Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2020 5 18 /09 /septembre /2020 13:33

Maurice Vaumousse

Biographie

 Maurice Vaumousse (Paris, 30 octobre 1876 Saint-Aubin-Épinay, 25 novembre 1961) apprend, très jeune la musique, et suit les cours de l’école des Beaux-Arts de Rouen avant de devenir un des premiers élèves de l’Académie libre du peintre rouennais Joseph Delattre (1858 1912) dont il deviendra l’ami. Violoniste dès 1901 au Théâtre de Rouen, il participe aux saisons estivales de Berck et Dunkerque où il fait connaissance du chef d’orchestre du Casino de Vichy qui l’embauche à partir de 1906. Vaumousse y joue jusqu’en 1914 avec pour chef Philippe Gaubert (Cahors, 5 juillet 1879 Paris, 8 juillet 1941), Paul Paray (Le Tréport (Seine-Inférieure), 24 mai 1886 Monte-Carlo, 10 octobre 1979) …

En 1906, il participe pour la première fois au Salon des Artistes Rouennais.

Mobilisé en 1914, il ne reprend ses activités de violoniste et peintre qu’en 1919.

Tous les étés, il joue à Vichy où il est surpris par la guerre en 1939. Il y demeure jusqu’en 1942, année de son retour à Rouen.

Durant cette période, de 1919 à 1939, le peintre Vaumousse expose tous les ans au Salon des Artistes Rouennais et dans des diverses galeries (Galerie Moderne (Rouen, 1921), Galerie de Lille (à partir de 1922), Galerie Simonson (Paris, 1925), Galerie Sélection (Rouen, dès 1925) ainsi qu’aux Indépendants à partir de 1928. 

Musée : Paris (Musée du Luxembourg).

Bibl. : Bénézit, p.74 ; Charles Kunstler in Le Figaro Artistique de mai 1928 ; Schurr, t. IV.

Essai d’un catalogue des œuvres sur l’Auvergne et le Bourbonnais

  1. « Rue de la Tour Vichy ». Dessin au crayon sur papier, sbd, annoté au crayon au verso hd « Rue de la Tour | Vichy » ; Dim. : 111*118 mm. 

     

  2. « Tour de l’Horloge [Vichy] ». Dessin au crayon sur papier (format portrait ; Dim. : 155*108 mm), sbg, au verso dessin au crayon représentant un pâté de maisons (format paysage), ns, annoté au stylo bille sur le bord droit « Allier Billy tour Horloge ». 
     
  3. « Vichy Les Jacquets ». Dessin au crayon de couleurs et aquarelle sur papier, sbd, annoté au stylo bille au verso hd « Les Jacquets | Vichy | Allier » (sur cette même face, esquisse au crayon d’une « Façade de maison ») ; Dim. : 130*184 mm.
    .
  4. « L'Allier à Vichy ». Huile sur toile (infime manque), signée en bas à droite, située au dos, 60x81 cm. Enchère : Estimation 700 / 900 € chez SVV Rossini le 25 juin 2019.
  5. « Billy sur Allier ». Dessin au crayon de couleurs sur papier, sbd, (Dim. : 124*145 mm ; contrecollé sur papier annoté au stylo bille au verso au centre haut « Billy sur Allier », Dim. : 135*169 mm). 

     

  6. « St Rémy en Rollat ». Dessin au crayon de couleurs sur papier, sbd, annoté au l’encre noire au verso en bd « St Rémy en Rollat | Allier » avec une esquisse à l’encre et au crayon représentant un « Viel homme de dos marchant appuyé sur une canne à main droite » ; Dim. : 86*129 mm. 

     

  7. « Un avion à Vichy en 1940 ». Dessin au crayon de couleurs sur papier, sbd, annoté au stylo bille bleu au verso au centre haut « Vichy 1940 » et d’un envoi ajouté à l’encre noire « Souvenir pour Monsieur l’Abbé | Claudius Tixier | Juin 1973 » ; Dim. : 132*206 mm. 

     

  8. « La campagne Bourbonnaise en été ». Dessin à l’aquarelle sur un carton d’invitation pour son exposition à la Galerie Legrip, Place Saint-Amand à Rouen, sbg, annoté au stylo bille rouge au verso hd « La campagne Bourbonnaise | en été | Aquarelle | Allier » ; Dim. : 102*136 mm.
    .
  9. « Bellerive sur Allier ». Dessin au crayon sur papier, sbd à l’encre rouge, annoté au stylo à l’encre bleue au verso en bd « Bellerive s/ Allier », au centre « Bonne année pour 1968 », en bg au stylo à l’encre rouge « un dessin » ; Dim. : 117*77 mm.
    .
  10. « Place à Cusset ». Dessin au crayon sur carton épais, sbd à l’encre, annoté au stylo au verso en haut au centre « Place à Cusset | Allier » ; Dim. : 122*111 mm.
    .
  11. « Cusset L’église ». Dessin au crayon sur carton fort, au crayon shg et situé en hd, annoté au verso au stylo à l’encre rouge « Chers Amis | Meilleure santé | affectueuses pensées | M Vaumousse » ; Dim. : 148*106 mm. 

     

  12. « Abrest Le pont ». Dessin au crayon sur une feuille de carnet, sbd, situé et daté en bg « abrest (6 mai) » ; enrichi au verso d’un second dessin représentant une femme allongée sur un lit avec un plateau repas situé et daté en bd « Vichy 1925 » et titré en hg « Monsieur est parti peindre » ; Dim. : 110*150 mm. 

     

  13. « Abrest L’église ». Dessin au crayon de couleurs sur une feuille de carnet, sbg au crayon, situé et contresigné en bg à l’encre « Abrest – Vichy | Vaumousse » ; enrichi au verso d’une carte de l’Europe avec des positions militaires ; Dim. : 215*172 mm. 

