la Bourse, Imp. d'Aubert & Cie. Déchirures sur les bords sans atteinte au sujet.

 

« Les Principaux Personnages de la Comédie qui se joue en ce moment aux Champs-Élysées » (1851)

Estampe/Lithographie. Planche du Charivari du 8 octobre 1851, série ACTUALITÉS [ou Ratapoil dans le rôle de Guignol]. N° de planche 222.  Dim. : 290*204 mm. Bibl. : N° DR 2156 | N° LD 2156 | N° HD 2913. Dans la planche, signée h. Daumier en bg ; N° de la pierre 319. Sous le sujet, en bd Chez Aubert & Cie, Pl. de la Bourse, 29 Paris ; Imp.de Ch.Trinocq, Cour des Miracles 9. Paris. Manque dans le coin supérieur gauche, Déchirures sur les bords sans atteinte au sujet.

Daumier Lithographie Les Principaux personnages... Comédie... aux Champs-Élysées Le Charivari 1851

 

« Un replâtrage » (1851)

« - Mon petit bonhomme, tu as beau démolir ! ... je vais replâtrer la même chose ! ... ». Estampe/Lithographie. Planche du Charivari du 14 janvier 1851 série ACTUALITÉS. N° de planche 66. Dim. : le sujet 208*274 mm. Bibl. : N° DR 2081 | N° LD 2081 | N° HD 2799. Dans la planche, monogrammée h.D. ; sous le sujet, en bg Chez Aubert & Cie. Pl.de la Bourse ,29 Paris ; en bd Imp.de Me. Ve. Aubert, 5, rue de l'Abbaye, Paris. N° de la pierre 250. Pliure verticale centrale d'usage.

Daumier Lithographie Un Replâtrage Le Charivari 1851

 

« Un Cauchemar d’un bon petit bourgeois de la Place St Georges » (1851)

« An 4 de la République ». [Représentant Adolphe Thiers] Estampe/Lithographie. Planche du Charivari du 16 janvier 1851, série ACTUALITÉS. N° de planche 52. Dim. : le sujet 251*200 mm. Bibl. : N° DR 2082 | N° LD 2082 | N° HD 2793. Dans la planche, monogrammée h.D. en bg ; N° de la pierre 249. Sous le sujet, en bg Chez Aubert & Cie, Pl. de la Bourse, 29 Paris ; en bdImp.de Me.Ve.Aubert, 5, rue de l'Abbaye, Paris.

Daumier Lithographie Un Cauchemar d'un bon petit bourgeois Le Charivari 1851

 

« Le conseil d'un crispin politique » (1851)

 

« Prince .... vous ne devez toucher à la Constitution qu'avec un gant relevé, | jusqu'au coude... je vous offre le mien ! ».

Daumier Lithographie Conseil d'un crispin politique Le Charivari 1851

Estampe/Lithographie. Planche du Charivari du 12 mai 1851 série ACTUALITÉS. N° de planche 115. Dim. : le sujet 226*250 mm. Bibl. : N° DR 2104 | N° LD 2104 | N° HD 2835. Dans la planche, monogrammée h.D. ; sous le sujet, en bg Chez Aubert & Cie. Pl.de la Bourse ,29 Paris ; en bd Imp.de Me. Ve. Aubert, 5, rue de l'Abbaye, Paris. N° de la pierre 273. Pliures centrales, verticale et horizontale.

 

« Un jour de revue » (1851)

« RATAPOIL ET SON ÉTAT-MAJOR. - Vive l’Empereur ! ».

Daumier Lithographie Un Jour de revue Le Charivari 1851

Estampe/Lithographie. RARE Planche du Charivari du 1er juillet 1851, série ACTUALITÉS. N° de planche 162. Dim. : le sujet 223*253 mm. Bibl. : N° DR 2123 | N° LD 2123 | N° HD 2875. Dans la planche, monogrammée h.D. en bg ; N° de la pierre 300. Sous le sujet, en bg Chez Aubert & Cie, Pl. de la Bourse, 29 Paris ; en bdImp.de Me.Ve.Aubert, 5, rue de l'Abbaye, Paris. Salissures. Le personnage de Ratapoil et son rôle de claqueur (terme qui remonterait à Néron) tenterait plus d’un de le rendre pleinement actuel.

