Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 03:50

Peintre paysagiste, François Antoine Léon Fleury est né le 18 décembre 1804 à Paris. Entré à l’école des Beaux-Arts le 8 mars 1821 dans les ateliers de Victor Bertin (1767-1842) et de Louis Hersent (1777-1860), ce « laborieux paysagiste » expose au Salon de 1831 à 1855 où malgré un « talent un peu incertain » il obtient plusieurs médailles.

Outre les sites d’Auvergne dans les années 1830, Fleury parcourt avec ses amis, Corot (1796-1875) et Justin Ouvrié (1806-1879), les paysages limousins, en particulier ceux de la Glane au début des années 1850.

Léon Fleury décède en octobre 1858.

Parmi ses élèves, Henri Chouppe (1817-1894), peintre paysagiste de quelques vues creusoises.

Fleury & l’Auvergne

1836,    « Vue de la cascade de Royat » (Exposition de Moulins),

1837,    Médaille de 2ème classe au Salon avec trois vues d’Auvergne :

« Vue de Clermont, prise du village de Royat, Auvergne », (n°707). Nous n’avons pas trouvé trace du tirage Lemercier mentionné par Chabrol, seulement la lithographie de Bernard et Frey publiée dans L’Artiste avec le commentaire « un bon tableau ; ses premiers plans sont grassement faits, et les lointains d’une exécution délicate ».

FleuryL-Clermont Royat LArtiste1837 Leg

« Vue de la ville de Thiers, Auvergne » (n°708). Le critique de L’Artiste souligne « aussi habilement traitée que (la) première composition. Toutefois, son tableau ne nous donne pas une idée exacte de cette vallée d’Enfer, si rocailleuse, si profonde et si bruissante (sic), de ses fabriques si pittoresques, qu’alimentent les eaux écumantes de la Dourolle (sic), et de ses hautes maisons, aux toits plats, élevées au-dessus de la vallée, et qui dominent tous ces rochers, tout ce bruit et tout ce mouvement »,

« Vue de la ville de Riom, Auvergne » (n°709).

1838,    « Vue dite le Trou d’enfer dans le ravin, à Thiers (Auvergne) » (n°692).

1841,    « Environs de Clermont, souvenir d’Auvergne » (n°720) remarqué par le critique de L’Artiste :

« M. Léon Fleury se montre moins prodigue de verdure, et dessine des perspectives plus lointaines. Ce sont les environs de Clermont, un de ces riches paysages de la Limagne d’Auvergne, où l’on admire çà et là toutes les merveilles de la vie industrielle et agricole, des bergers, des chèvres, des moutons, des arbres vigoureux sur le premier plan, d’élégantes fabriques sur le penchant des collines, des groupes de maisons blanches dans la plaine, des montagnes bleues au bout de l’horizon ».

Chabrol signale un tableau de Fleury intitulé « A Royat » dans la vente de l’atelier Corot ainsi qu’un dessin de Royat appartenant à une collection particulière (0,30*0,245) reproduit dans un article de Suzanne Guwith paru dans le Bulletin de la Société d’Histoire de l’Art (1979).

Le musée Mandet à Riom (Puy-de-Dôme) possède un tableau intitulé « Vue de la Limagne d’Auvergne ».

Distinctions & Récompenses

1834, Médaille de 3ème classe,

1837, Médaille de 2ème classe (vues d’Auvergne),

1845, Médaille de 1ère classe,

1851, Chevalier de la Légion d’Honneur le 2 mai.

Bibl. :

Bellier, Auvray, « Dictionnaire général des Artistes de l’École Française », 1882, Vol. 1, p.559.

Chabrol (Nicolas), « Répertoire des peintres de l’Auvergne et artistes auvergnats du XIXème siècle ».

Chabrol (Nicolas), « Royat et les peintres romantiques 1815-1848 », pp.47-48.

Rameix (Christophe), « L’École de Crozant – les peintres de la Creuse et de Gargilesse 1850-1950 », Lucien Souny, 1991, p.21.