     

  14. « Abrest Château ». Dessin au crayon de couleurs sur une feuille de carnet, sbg au crayon ; au verso deux annotations d’écritures différentes, en haut à gauche « ABREST ( ?) CHÂTEAU » en dessous au centre « Environs de Vichy » ; Dim. : 106*158 mm.  [Château des Chaussins].

     

  15. « Chateldon Auvergne ». Dessin au crayon sur papier, sbg au stylo bille rouge ; au verso annoté à l’encre bleue, en haut à gauche « Chateldon | Auvergne » ; Dim. : 130*119 mm. 

     

  16. « Chateldon Puy-de-Dôme ». Dessin au crayon sur papier fort, au crayon titré en bg« Chateldon | Puy-de-Dôme » et signé en bd ; Dim. : 100*108 mm. 

     

  17. « Ferme à Vichy Lafour » Huile sur toile, signée en bas à droite, (350*505 mm). Enchère : à Rouen chez Cheroyan (Estimation 800/1 000 €)[1] .
  18. « Village de l'Allier ». Huile sur carton, (235*140 mm). Enchère : à Rouen chez Cheroyan (Estimation 100/150 €).
  19. « Le soir a Vichy ». Huile sur carton (155*220 mm) signée. Enchère : 180€ à Paris le 5 mars 2009 chez Rossini.
  20. « Bord de l'Allier près de Vichy ». Huile sur carton (14*22 cm) signée. Enchère : 140€ à Évreux le 23 avril 2006.
  21. (1941) « Vue du vieux Vichy ». Aquarelle et plume, Sbd, titrée et dédicacée au dos. 395*315 mm. Enchère : Estimation 100 / 150 € chez SVV Wemaere - de Beaupuis - Denesle Encheres Sarl, Rouen, le 20 mars 2016.
 

[1] Hôtel des Ventes de la Seine 40 Rue Victor Hugo 76000 Rouen

Cet article est une compilation de notices incluses dans un ouvrage entrepris lors du « confinement » : Essai d’un Dictionnaire des Artistes et Peintures en Livradois Forez, et, de la mise à jour de notre Essai d’un catalogue iconographique de Vichy 1800 - 1939. Toute référence à cette publication est libre SOUS CONDITION de la mention

© hughes brivet – alcesteart.com. 

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2020 3 16 /09 /septembre /2020 22:14

Le château de Châteldon vu par les peintres

À la limite du Bourbonnais, situé dans le Puy-de-Dôme, Châteldon a été prisée par les artistes du 19e siècle et du début du 20e. Nous avons recensé, à ce jour, quarante-cinq œuvres sur la ville[1] ; non comprises les nombreuses vues des environs : Gironde, Gravenoire, Lachaux, La Roche, Montpeyroux, Ris, Tapon, le Vauziron ... Les sujets représentés sont majoritairement des vues diverses (dix-huit), des rues (douze), des bâtiments ou monuments (huit). À noter, une seule scène de genre rustique montrant une « Bergère fileuse à Châteldon ». En l’état, les vues de l’Établissement thermal et du château ne représentent que dix pour cent de cette production iconographique. Construction du XIIe siècle, inscrit au titre des monuments historiques (1926), le château a été acquis en 1933 par Pierre Laval[2] (Châteldon, 28 juin 1883 † Fresnes (Seine), 15 octobre 1945) et appartient[3] actuellement à la Fondation Josée-et-René-de-Chambrun.

Paul Devaux Bois Le Château de Châteldon
  1. (1879) « Château de Châteldon ». Dessin de Henri Rouart. (4ème Exposition impressionniste[4] (1879), 28 avenue de l'Opéra à Paris, n°217). Élève de Corot et de Millet, ami d’Edgar Degas, polytechnicien, mécène, Stanislas-Henri Rouart (Paris, 1833 † 2 janvier 1912) participe à sept des huit expositions du groupe impressionniste. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (67e division) à Paris.
  2. (1885) « Le château de Châteldon (Puy-de-Dôme) ; vue prise du ravin de Gironde ». Peinture de Bellel (SAF, n°192). Élève du peintre et lithographe Pierre Justin Ouvrié, dit Justin Ouvrié (1806 † 1879), ami de Prosper Marilhat dont il a interprété trois œuvres orientalistes, Jean Joseph François Bellel (Paris, 28 janvier 1816 1898) expose au Salon de 1836 à 1890. En 1840, il y présente ses premiers paysages auvergnats[5]. Médaillé de 1ère Classe en 1848, il est reçu chevalier de la Légion d’Honneur en 1860. Le 19 mars 1892, Bellel met en vente à Drouot[6] sous le marteau de Me Léon Tual cent trente tableaux et fusains. Bibl. : Bellier, vol. 1, p. 66 ; HBNIII ; NCAUV ; Vitoux88, p. 183-186.
  3. (sd <1887) « Châteldon, château, fenêtre ». Crayon sur papier contrecollé en plein, élément d’un album composé de 65 feuillets comportant plusieurs croquis, études et relevés par l’architecte Victor-Marie-Charles Ruprich-Robert (Paris, 1820 † Cannes, 1887), dim. : 140*151 mm ; Inscriptions au crayon : en hd Chateldon château Puy de Dôme, en bm Fenêtre. Coll. Musée d’Orsay à Paris suite Don de la famille en 1981.
  4. (sd) « Château de Châteldon ». Bois en coul. par Paul Devaux (Vesse[7], 28 mai 1894 Vichy, 25 mars 1949). Monogrammé dans la planche en bd, au crayon sous le TC titré à g & contresigné à d. Dim. : au TC (coins arrondis) 170*131 mm. Coll. Alain Devaux.
  5. (1934) « Châteldon (Puy-de-Dôme), demeure de M. le Président P. L. » [demeure de M. le Président Pierre Laval],
    J. Sel Dessin Caricature de Pierre Laval (années 1930) Coll. habeo
    peinture de Marguerite Nectaire-Phelip présentée sous le n°1825, et indiquant son domicile : 25, rue Jean Dolent à Paris. Native d’Orcet, Mme Marguerite Nectaire-Phelip expose au Salon des Artistes Français.