 

 

 

« ŒDIPE » (1851)

« OEDIPE. | - Moi-même en le perçant, je sentis dans mon âme, | Tout vainqueur que j'étais.... vous frémissez madame ! ». Estampe/Lithographie. Planche du Charivari du 15 juillet 1851 série PHYSIONOMIES TRAGIQUES. N° de planche 10. Dim. : le sujet 283*207 mm. Bibl. : N° DR 2184 | N° LD 2184 | N° HD 2373. Dans la planche, monogrammée h.D. ; sous le sujet, en bg Chez Aubert & Cie. Pl.de la Bourse, 29 Paris ; en bd Imp.de Me. Ve. Aubert, 5, rue de l'Abbaye, Paris. N° de la pierre 264. Pliure verticale centrale.

Daumier Lithographie Œdipe Le Charivari 1851

 

« Nouveau joujou dédié par Ratapoil aux enfans des Décembristes » (1851)

 

Estampe/Lithographie.

Daumier Lithographie Nouveau joujou dédié par Ratapoil ... Le Charivari 1851

Planche du Charivari du 16 octobre 1851 série ACTUALITÉS N° de planche 226. Dim. : le sujet 227*256 mm. Bibl. : N° DR 2158 | N° LD 2158 | N° HD 2915. Dans la planche, signée h. Daumier en bg ; Sous le sujet, Chez Aubert & Cie. Pl.de la Bourse, 29 Paris ; en bd Imp.de Ch. Trinocq, Cour des Miracles 9, Paris. N° de la pierre 301. Pliure horizontale centrale.

« Ni l'un, ni l'autre ! »

Estampe/Lithographie. Planche du Charivari du 24 octobre 1851 série ACTUALITÉS N° de planche 225. Dim. : le sujet 280 mm x 211 mm. Bibl. : N° DR 2157 | N° LD 2157 | N° HD 2914. Dans la planche, signée h. Daumier en bg ; Sous le sujet, en bd Chez Aubert & Cie. Pl.de la Bourse, 29 Paris. en bd Imp.de Ch. Trinocq, Cour des Miracles 9 .Paris. Petites épidermures, pliure verticale centrale, manque coin supérieur gauche de la marge (1 cm env) sans atteinte au sujet.

Daumier Lithographie Ni l'un, ni l'autre Le Charivari 1851

À suivre… De nouvelles planches de notre collection, visible à la galerie, seront bientôt mises en ligne.

Voir l'album Estampes 19e Daumier.

Partager cet article

Repost0
4 avril 2019 4 04 /04 /avril /2019 14:55

SCP D. Oriot & H. Couleau

11 Place de l'Hôtel de ville, 03200 Vichy

Tél. : 04 70 98 32 82

 

Ventes Estampes Dessins & Tableaux

Anciens & Modernes

 

Le 13 avril 2019 à 14h30

 

Bellerive Sur Allier

Auberge Chez Mémère

Rue Claude Decloître (sur les berges de l'Allier)

03700

(Possibilité de restauration sur place le midi)

 

Visite sur place le Samedi matin de 9h 30 à 12h

 

Vente sur place & ONLINE

 

www.drouotonline.com

 

Expert : Hugues Brivet, 15 Square de la Source de l’Hôpital 03200 Vichy

Partager cet article

Repost0
4 avril 2019 4 04 /04 /avril /2019 14:26

SCP D. Oriot & H. Couleau

11 Place de l'Hôtel de ville, 03200 Vichy

Tél. : 04 70 98 32 82

 

Ventes Estampes Dessins & Tableaux

Anciens & Modernes

 

Le 13 avril 2019 à 14h30

 

Bellerive Sur Allier

Auberge Chez Mémère

Rue Claude Decloître (sur les berges de l'Allier)

03700

(Possibilité de restauration sur place le midi)

 

Visite sur place le Samedi matin de 9h 30 à 12h

 

Vente sur place & ONLINE

 

www.drouotonline.com

 

Expert : Hugues Brivet, 15 Square de la Source de l’Hôpital 03200 Vichy

Partager cet article

Repost0
25 mars 2019 1 25 /03 /mars /2019 08:08

Cité thermale dite « Reine des villes d’eau », Vichy est devenue capitale de l’État Français en 1940. Cet essai littéraire rend compte de « cette tragique aventure ». Pourquoi une « malédiction de mémoire » pèse-t-elle toujours sur la ville et ses habitants ?