X, « Salon de 1837 », L’Artiste, 1837, Tome 12, 1ère série, 11ème livraison, p.151, avec une lithographie de Bernard et Frey « Vue de Clermont, prise du village de Royat (Auvergne) »insérée entre les pp.160-161.

X, « Salon de 1841 », L’Artiste, 1841, Tome 7, p.302.

X, « Nécrologie », L’Artiste, 24 octobre 1858, p.127.

 

Cette notice s'inscrit dans notre "Essai d'un Index des Peintres en Auvergne et Bourbonnais". Si vous possédez des informations sur Léon Fleury, documents ou œuvres, merci de me contacter en cliquant sur ce lien ou en recopiant l'adresse de ce lien à partir de votre messagerie.

Voir le catalague Estamp-art de la galerie hAbEO , des ventes de gravures ou de tableaux de Léon Fleury peuvent être en cours.

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation.

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 08:45

Dessinateur lithographe, André Durand est né le 5 mai 1807 à Amfreville-la-Mivoie (Seine-Maritime, Haute-Normandie).

Élève d'Eustache Hyacinthe Langlois (1777-1837) à Rouen, il expose au Salon de 1833 à 1864. Lors de sa deuxième participation il présente deux dessins sur le Bourbonnais (1835).

Collaborateur de la revue L’Artiste pour laquelle il réalise le frontispice de l'année 1836, il rencontre Claude-Aimé Chenavard (1798-1838) sous la direction duquel il exécute dix planches[1] pour L'Ancien Bourbonnais[2] d’Achille Allier (1808-1836) publié à Moulins chez Desrosiers. Durand contribue également à la publication L'Art en Province.

André Durand décède le 10 août 1867 à Paris.

DurandA-FrontispiceLArtiste1836

André Durand & l’Auvergne

1835,    « Village de Fontanat (Vallée de Royat) » (Lithographie de Desrosiers pour L’Art en Province, n°1 (citée par Nicolas Chabrol, ndlr : le village de Fontanat est dans la commune d’Orcines))

1836,    « Vue de la cathédrale de Clermont-Ferrand (Auvergne) » (Salon, n°616),

1838,    « Souvenir de la place de l’église de Royat (Auvergne) » (Lithographie ; Salon),

1839,    « Église de Notre-Dame du Port à Clermont-Ferrand » (Lithographie d'après Lorieux fils, pour Les Arts au Moyen-âge, par Du Sommerard, t. I, Ch. III, planche II),

            « Maison existant à Thiers (château du Pirou) » (Lithographie, id., 2 série, pl. VIII ; Salon)

André Durand & le Bourbonnais

1833,    « Souvigny. Façade de l'église » (Lithographie, pl. 31 bis de L’Ancien Bourbonnais ; Salon)

            « Souvigny. Chapelle-Vieille » (Lithographie, pl. 34 de L’Ancien Bourbonnais)

1834,    « Moulins, Tour de l'horloge », (Lithographie, pl. 23 de L’Ancien Bourbonnais avec Edmond Louis Tudot (1805-1861)),

            « Bourbon l'Archambault. Ste Chapelle en ruines », (Lithographie, pl. 50 de L’Ancien Bourbonnais avec Tudot d'après Henri Claude Dufour (1766-1845)),

1835,    « Vue du château d’Avrilly » (Dessin, n°681 du Salon),

« Vues prises dans l’ancien Bourbonnais » (Dessin, n°682 du Salon),

« Vue de l’église de Brou » (Lithographie de Desrosiers pour L’Art en Province, n°1 (citée par Nicolas Chabrol))

DurandA-Quiquengrogne1836

1836,    « La Quiquengrogne (à Bourbon l'Archambaud) » (Lithographie publiée dans L’Artiste),

            « Vue de l’église du prieuré de Souvigny en Bourbonnais » (Salon, n°614),

1838,    « Moulins, Escalier de la cathédrale » (Lithographie, pl. 10 de L’Ancien Bourbonnais avec Tudot),