 


[1] Soit près de neuf pour cent des 524 œuvres inscrites à notre Essai d’un catalogue iconographique du Livradois Forez.

[2] Ci-joint un des portraits charges de Laval dessinés par Jean Périssel dit J. Sel (Vichy, 6 mars 1917 Cannes, 28 juillet 1989), fils de Léon Périssel propriétaire du Fidéle Berger à Vichy (angle de la rue Wilson et de la rue Sornin) réalisa plusieurs dessins humoristiques alors qu’il était carabin dans les années 30 jusqu’à la fin de la guerre. Il exerça ensuite la profession de médecin rhumatologue, d’abord à Vichy puis à l’Alpe d’Huez, sans cesser toutefois de peindre ; sa fille Jeanne, également médecin, précise qu’il signait alors « LESIRE » soit Perissel en verlan sans le P. Coll. Hughes brivet habeo alcesteart.com

[3] Reconnue d’utilité publique le 19 octobre 1959, elle possède également à Châteldon la Maison Sergentale et l’ancienne pharmacie.

[4] Lors de cette exposition, Rouart présente cinq autres vues d’Auvergne : « Royat dans son nid » (Peinture, n°206), « Château de Tour-Noël [sic] » (Dessin, n°214), « Royat » (Dessin, n°215), « Châteldon ». (Dessin, n°216), « Thiers » (Dessin, n°218)

[5] À ce jour, notre catalogue Bellel compte quarante-neuf numéros, de 1840 à 1898, en rapport avec Châteldon et ses environs.

[6] Catalogue sur GALLICA.

[7] Ancien nom de la commune de Bellerive-sur-Allier, près Vichy.

Cet article est une compilation de notices incluses dans un ouvrage entrepris lors du « confinement » : Essai d’un Dictionnaire des Artistes et Peintures en Livradois Forez. Toute référence à cette publication est libre SOUS CONDITION de la mention © hughes brivet – alcesteart.com. SI VOUS POSSEDEZ DES ŒUVRES SUR LA REGION DE THIERS – AMBERT ou D’ARTISTES ORIGINAIRES OU AYANT VECU DANS CETTE REGION, MERCI DE NOUS CONTACTER.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2020 2 08 /09 /septembre /2020 14:28

Originaire du Nord, élève des Arts Décoratifs à Paris, Jean-Gabriel Seruzier (Landrecies (Nord) 14 décembre 1905 † 1994) dit « la Séruze » publie ses premiers dessins caricatures) dans la revue Aéro-Sports et collabore avec Le Petit Journal, Le Quotidien, Le Carnet de la Semaine, La Presse où il devient chef du service photographique avant d’intégrer, en 1929, Détective. On retrouve Seruzier à Vichy, en 1940, lors du lancement du journal Compagnons. Résidant à ’Ebreuil, il rejoint la Résistance dans le groupe Rousseau dirigé par le général Colliou et reprend du service comme correspondant de guerre. En 1957, alors qu’il « n’avait pas touché un pinceau depuis 1939 » après avoir été médaillé d’Argent du Salon International des Arts et Techniques à Paris en 1937, il se remet à la peinture. Avec bonheur, puisqu’il est Grand Finaliste du Salon International de Deauville l’année suivante (1958).

Bibl. : DicoSolo, p. 791 ;  André Udry, « Jean-Gabriel Seruzier peintre et reporter-photographe » in Rayons, 1986, n°60, p. 33-37 (Reprise d’un article publié en 1966 dans La Montagne.

Florilège issu de cartes de vœux enrichies d’un envoi à [l’écrivain Jacqueline Débordes (Vichy, 15 juillet 1921 † Vichy, 19 septembre 2010)]. Dim. : environ 16*12 cm chaque.

Jean Gabriel Séruzier Exposition à Chouvigny (1978)

  

Jean-Gabriel Séruzier Exposition à Landrecies (1977)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Gabriel Séruzier Exposition au château de Veauce (1980)

 

Scènes quotidiennes dans la campagne bourbonnaise

Jean-Gabriel Séruzier Lavandières

  

Jean-Gabriel Séruzier Lavandière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Gabriel Séruzier Discussion au marché

  

Jean-Gabriel Séruzier Vieille marchande de pommes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Métiers de la campagne bourbonnaise

Jean-Gabriel Séruzier Sabotier bourbonnais

 

Jean-Gabriel Séruzier Paysan et paire de bœufs attelés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Gabriel Séruzier Marché bourbonnais aux bestiaux

 

Les loisirs

Jean-Gabriel Séruzier Jeune vielleuse bourbonnaise

  

Jean-Gabriel Séruzier Bourrée bourbonnaise au son de l'accordéon

 

En Auvergne

Jean-Gabriel Séruzier Gardienne de chèvre fabricant un chapelet

  

Jean-Gabriel Séruzier Papetiers

 

Cet article est extrait de notre Essai d’un Dictionnaire des Artistes et Peintures en Bourbonnais. Toute référence à cette publication est libre SOUS CONDITION de la mention © hughes brivet – alcesteart.com.

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2020 4 03 /09 /septembre /2020 09:22

Maurice Utrillo (Paris, 26 décembre 1883 † Dax, 5 novembre 1955) est venu plusieurs fois en Auvergne à Néronde près de Courpière (Puy-de-Dôme) invité par le critique Gustave Coquiot (1865 † 1926) et son épouse Anaïs-Marie Bétant dite Mauricia de Thiers (Thiers (Puy-de-Dôme), 20 juin 1880 † Othis (Seine-et-Marne), 14 septembre 1964) qui y possédaient un manoir[1] où le couple recevait, l’été, leurs amis écrivains et peintres dont Henry Epstein (Łódź, 1891 ou 1892 † 1944), André Utter (1886 † 1948), Suzanne Valadon (1865 † 1938) ...