Robert Liris, fut professeur d’histoire-géographie aux Lycées de Vichy de 1966 à 1997. Il a peu à peu pris conscience du mal être provoqué dans le département de l’Allier et le Bourbonnais par l’épithète infamante : « Gouvernement de Vichy ».

Une tradition architecturale et artistique propre aux charmes de la ville d’eau vouée au sport et à la santé, le fait d’une absence totale de monumentalité politique de Vichy-Capitale de l’État Français sous l’Occupation, permettent à la « Reine des villes d’eau » de s’être retournée, en majesté, à sa vocation première de cité thermale réputée et de station sportive internationale.

Vichy-Vertigo est un essai littéraire destiné à révéler que les épithètes de « Vichy Capitale » ou « Gouvernement de Vichy », voire « Régime de Vichy », du fond des mémoires enfouies, raniment le souvenir de l’antique et terrible damnatio mémorielle (malédiction de la mémoire). Comment, de Paris au reste de la France et du monde, les strates de l’histoire ont-elles élevé les hauts murs des labyrinthes d’une mémoire sourde imposée à Vichy ? Vichy, ville de guérison, ne fut pas une ville de garnison. L’écriture habite l’histoire mais, par la transmission citoyenne, c’est sa mémoire qui est toujours vivante. Interrogée par de nouvelles générations, l’histoire, mise au divan de Clio, voit sa narration enrichie par le questionnement des mémoires enfouies et latentes.

Le point de vue comparatiste de cet ouvrage à paraître au début de l’été 2019 est influencé par la vision des temps et des espaces multiples chers à Robert Liris qui est, à sa façon, un de ces explorateurs d’une très longue histoire mondialisée. Les épithètes héritées des vicissitudes de l’histoire, les discrédits nationaux, accablent encore une ville dont les attributs ont été et sont : la guérison, la beauté du corps et, pour l’avenir, une candidature à l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO, avec 10 autres stations thermales européennes afin d’obtenir le titre officiel de Great Spas of Europe.

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 08:17

Robert Liris, historien des mentalités, nous livre cette étude de l’iconographie macronienne.

Le président Macron[1] appuyé, comme un chanoine sur une miséricorde, tient une barre horizontale et semble avoir solidement pris place à l'arrière du navire amiral. Son espace politique est indiqué par deux drapeaux non déployés. Giscard se plaçait dans le blanc du drapeau pour s'envoler ; il n'en fut rien. Les deux pouces du président Macron sont appuyés, et ne sont pas divagants comme ceux de Trump qui les avance comme pour se protéger. Trump fait le double geste de l'empereur aux jeux du cirque politique, les pouces levés... il en rajoute tant il doute de lui.

Le président français, lui, fait face aux citoyens avec détermination. La forêt qui est derrière lui est un chemin de lumière ouvert, une canopée céleste ; et non la sombre forêt qui avance et menace le pouvoir de Macbeth. A sa droite, sur la table du pouvoir, un livre ouvert ; c'est à dire que l'ouvrage a quitté le chevet pour être sur le bureau. Il lit et consulte et nous dispense d'exposer des « tanneries que l'on nomme bibliothèques » (La Bruyère) pour faire le cultivé. Maitre du temps, une horloge à sa gauche, il est à l'ouvrage avant tous les autres fonctionnaires qui s'installent, eux, « les assis » (Rimbaud) vers 9h. Lui est à son bureau, sorte de gouvernail d'étambot, à 8h20, comme indiqué, en avance. On en a bien fini avec les 35 Heures. Mais, ce n’est pas l’heure de la lumière de la prise de vue ; « toute photographie est à la fois capture et catastrophe » (R. Barthes). Cela dit pour les intentions qui apparaissent dans l'image.