            « Dais » (Lithographie, p. 40 de L’Ancien Bourbonnais),

            « Prieuré de St Maurice d’Autry-Issard » (Lithographie, pl. 48 de L’Ancien Bourbonnais ; Salon),

            « Fragment des tombeaux des ducs de Bourbon à Souvigny » (Lithographie, Salon),

            « Château d’Avrilly, près Moulins » (Lithographie, Salon),

1839,    « Bourbon l'Archambault. Ancien Château fort » (Lithographie, pl. 57 de L’Ancien Bourbonnais d'après. J. Silvestre),

            « Costumes bourbonnais » (Lithographie, pl. 127 de L’Ancien Bourbonnais d'après Achille Allier),

            « Sainte Chapelle de Bourbon l’Archambault » (Lithographie, Salon),

1840,    « Ancien château d'Avrilly (Bourbonnais » (Lithographie d'après la Comtesse Desroys pour L'Art en province, chez Auguste Bry)

 

André Durand & le Velay

1840,    « Cathédrale du Puy » (Lithographie, L'Artiste, tome II)

Bibl. :

Bellier, Auvray, « Dictionnaire général des Artistes de l’École Française », 1882, Vol. 1, p.494

Henri Béraldi, « Les graveurs du XIXe siècle : guide de l'amateur d'estampes modernes », Paris : L. Conquet, 1887, Vol.6, pp.76-77.

 « Inventaire du fonds français après 1800 ». Bibliothèque nationale, Département des estampes. Vol.7, 1954, pp.239-244

Nicolas Chabrol, « Royat et les peintres romantiques 1815-1848 », 1989, Clermont-Ferrand, éditions Canope.

Nicolas Chabrol, « Répertoire des peintres de l’Auvergne et artistes auvergnats du XIXème siècle », pp.45-46.

Cette notice s'inscrit dans notre "Essai d'un Index des Peintres en Auvergne et Bourbonnais".

Si vous possédez des informations, documents ou œuvres, merci de me contacter en cliquant sur ce lien si Outlook est votre messagerie par défaut.

Sinon recopier l'adresse suivante en remplaçant (at) par @ : info(at)alceste-art.com.

Afin de compléter notre iconographie en vue de la publication d’un catalogue en annexe, nous achetons des œuvres en rapport avec l’Auvergne. Si vous ne souhaitez pas les vendre, nous serions heureux de pouvoir les reproduire.

Voir le catalogue Estamp-art de la galerie hAbEO Des ventes de gravures par André Durand ou sur le Bourbonnais peuvent être en cours.

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation.



[1] Deux planches seront refusées : « Souvigny, Vieille chapelle », « Pendentif... Souvigny »

[2] « L’ancien Bourbonnais (Histoire, Monumens, Mœurs, Statistique) », gravé et lithographié sous la direction d’A. Chenavard, d’après les dessins et documens de Dufour, par une société d’artistes. Composé de deux volumes et un atlas de planches et publié en vingt-cinq livraisons de 1833 à 1838, le projet survécut au décès prématuré d’A. Allier par le travail du journaliste Adolphe Michel (1799 - 1875).

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 13:17

 

Essai d'ONU Indice des Peintres Graveurs et en Auvergne, Bourbonnais et Velay de 1830 à 1939.

E

Empis, Mme Catherine née Edmée Davesiès de Pontès (Paris, 1806 † 1878) NC

Engelmann Gottfried (1788-1839)

Epstein Henri (1891-1944)

Esbrat Raymond Noël (1809 † 1856) NC

Espagnat Georges d '(1870-1950)

Evry Jules (actif mi 19e)

Expert Paulette (1912-2001)

F

F Alfred (Actif mi XIXe)

Fabien Fabiano (Fabien Coup de Fréjac dit, de 1882 à 1962)

Guillaume Fabre (1823-1895) NC

Abel Faivre (1867-1945)

Faizant Jacques (15 Laroquebrou 1918 † 2006)

Falcucci Robert (1900-1982)

Faugière Eugène (Actif débuts 20e)

Faulin de Banville Jacques Auguste (Ygrande, actif au milieu du 19e s.)