Utrillo à Vichy en compagnie de Mauricia de Thiers (à sa droite) Photo Roger Viollet

Quelques œuvres peintes par Maurice Utrillo témoignent de ses séjours :

« Pavillon Sévigné ». (1934) Hst sur toile datée. Hist. : Exposée à la Galerie Charpentier à Paris en 1959 sous le n°92 « Cent tableaux par Utrillo ».

« L’Église de Néronde ». Peinture.

« Le château de Néronde en Auvergne ». Hst, 457* 609 mm, qui est apparue sur le marché de l’art à Budapest.

« Chateau de Néronde (Auvergne) ». Gouache, signée et titrée, c. 1936-37, 485*630 mm. Estimée à $19,000 (Drawing Society, 1979, Vol. 1, S-35, n°452).

« La Chapelle romane de Murat (Cantal) ». Hst, Sdbd, « Maurice, Utrillo, V, 1936 », située en bg « Murat - (Cantal) - La Chapelle Romane de Bredons », 463*550 mm. Provenance : Dr. Albert Hadida ; Galleria Tega, Milan. Coll. Privée à partir de 1987. Enchère : Adjugée GBP 37,500 pour une estimation à 30,000 / 40,000 GBP, Christie’s (Londres), 5 février 2014, lot n°481.

Maurice Utrillo " La chapelle romane de Murat (Cantal) " (1936)

Utrillo exposa du 12 au 30 avril 1929 une « Cathédrale de Moulins » à la galerie Le Portique, Paris) « Exposition des Cathédrales et des Églises peintes par Maurice Utrillo ».

En 1956, le Premier festival de peintures et de sculptures de Vichy est dédié à la mémoire de Maurice Utrillo (salle Majestic, 28 juillet-18 août 1956).

Bibl. : Marcelle Berr de Turique, Une vie de travers, Laffont, 1982, 331p. ; HBVICHY ; Gustave Coquiot, Maurice Utrillo, A. Delpeuch (Paris), 1925, (125 p.- [6] p. de pl.) ; Claude Francolin, La vie passionnée de Maurice Utrillo, Seghers, 1960, 388p. ; Dr. Walter « Utrillo a-t-il planté son chevalet à Vichy en 1934 ? » in SHAVE, n°61, 1959, pp.306-307 ; Alain Woodrow, La femme bilboquet Biographie de Mauricia de Thiers, éditions du Félin, 1993, 207 p.

 

Cet article est une compilation des notices consacrées à Utrillo dans trois ouvrages entrepris lors du « confinement » : Essai d’un Dictionnaire des Artistes et Peintures en Livradois Forez, Essai d’un Dictionnaire des Artistes et Peintures dans le Cantal, et, Essai d’une Iconographie de Murat (Cantal). Toute référence à cette publication est libre SOUS CONDITION de la mention © hughes brivet – alcesteart.com.

 

[1] Les séjours thiernois du couple sont racontés par Gustave Coquiot dans son livre Vagabondages à travers la Peinture et les Paysages, les Bêtes et les Hommes (1921, Ollendorff) illustré par Epstein (Łódź, 1891 ou 1892 † 1944) venu trois fois à Néronde et qui réalisa un portrait de Mauricia exposé à la galerie Hodebert (174, faubourg Saint-Honoré à Paris) en 1929.

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2020 2 01 /09 /septembre /2020 14:53

V

Utrillo Maurice (1883-1955)

Vacher de Tournemine (1812-1872)

Valdahon, Jules César Hilaire de (1770 † 1847)

Valette (XIXe)

Valette Adolphe (1876-1942)

Vallé Henri Louis (Actif 1ère moitié du 19e siècle)
Jules Vallès et ses illustrateurs

Théodore Valerio Chef de Bachi-bozouqs de la Syrie (1855)

Valerio Théodore (1819-1879 Vichy) Voir notice.

Vallet Pierre Jean (Riom 1809-1886) peintre (N.C.)

Vallet Jean Emile Pierre, dit Emile (Riom ?-1899) peintre (N.C.)

Vallette René (Mer, 1874 Courbouzon, 1956)

Vandégre, Delphine de (XIXe)

Vandenberghe Auguste (Bruges, 1798 † Paris, 1853)

Van der Burch Jacques André Edouard (1756-1803) (N.C.)

Van der Burch Jacques Hippolyte (1796-1854) (N.C.)

Vardon Théogéne Evariste (Actif début 20e siècle)

Varenne Antoine (Saint-Germain-Lembron, actif début 20e siècle)

Varennes, Arthur des (ou Arthur X, 1830 † 1880)

Varenne de Goddes, Eugène de (1829-?) (N.C.)

Varrall, J. C. (Actif 1ère moitié XIXe)

Vasari (Actif XXe)

Vaucunu Emile Joseph Isidore (Actif fin 19e siècle)

Vaujoly Mlle M J (Moulins ?- ?) peintre (XIXe)

Vaumousse, Maurice (Paris, 1876 † 1961) Voir ventes de dessins sur Vichy et ses environs.

Vaurabourg Adeline-Louise (Paris, ? + ) Active fin XIXe

Vautier Renée (Paris, 23 février 1898 † 6 mai 1991)

Vauzelle Jean Lubin (1776-1837) (N.C.)

Vazeille Etienne Jean-Baptiste (Clermont-Ferrand, actif fin 19e siècle)

Veillat Just (1813-1866)

Velay Amédée Joseph (?-1886)

Vernay, François-Joseph (1864 † 1950)

Versepuy Ernest (Clermont-Ferrand, 1829-1898) (N.C.)