Je ne sais rien de celles qui envahissent sa conscience au cours de l'exercice du pouvoir ; son destin sera grandiose et tragique car il s'installe face à nous pour l'Histoire et ses vicissitudes. Comme si tout était joué, fatum est (Anankè[2]), il esquive la banalité d’une vision quotidienne : il joue son rôle en majesté. J'aime ceci et redoute cela.

Robert Liris, pour Hugues Brivet, ce 7 juillet 2017.

Nota : Lecture par Paule Thioulouse & Robert Liris d’extraits du récent ouvrage de poésie « Un Bruit Majeur » de ce dernier (Ed. Le Nouvel Athanor). Au château d’Effiat (près Aigueperse, Puy-de-Dôme) le 21 juillet à 17h (Entrée libre, réservation souhaitable auprès de galerie.habeo(at)gmail.com) (at)=@.

 

[1] Il porte le nom antique d’un préfet du prétoire qui aurait étouffé l’empereur Tibère avec un oreiller.

[2] Concept et personnification de la destinée et de la nécessité, Anankè est également le nom d’un satellite de Jupiter.

Ancien Vice-Président de l’International Psychohistorical Association (New York), Robert Louis Liris, est l’auteur de nombreux ouvrages d’histoire, de poésie et de critique d’art. Lire également :

« De la grotte première à la crèche chrétienne » sur notre blog.

« L'Ordinaire de Vichy en 1940-1942 » sur notre blog.

« Images et Psychohistoire » sur notre blog.

« Une approche de la Psychohistoire ? » sur notre blog.

« Objet d'Histoire 1 Union Européenne et Finance » sur notre blog.

 

Toute utilisation de ce texte est libre sous réserve du respect des CGU, à savoir mention de la source soit par lien soit avec l'indication © Robert Liris & blog d'Alceste

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 10:30

Henri Lauras voulait devenir architecte, il est devenu ingénieur. Il a participé à la conception d’avions militaires puis a bifurqué dès le début des années 1990 vers les ventes d’avions dans le monde entier ; activité qu’il poursuit. Ses créations numériques (parfois jusqu'à 300 photos réunies sur un seul montage) témoignent de ses séjours ou de ses passions pour l'architecture, la littérature et la photographie.

Air Force Shelter Création numérique d'Henri Lauras Photographie argentique sur papier tirée sur alu

Son passé technique, sa passion de l’architecture ressurgissent dans la maîtrise des outils complexes de traitement de l’image qu’il utilise pour créer des œuvres numériques qui nous transportent dans l’espace où on est (naît), dans le temps qu’il fait ou qui passe, dans l’imaginaire rêvé.

Sa passion des langues (il parle couramment anglais, allemand, avec des bases solides de russe, de turc et d’italien) s’est figé sur la langue française qu’il cultive par atavisme (Henri Lauras est le petit-fils d’Henri Pourrat, prix Goncourt 1941). Il puise dans notre langue les expressions courantes, les onomatopées, les contrepèteries et les charades qu’il illustre avec un humour parfois décalé.

Tirer à la courte paille Série Expression expresse Création numérique d'Henri Lauras Photographie argentique tirée sur papier

Les formats travaillés par Henri Lauras sont variés et peuvent atteindre la taille de 2m par 3m. Une photo peut être réalisée avec jusqu’à 300 clichés déformés, remaniés, fondus, affinés ou mis en transparence, aux fins de suggérer l’atmosphère ou l’ambiance et de créer les perspectives qui nous emportent.

DNA Shopping Création numérique d'Henri Lauras. Photographie argentique sur papier tirée sur alu

Pour sa première exposition, Henri Lauras présente 78 œuvres sur plus de 500 réalisées à ce jour dont certaines photos ont nécessité jusqu’à 5 semaines de travail. On peut se demander où Henri Lauras trouve le temps ; ces créations émanent des longues heures passées dans les avions, du gain des heures perdues dans les décalages horaires ou dans les longues nuits d’insomnie.

Les tirages sont réalisés par le laboratoire Central Dupon, un des tous meilleurs labos au monde, dont la qualité du travail et du rendu sur les papiers les plus adaptés n’est plus à démontrer.

Les ventes se font au château d’Effiat pendant l’exposition, ou à la Galerie hAbEO en permanence.