Vergèses, Hippolyte Jean Baptiste de (Issoire 1847-1896) peintre (N.C.) 

Vergèses, Pierre Hector de (Issoire 1816-1886) peintre (N.C.)

Vergez Jean Bernard (Séméac (Hautes-Pyrénées) ? † ?) Actif début XXe

Vernet, Jean Emile Horace (1789-1863)

Joseph Vernet (Lauset dit) (Paris, 16 avril 1797 + ?)

Vernet-Bonfort, Robert (1934)

Vernon Paul (1796-1875) (N.C.)

Veyre Jean-Alexandre (XXe)

Veysset Auguste (XIXe)

Vibert Jean-Baptiste Maxime (1800-1872) (N.C.)

Vichy (Comte de)

Viennet Jules (?-? XIXe) (N.C.)

Vigier P (Moulins 1636- ?) Sculpteur

Viguier Constant (1799- ?)

Viko (Paris, 1915 † 1998)

Vilamain (Actif 1ère moitié XIXe)

Villard, Théophile (Jaligny, 1799 † Cusset, 1872)

Villeglé, Jacques (1926)

Villemot, Bernard (Trouville-Sur-Mer, 1911 † 1989)

Villeneuve Louis Jules Frédéric (1796-1842) (N.C.)

Villeret (XIXe)

Villon Eugène (XXe)

Vincelet Victor Louis (Thiers, 29 septembre 1839 † Paris, 5 janvier 1871) peintre (N.C.) )

Vincens Daniel (1821- Le Puy 1887) (N.C.)

Vines Hernando (Henri) (Espagne, 1904-1993)

Vinols de Montfleury, Jules Gabriel Baron de (Craponne 1820-1901) (N.C.)

Viollet-Le-Duc Eugène Emmanuel (1814-1879) (N.C.)

Vuillefroy Félix  (Paris, 1841 † 1910) N.C.

W

Waelter-Otten, René (Actif mi XXe)

Ward John Stanton (Royaume-Uni 1917-2017)

Watelet Louis Etienne (1780-1866) (N.C.)

Webster Herman Armour (1876-1975)

Weil Lucien (1902-1963)

Weismann (Actif début 20e siècle)

Wiene, Alain (Actif 2ème moitié XXe)

Willaume Louis Charles (1874-1949)

Wittmann Charles (1876-1953)

Woog, Lucien (1867 † 1937)

 

Younger Jane (Ecosse, XXe)

Z

Zingg Jules Emile (1882-1942)

Zuber Henri (1844-1909)

Cette notice (mise à jour le 1er septembre 2020) s'inscrit dans notre "Essai d'un Index des Peintres en Auvergne et Bourbonnais". Si vous possédez des informations, documents ou œuvres, merci de me contacter en cliquant sur ce lien ou en recopiant l'adresse de ce lien à partir de votre messagerie. Afin de compléter notre iconographie en vue de la publication d’un catalogue en annexe, nous achetons des œuvres en rapport avec l’Auvergne. Si vous ne souhaitez pas les vendre, nous serions heureux de pouvoir les reproduire.

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation.

Partager cet article

Repost0
4 avril 2019 4 04 /04 /avril /2019 14:55

SCP D. Oriot & H. Couleau

11 Place de l'Hôtel de ville, 03200 Vichy

Tél. : 04 70 98 32 82

 

Ventes Estampes Dessins & Tableaux

Anciens & Modernes

 

Le 13 avril 2019 à 14h30

 

Bellerive Sur Allier

Auberge Chez Mémère

Rue Claude Decloître (sur les berges de l'Allier)

03700

(Possibilité de restauration sur place le midi)

 

Visite sur place le Samedi matin de 9h 30 à 12h

 

Vente sur place & ONLINE

 

www.drouotonline.com

 

Expert : Hugues Brivet, 15 Square de la Source de l’Hôpital 03200 Vichy

Partager cet article

Repost0
4 avril 2019 4 04 /04 /avril /2019 14:26

SCP D. Oriot & H. Couleau

11 Place de l'Hôtel de ville, 03200 Vichy

Tél. : 04 70 98 32 82

 

Ventes Estampes Dessins & Tableaux

Anciens & Modernes

 

Le 13 avril 2019 à 14h30

 

Bellerive Sur Allier

Auberge Chez Mémère

Rue Claude Decloître (sur les berges de l'Allier)

03700

(Possibilité de restauration sur place le midi)

 

Visite sur place le Samedi matin de 9h 30 à 12h

 

Vente sur place & ONLINE

 

www.drouotonline.com

 

Expert : Hugues Brivet, 15 Square de la Source de l’Hôpital 03200 Vichy

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 16:28

Cette publicité de Dunlop[1], publiée en 1897, représentant une jeune femme, dans un costume constitué de pneus DUNLOP de diverses tailles assemblés, sautant joyeusement à la corde (une chambre à air) est signée A. W. ; probablement le monogramme du peintre et graveur montluçonnais Hippolyte-Henri Amédée-Wetter (Montluçon 1869 1929).

Antérieure à la première apparition (1898) du Bibendum Michelin, dont cette publication dans le même journal[2], elle nous interpelle par la ressemblance, ou pour le moins la familiarité des personnages. Le créateur de Bibendum, le dessinateur lyonnais Marius Rossillon dit O'Galop (1867 1946), en transposant le costume en une caricature semble s’être inspiré, pour le moins, de la publicité DUNLOP. Redde Caesari quae sunt Caesaris.

Notons qu’un autre bourbonnais, le peintre moulinois Albert Philibert signa deux grandes affiches pour Michelin ; la première en 1921, la seconde en 1925. Cette dernière fut le modèle de la publicité institutionnelle Michelin pendant presque de 50 ans !