Quelques photos sont téléchargeables sur le site de la galerie hAbEO pour usage dans la presse et sur internet.

 

Galerie hAbEO

15 Square de la Source de l’Hôpital – 03200 Vichy (Allier, Auvergne, France)

Courriel : Galerie.habeo@gmail.com Blog : http://alceste.over-blog.com/

 

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 12:13

Une très archaïque histoire de famille !

 

La grotte du puits de Lascaux ou la nativité première.

 

Il y a 18 000 ans, à Lascaux, en un lieu caché et souterrain, en partie inaccessible, la paroi de la grotte fut décorée d’une scène qui n’est pas en toute apparence familière et pourtant ! Était-ce la première crèche représentant une nativité humaine ?

Comment est-on passé de la grotte à la crèche en plusieurs millénaires pour mettre en scène l’apparition d’un petit homme- dieu ?

Pourquoi et comment avoir associé une grotte à la crèche de la nativité ? Jésus ne serait-il pas né selon les dernières hypothèses chez des voisins accueillants, ce qui n’enlève rien à sa nature divine ? Si Dieu est un créateur, l’homme, sa particule incarnée, apporte au mystère sa part de rêve avec le matériel domestique qu’il a à sa disposition : grotte, crèche, animaux, étoiles ; Il convoque même ses savants les plus réputés : des astrologues orientaux, les rois mages et leurs cadeaux symboliques.

Le mytho gramme de Lascaux ne nous livre pas son récit : il l’imagine au sens de faiseur d’images. Ces dernières sont statiques et ne sont pas caractérisées par une recherche de mouvements. La peinture, accompagnée de signes abstraits  (« sans paroles ») représente deux grands animaux, un petit homme à tête d’oiseau, ithyphallique : il s’agit donc d’un petit être masculin dominé par un bison et un rhinocéros dont la corne passe pour être aphrodisiaque (cela est dû à la forme de la corne assimilée au sexe masculin en érection du rhinocéros laineux – valence masculine - et cette croyance a perduré chez les descendants de Cro-Magnon.). La présence d’un propulseur ou bâton de pouvoir à tête d’oiseau, bien au centre, montre l’importance de la présence de l’oiseau dans le mytho gramme. La crèche, en son sommet, portera une colombe car à l’avènement de Jésus nous sommes dans le trinitaire divin : le père, le fils, le Saint-Esprit (colombe).

Le Bison a une valence femelle (Leroy Gourhan). Il est pénétré pour être fécondé et laisse échapper, non ses entrailles après avoir été blessé à la chasse, mais un placenta. Le culte placentaire est un culte préhistorique qui a perduré dans des sociétés exotiques dites premières.

Des auteurs ont interprété la présence des deux grands animaux comme le couple primitif qui aurait donné naissance à l’enfant. La femme n’est pas représentée sur le mytho gramme.  (Elle le sera, ô combien asexuée, mais paradoxalement féconde dans la crèche-grotte christianisée). Sur d’autres peintures ou plus particulièrement sur une sculpture paléolithique, (32.000 ans B.C.) la représentation d’un homme lion fait songer à un métissage homme/animal.

 

Dans la conception du petit d’homme la barrière d’espèce n’aurait pas existé dans l’imaginaire du temps des grandes chasses. L’étude des cultures des Bochimans de si lointaine tradition orale évoque la possibilité que les hommes puissent devenir des animaux et ces derniers revenir à la condition humaine. À l’aurore des jours humains tout semble provenir du temps du rêve.

 

La grotte de Bethléem

C’est au IIIe siècle ap. J.C. que l’on constate la vénération d’un lieu de la nativité dans un espace grotte-crèche. L’argument du manque de place ne convainc pas. La tradition est tardive. Pour s’édifier, une légende a besoin de l’accumulation de récits dont les éléments les plus attrayants seuls vont se stratifier et se transmettre non sans embellissements mais dans un cadre fixé aux origines du mythe ; à savoir une grotte-crèche où les hommes tiennent infiniment moins de place que les grands animaux. Dans toutes les cultures l’esprit religieux se manifeste en construisant une histoire logique et procède par montage et emprunts. Il s’agit d’une défense contre le mystère d’être et de mourir. « Le va et vient du mourir naître ! »

 

La grotte, éternel retour du Paradis perdu.