Bibl. : Revue VELO du 23 novembre 1897 et du 8 mai 1898 ; DICTSOLO, pp.622-623. Nos notices sur Henri Amédée-Wetter et sur Albert Philibert en date du 12 janvier 2009.

 

[1] Journal LE VELO du 23 novembre 1897.

[2] Journal LE VELO du 8 mai 1898.

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 18:04

Une gravure sur bois trouvée dans une brocante a éveillé notre curiosité sur le sujet, le père François Gaschon (Auzelles (Puy-de-Dôme) 30 août 1732 Ambert 28 novembre 1815), et l’iconographie qui l’entoure. Nous ne nous attarderons pas sur la biographie de ce missionnaire dont la vie a été décrite par l’écrivain auvergnat Henri Pourrat[1] (Ambert 7 mai 1887 16 juillet 1959), et un site étant consacré au vénérable père Gaschon. Nos recherches ont permis d’établir l’inventaire non exhaustif suivant[2] :

 

GASC 01.(1817) « Le bienheureux père Gaschon »

À Ambert, Chez Seguin, imprimeur-libraire (1817). (Photographie d’un original provenant des archives de l’hôpital d’Ambert. Cl. Randol).

Antoine Charles François Barthélémy Seguin (Ambert 9 juin 1817 d’un père imprimeur  ?) obtint son brevet de lithographe le 24 août 1840. Son père lui transmet ses brevets d'imprimeur en lettres et de libraire pour Ambert le 19 février 1842 alors que la situation de l'imprimerie est critique. En 1845, le père est en prison, le fils en fuite et les trois brevets sont cédés au riomois Pierre Perissel le 26 juillet1845. Seguin fils contestera ensuite la vente tandis que sa mère en réclame l'exécution, mais la justice en établira la validité. Bibl. : Archives Nationales F18 2037, ELEC19. EGULLION p196. (Voir imagerie du père Gaschon)

Compositeur, Pierre Perissel (Riom 28 mars 1808 d’un père propriétaire 29 juin 1872) travaille dans diverses imprimeries parisiennes. Après avoir demandé sans succès un brevet pour La Villette, refusé en 1839 et en juin 1840, il traite le 26 juillet1845 les trois brevets d’imprimeur, lithographe et libraire avec Antoine, Charles, François, Barthélémy Seguin. Bien que le Préfet considère qu'Ambert offre peu de perspectives et alors que l'épouse de Seuin réclame l'exécution du traité, il donne un avis favorable à la demande de Perissel parrainé par le normand Achille Baudouin (Rouen 10 décembre 1807 ?) & François Lacour d’origine auvergnate (Clermont-Ferrand 30 mai 1808 ?). Créateur du Mémorial d’Ambert (septembre 1844), il exercera jusqu’à sa mort en 1872. Sa veuve lui succèdera. Bibl. : Archives Nationales F18 2037, ELEC19 ; EGULLION p196 (A.D. 8 BIB 1087).

 

GASC 02.(ca 1820) « Le bienheureux Père Gaschon »

Gravure sur bois en couleurs (la feuille, 38*31 cm) de la fabrique de Pellerin, imprimeur-libraire, à Épinal (Image sur Gallica). [BNF, département Estampes et photographie, FOL-LI-59 (1), Images d'Épinal de la Maison Pellerin (Tome 1, 1810-1836)]. (Cl. Randol d’un exemplaire du retirage sur papier d’Ambert pour les Amis du Père Gaschon).

 

 

 

GASC 03.(1820) « Le bienheureux père Gaschon, mort à Ambert en 1815 »

A Montbéliard, chez Decker. (Réf. : Bibliographie de la France du 2 septembre 1820, n°591, ImofFr n°11202). Les dépôts à BdF indiquent une activité pour cet imprimeur entre 1820 et 1836.

 

GASC 04.(1826) « Le Bienheureux Père Gaschon, Mort à l’Hôpital d’Ambert, le 28 novembre 1815, âgé de 83 ans »

Reproduite par les Amis du Père Gaschon d’après une reproduction sur feuille volante (Arch. Dioc. 7 G 15).

Seconde image publiée par Pellerin à Épinal en 1826 et signée F.G.

 

 

 

 

GASC 05.(1826) « Le Bienheureux père Gaschon »

A Nancy, chez Labouré. (Réf. : Bibliographie de la France du12 avril 1826, n°258, ImofFr n°16157). Les dépôts à BdF indiquent une activité pour cet imprimeur entre 1825 et 1833.

 

GASC 06.(1839) « Le Véritable portrait du bienheureux père Gaschon »

Lithographie, à Lyon, chez Brunet. (Réf. : Bibliographie de la France du 7 septembre 1839, n°831, ImofFr n°30091).

Papetier, Horace, Antoine Sastre dit BRUNET (Lyon 2 février 1781 d’un père était tailleur  ?) dépose en 1816 un brevet pour fabriquer des livres et registres à dos flexible et s’installe au 4, rue du Garet à Lyon. Lors de sa demande de brevet de lithographe (26 juin 1821), il joint à son dossier un certificat de capacité signé d'Engelmann qui atteste que Brunet « a passé dans les ateliers le temps nécessaire pour se familiariser avec tous les procédés lithographiques…qu'il est instruit et parfaitement en état de monter un établissement de ce genre, lui ayant communiqué toutes le recettes et tous les moyens" qu'il emploie lui-même ». Il transfert son imprimerie « H. Brunet et Cie » au 44, Grande rue Mercière en 1830. L’année suivante, il demande en vain un brevet d'imprimeur en lettres ;; il ne l'obtiendra que le 10 août 1837 en reprenant le brevet de l'imprimeur Mistral. En 1839, il déménage au 11, rue Sainte-Catherine. Condamné à 3 000 F d'amende (réduite des deux tiers à la demande du Préfet pour ne pas ruiner ce père de famille), en février 1840, pour défaut de déclaration et de dépôt  de la Prophétie de l'abbé Fraisier, il imprime, de mars à septembre 1845, L'Écho de la fabrique avant qu'elle ne devienne la Tribune lyonnaise. À cette date, la raison sociale de l'imprimerie est « Brunet, Fonville et Cie » ; son apprenti puis gendre, le peintre paysagiste Nicolas Victor Fonville[3], étant devenu son associé. Le 29 janvier 1847, son fils Jean Guillaume Sastre dit BRUNET (Lyon 19 mars 1822  ?) lui succède. Bibl. : Archives Nationales F18 2061 ; INPI, 1BA6256, Livres et registres à dos flexible ; Bibliothèque municipale de Lyon, fonds Coste ; ELEC19.