La sensibilité au XIIIe siècle de St. François d’Assise est proche des frères inférieurs. Les animaux, les oiseaux auquel il prétend s’adresser, vont entourer l’espace de la grotte-crèche. En 1223 il invente une scénographie de la nativité dans une grotte-crèche avec Jésus enfant, la Vierge, Saint Joseph, des mages, des bergers. Les grands animaux ont disparu au profit d’animaux plus petits, domestiqués et asexués, réduits au rôle d’animaux favoris ; ils ont perdu leur majesté sauvage et leur rôle concepteur supposé. Ils sont humbles et soumis. La crèche-grotte devient un modèle réduit à taille humaine. L’archétype de la grotte primordiale subsiste et traverse le temps et va s’humaniser à hauteur d’homme.

Exemple : Mosaïque de la Nativité (Santa Maria, Trastevere. Rome) par Pietro Cavallini (1250 1344). Matériel symbolique : une grotte, un âne et un bœuf qui veillent sur un enfant emmailloté. Les deux animaux domestiques ne sont pas sexués comme à Lascaux et de taille modeste. L’enfant paraît aussi grand que personnages et animaux. Au sommet de la grotte une étoile diffuse une lueur. Des anges parlent avec un berger. Au pied de la grotte un petit pâtre joue de la flûte. Un personnage nouveau : St. Joseph, compagnon de la vierge, pensif sur son rôle !

Un texte cohérent du récit de la nativité, dépourvu d’ajouts et de remaniements est introuvable. Il faut supposer que des traditions fortes anciennes ont rapporté la naissance d’un enfant mystérieux venu des étoiles.  (Notre ADN ne vient-il pas de l’infini de l’espace ?) L’étoile est présente dans tout récit de la nativité. Elle guide des astrologues (les rois mages) jusqu’au lieu de la nativité.

Superman parvenu enfant des espaces célestes, est le héros par excellence, celui qui prend la défense des opprimés alors qu’il est toujours traité comme un étranger sur notre planète. Il est le messie venu de l’espace pour nous sauver. Superman est l’incarnation de la protection divine à laquelle se réfère souvent la culture américaine. Dans Superman, le personnage principal provient, enfant, dans un petit berceau-vaisseau spatial en cristal, d'une planète plus évoluée (Krypton). De plus, l'envoi du bébé dans un vaisseau spatial est similaire à la mise dans un berceau de Moïse qui est ensuite confié aux eaux. Superman est la version moderne de l’enfant venu des eaux dans un berceau. En dehors de ce récit spatial modernisé par la science-fiction américaine, il n’en reste pas moins que le mystère de la conception par une femme d’un enfant-dieu est un bouleversement total. Dans la grotte préhistorique de Lascaux deux grands animaux sont auprès du petit homme nu. La mère humaine est absente ainsi que le père concepteur. Paternité et maternité sont assurées par les grands animaux. Le mytho gramme d’une conception et d’une nativité est esquissé à Lascaux. (Voir ill. 1) La pénétration vulvaire du bison femelle est indiquée à droite et ce ne sont pas les entrailles qui sont perdues par une blessure de chasse mais une figuration du culte placentaire préhistorique.

Les mises en scène de la venue d’un enfant sauveur empruntent leur matériel symbolique, à la terre, à l’eau, à l’espace, au ciel (la cigogne) et même à la forêt profonde qui abrite des loups nourriciers de l’enfant sauvage.

La crèche (grotte) est une construction historique culturelle qui traverse aussi bien l’animisme que le christianisme. La crèche ne ramène par un enfant-dieu avec elle là où on l’installe. C’est une affaire d’homme et d’enfant, un attendrissement sur notre  si humain devenir-avenir. Deux augures ne peuvent se regarder sans rire écrivit Cicéron. Qui aujourd’hui prend la crèche au sérieux, sinon quelques sacristains laïques intolérants au pouvoir incertain ?