 

GASC 07.(ca. 1850) « Portrait dessiné »

Selon Les Amis du Père Gaschon, citant le témoignage de Sœur Saint-Méry, lors de l’ouverture de la tombe du Père vers 1850 un dessin, aujourd’hui disparu, du visage fut fait et « Toutes les images faites à partir de cette époque donnent manifestement une interprétation de ce dessin, semble-t-il ».

 

GASC 08.(1856) « Frontispice de la Vie du vénérable Père Gaschon »

Ouvrage de l’abbé Jean-Baptiste Preyssat édité en 1856.

Reproduit comme image de dévotion (125*81 mm) par l’imprimeur Migeon à Ambert ; au verso le texte de l’ancienne prière, avec imprimatur de 1925 (Décrite par Les Amis du Père Gaschon).

 

 

 

 

GASC 09.(1866) « Buste en plâtre »

Selon Les Amis du Père Gaschon, le dessin de 1850 aurait servi comme modèle à la réalisation de bustes en plâtre en 1866.

 

GASC 010.(1866) « Portrait en chasuble du Père Gaschon »

Lithographie imprimée en 1866, chez S. Clappié à Lyon, avec une autre non décrite par Les Amis du Père Gaschon. Le buste du Père a été repris en médaillon pour une image de dévotion éditée en 1908 par Faron à Rome (Décrite par Les Amis du Père Gaschon), et, en 1911 par Migeon à Ambert.

Savoyard naturalisé le 1er mars 1847, Michel Maurice Clappié (Bessans (Savoie) 18 octobre 1800 1874) reprend l'imprimerie et le brevet de sa belle-sœur Louise Bonnebouche veuve Pérachon, le 08 mai 1847. À Son décès, sa veuve Marie Clappié née Pérachon lui succède du 30 janvier 1874 à sa mort en 1880. Le 10 janvier 1880, leur fils Sébastien Clappié (Lyon 27 mars 1827  ?) reprend l’activité de production d'images populaires sise 13, rue de Jussieu à Lyon. Bibl. : Archives Nationales (F18 2054, F18 2059, F18 2276) ; ELEC19.

Eguillon (p.270) cite un Joseph Migeon, imprimeur libraire à partir de 1880 qui, installé avenue du Pont à Ambert,  édita jusqu’en 1915 L’écho de la Dore ; ainsi qu’un Louis Migeon imprimeur au 11 avenue Maréchal Foch.

 

GASC 011.(1869) « Gaschon (le B. Père), ancien missionnaire »

Lyon, imp. lith. Tournier, Soulier aîné. (Réf. : Bibliographie de la France du 27 novembre 1869, n°1316,  ImofFr n°89261).

Auguste Tournier (Saint-Martin-du-Mont (Ain) 18 mai 1836 d’un père notaire  ?) reprend, le 26 janvier 1864, les brevets de lithographe et de taille-doucier de son beau-père et associé Antoine Pintard (Nîmes (Gard) 16 mars 1802  ?). En 1866, son établissement est signalé au 2 rue de l'Annonciade à Lyon. Le 21 février 1867, il reprend le brevet d'imprimeur en lettres de Jean, Charles, Louis Labasset (Lyon 24 février 1832 28 janvier 1907). Bibl. : Archives Nationales F18 2061 ; ELEC19.

 

GASC 012.(1925) « Vrai Portrait du Serviteur de Dieu François Gaschon »

Image de dévotion imprimée par L’Imagier de Notre-Dame F. Bost à Nancy, avec imprimatur du 3 Février 1925 par l’Évêque de Clermont  François. Le portrait est celui peint de l’hôpital d’Ambert (ci-après).

 

 

 

 

GASC 013.(nd) « Portrait, hôpital d’Ambert »

Portrait peint en médaillon du Père Gaschon, conservé dans la chambre du Père à l’hôpital d’Ambert (décrit par les Amis du père Gaschon et photographié par Ph. Souteyrand).

 

 

 

GASC 014.Image 1930 (?), Seguin à Ambert

Image de dévotion (125*80 mm) imprimée par Migeon à Ambert pour un dépliant de 4p. (Décrite par les Amis du père Gaschon) ; reprise dans un format différent en 1938 pour le « Souvenir de la Mission (20 Mars – 17 Avril 1938) et du Jubilé Marial / Le B. Père Gaschon ».

 

 

GASC 015.(circa 1938) « Le père Gaschon d’heureuse mémoire »

20e siècle. Bois rehaussé (la feuille non ébarbée, 26*21 cm). Au-dessus du sujet (170*102 mm) « Le père Gaschon », en dessous dans le sujet « d’heureuse mémoire », sous le sujet « - Qui est-ce qui t’a sauvé, dijas-me, petitounet… / - Jésus, mon Païre. », en bas à droite « Hospice d’Ambert ».

 

GASC 016.(1938) « Souvenir de la Mission (20 Mars – 17 Avril 1938) et du Jubilé Marial / Le B. Père Gaschon »

Le dépliant indiquent les noms des missionnaires de N.-D. de la Salette venus pour cet événement ainsi que ceux du clergé paroissial La reproduction photographique (148*104 mm) qui porte la mention en lettres gothiques, en bd , « L’Imagier / de Notre-Dame / F. Bost » est à rapprocher de « Image 1930 (?), Seguin à Ambert ».

 

 

 

GASC 017.(nd) « Portrait, sacristie d’Ambert »

Portrait du Père Gaschon conservé dans la sacristie de l’église d’Ambert (décrit par les Amis du père Gaschon).

 

 


[1] « L'exorciste, vie de Jean-François Gaschon p. m. » Albin Michel, Paris 1954

[2] les Amis du Père Gaschon décrivent huit pièces qui sont reprises et mentionnées dans la présente liste.

[3] Élève de Thiérriat à l'École des Beaux-arts de Lyon, il a épousé la fille de Brunet, Joséphine, en janvier 1830.

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 10:17

A. Alexeline

Dessinateur lithographe à Clermont-Fd, IFF1800 mentionne des planches pour :

Marques des papeteries d’Ambert (4 pl.),

Mélanges archéologiques (1854-1864, avec F. Puray, pl. 3-5, 7-8bis, 9-13, 20-27),

Imagerie religieuse (2 pl.).

Bibl. : IFF1800, vol.1, p.82 (S. n. r).

« Vue du pic de Sancy et du Puy de l’Aiguillier » (Monts Dores).

Lithographie : La feuille h. 160*243 mm, le sujet 93*156. Au-dessus du sujet, à gauche « Fig.82 » à droite « III.213 »Sous le sujet à gauche « Alexeline d’après Henri Lecoq » à droite « Imp. Zanote, r. des Boulangers, 13, Paris », en bas au centre « Vue du pic de Sancy et du Puy de l’Aiguillier / (Monts Dores) ». Hist. : Interne des hôpitaux de Paris affecté à la Pitié-Salpétrière, Henri Lecoq (Avesnes (Nord) 18 avril 1802 Clermont-Ferrand 4 août 1871) prend possession le 27 février 1827[1] de la chaire d’enseignement de l’histoire naturelle à Clermont-Fd à la demande du maire, le docteur Blatin,. Henri Zanote (Joigny 11 janvier 1820 d’un père marchand de drap) breveté imprimeur lithographe en 1848 à Montargis est condamné, avec trois autres ouvriers du Livre, à dix ans de détention et au bannissement. Breveté libraire en 1860, il installe son atelier au 13 rue des Boulangers à Paris le 19 septembre 1862 en reprenant l’affaire du strasbourgeois Daniel, Charles Schmutz (située 107 rue du Temple) et réside au 78 faubourg St Martin. Breveté taille-doucier en 1865, son matériel de lithographe est vendu en juin 1868 (Bibl. ; Archives Nationales (F18 1834 ; F18 2294 . F7 2588-95) ; Chauvet (Paul) « Les ouvriers du Livre, de 1789 à la constitution de la Fédération du Livre », Paris, Marcel Rivière, 1956, p. 456 ; ELEC19).  

« Vue des roches tuillère et sanadoire et du groupe du Mont Dore »

Lithographie : La feuille h. 160*243 mm, le sujet 94*155. Au-dessus du sujet, à gauche « Fig.89 » à droite « III.282 »Sous le sujet à gauche « Alexeline d’après Henri Lecoq » à droite « Imp. Zanote, r. des Boulangers, 13, Paris », en bas au centre « Vue des roches tuillère et sanadoire et du groupe du Mont Dore ». 

 

 

 

 

 

« Vue de la Vallée de la cour au Mont Dore »

Lithographie : La feuille h. 160*243 mm, le sujet 94*156. Au-dessus du sujet, à gauche « Fig.81 » à droite « III.208 »Sous le sujet à gauche « Alexeline d’après Henri Lecoq » à droite « Imp. Zanote, r. des Boulangers, 13, Paris », en bas au centre « Vue de la Vallée de la cour au Mont Dore ». Iconographie : Sujet principal, Personnage(s), 

« Vue du lac Pavin et du Volcan de Montchalme près Besse »

Lithographie : La feuille h. 160*243 mm, le sujet 94*157. Au-dessus du sujet, à gauche « Fig.152 bis » à droite « IV. -411 » ; sous le sujet à gauche « Lith. Gilberton à Clermont » au centre « Henri Lecoq dirext »à droite « Alexeline del et lith 1867 » en bas au centre « Vue du lac Pavin et du Volcan de Montchalme près Besse ». Hist. : Relieur installé 31 rue des Gras à Clermont-Fd vers 1839, François Gilberton est breveté lithographe le 20 décembre 1844. Son atelier de fabrique de registre est transféré au 5 rue Neuve lors de la création de son imprimerie lithographique. En 1875, son adresse professionnelle est boulevard de l’Hôtel-Dieu (9 rue Charretière). Sa veuve poursuit l’activité de 1885 à 1892 (Bibl. : Egullion, p.179). 

 

 

[1] In « Comment Henri Lecoq est venu à Clermont » Vieux Clermont, n°5, octobre 1960, p.7.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Blog d'HABEO Art et Estampes
  • : Flâneries littéraires, artistiques et autres errances auprès des artistes peintres et graveurs de 1830 à 1930, et, de quelques coups de coeur contemporains
  • Contact

En visite avec alceste

Il y a actuellement    promeneur(s) sur ce blog

Estamp'Art

Le catalogue en ligne de la Galerie hAbEO

logo Cliquez sur l'image pour le consulter et passer vos ordres d'achat de gravures, dessins, peintures ou livres.

Contacts

Vous souhaitez

SIGNALER un artiste, une oeuvre, une erreur
, cliquez ici.

VOUS RENSEIGNER sur un artiste, une oeuvre, cliquez ici.

VENDRE ou ACHETER une oeuvre, cliquez ici.

SUIVRE notre actualité avec Follow hjb03 on Twitter

Côte d'Artistes

artprice