10 novembre 2016, pour H. Brivet                                                                                                        © Robert Liris

Partager cet article

Repost0
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 17:11
Les Faïences de Roanne à Marcigny

Au coeur du Brionnais roman, près de la Loire, le musée de la Tour du Moulin à Marcigny vous propose de découvrir les Faïences de Roanne du 2 juillet au 1er novembre 2015.

Plus de renseignements :

Tél. : 03 85 25 37 05

Site : www.tour-du-moulin.com

La cité bourguignonne accueille également :

La Maison d'Art Bourgogne du Sud et les sculptures de Susan Geel et de Eberhard Linke ;

Le Centre d'Art Contemporain Frank Popper ;

Le Musée de la Voiture à Cheval.

Partager cet article

Repost0
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 09:18

L’Université Indépendante de Vichy propose une séance d’actualité à la veille des élections européennes. En effet, les origines de l’identité européenne seront au cœur de la prochaine séance lacée sous le double signe de l’histoire et de l’archéologie.

Une autre actualité à laquelle les participants se seront volontiers dispensés : la Serbie. Car c’est sur les bords du Danube que nous entraineront Vesna Pesic, Robert Liris et Madeleine Sabaté.

Liris-recherche-d-une-identite-europeenne-couv-1Fille du professeur Radivoje Pesic, Vesna Pesic dirige la maison d’édition Pesic & Sinovi à Belgrade avec au catalogue, en particulier, deux ouvrages de Robert Liris, Consul honoraire de Serbie et psychohistorien : « À la recherche de l’identité européenne », « L'Ordinaire de Vichy 1940-1942 » ; L’ancien Président des Amis de Glozel, auteur d’un récent opuscule édité lors d’une exposition consacrée au 90 ans de la découverte de Glozel présentée à la Galerie hAbEO (15 Square de la Source de l’Hôpital à Vichy) sera accompagné par Madeleine Sabaté.

Jeudi 22 mai 2014 à 18h15

Université Indépendante de Vichy

18 rue du Quatre Septembre 03200 VICHY

liris-vesna-vichy-140522

Partager cet article

Repost0
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 07:37

Ce soir, à la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand, Christine Chaze présentera une approche littéraire et artistique des Caprices de Goya.

Francisco de Goya était un portraitiste réputé quand il ressentit le besoin de donner libre cours à son imagination, sans se plier aux contraintes de la peinture de commande. Il réalisa de nombreux dessins qui sont comme les pages d’un journal intime. Puis il se lança dans la composition d’une série de gravures, qu’il intitula les Caprices. La mise en vente de cette collection  fut annoncée dans le Diario de Madrid du 6 février 1799. Le lecteur est informé que l’artiste se propose de « censurer les erreurs et les vices humains, même  si cet objectif est propre à l’éloquence ou à la poésie ».  Or,   chaque image est accompagnée d’un texte : une courte  phrase en castillan, très concise et très élaborée. Parfois cette légende illustre,  explicite le contenu de l’image. Mais souvent, elle désoriente, elle égare, elle laisse le lecteur perplexe car elle offre plusieurs niveaux de compréhension. Chaque Caprice  se regarde et se lit ; il s’interprète par un va-et-vient entre l’image et le texte.

L’analyse de ces petites phrases nous aidera peut-être à percer le mystère  des Caprices.

 

Le 18 février 2014, à 20h30

Faculté des Lettres
Boulevard Gergovia, 63000 Clermont-Ferrand

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Blog d'HABEO Art et Estampes
  • : Flâneries littéraires, artistiques et autres errances auprès des artistes peintres et graveurs de 1830 à 1930, et, de quelques coups de coeur contemporains
  • Contact

En visite avec alceste

Il y a actuellement    promeneur(s) sur ce blog

Estamp'Art

Le catalogue en ligne de la Galerie hAbEO

logo Cliquez sur l'image pour le consulter et passer vos ordres d'achat de gravures, dessins, peintures ou livres.

Contacts

Vous souhaitez

SIGNALER un artiste, une oeuvre, une erreur
, cliquez ici.

VOUS RENSEIGNER sur un artiste, une oeuvre, cliquez ici.

VENDRE ou ACHETER une oeuvre, cliquez ici.

SUIVRE notre actualité avec Follow hjb03 on Twitter

Côte d'Artistes

artprice