Fauquet Édith (1911-2006)

Faure-Beaulieu Émile (actif seconde Moitié 19e)

Fauvel Hippolyte (1835-1895)

Fauvelle, Paul (Thiers, ?† ?) (Actif mi XXe)

Faverjon Jean-Marie (1823-1873)

Favier, Mlle Jeanne-Magdeleine (Vichy, 1860-1902) Voir avis .

Favier Pierre (de Vorey sur Arzon 1899-1969)

Felix

Félix Claudius (Paris ? † ?) (Actif 1ère moitié XXe)

Ferary, Alphonse (15 Aurillac 1835 † 1893)

Ferary, Blaise (Grenoble, 1797 † >1857 ?)

Ferrand-Francis (Actif 1ère moitié XXe)

Ferrez Jeanne (1879-1972)

Ferry René (Nancy (Meurthe-et-Moselle) ?† ?)

Feuerbach Paul (1909-2000)

Feuilloux Camille (actif au debut du 20e s.)

Filarski Dirk Hermann Wilhem (Pays-Bas, 1885-1964)

Paul Flandrin (1811-1902)

Flers Camille (1802-1868) (NC Flerts)

Fleury Léon (1804-1858) NC

Flon Jules Nicolas (1838-?)

Florane, Blanchard dit Louis (1872-Montvicq 1939) Voir avis .

Fonfreide Victor (Volvic 1872-1934)

Henri Fontaine (1887-1948)

Fontbonnat Irène (Montluçon -?) (XXe)

Forestier, Alice de Forestier (Active fin XIXe)

Forêt Eugène (1808?)

Forêt Pierre (1881-1971)

Forichon François (Commentry 1865-1952)

Forster Rose (XXe)

Fort-Siméon, Mme Élisabeth née Collin (Active mi-19e)

Forvétu (actif 1ère Moitié 19e)

Foster Leona-Adelaïde (XXe)

Fougère, Mlle Amanda (mi-du 19e actif)

Foulhouze Albert (63 Mauzun, ? † ?) (Architecte)

Foulhouze, Gabriel Amable de la Albert (63 Clermont-Ferrand, 15 juillet 1825 † Paris, 21 février 1887)

Foulongne Alfred Charles (1821-1897) NC

Fournier Marcel (03 Chantelle le Château de 1869 à 1917)

Fournier Alexandre (03 Gannat 1831-?) Peintre

Fournier-Desormes Charles (1777-1850) NC

Fournier-Sarlovèze Raymond (Moulins, actif au debut du 20e s.)

Fourquemin Louis (Lisieux, 1798 † ?)

Fourrier Georges Nicolas voir Géo-Fourrier

Fradel Eugène Guillaume de (Saint-Félix 1807- ap. 1873)

Fragonard Hippolyte Evariste (1806-1876)

Fraipont Gustave (1849-1923) Voir avis .

Fralin J. (actif fin 19e)

Franc-Lamy, Pierre-Désiré Eugène Paul Lamy dit (Clermont-Ferrand de 1855 à 1919)

Français, François Louis (1814-1897) Voir avis .

Français Louis Thomas (1814-1897)

Francey Achille Adolphe (actif 1ère Moitié 19e)

Théodore François (Paris, 1837 † ?)

Frappa José (1854-1904)

Frémiet Emmanuel (1824-1910)

Frère Charles Édouard (1837-1894)

Frère, M (Actif 2ème moitié XXe)

Frère Pierre Édouard (1819-1886)

Frey Eugène-H (1864-1930)

Serge Friedberger (1902-1942)

Eugène Fromentin (1820-1876)

Fruget Léonce (1880-1912) NC

Fudez (actif Dans la seconde Moitié du 19e s.)

Fulconnis

Fumerand (actif mi 19e) NC

 

This préavis ( fiche créée le 16 septembre 2010, mise à jour le 1er septembre 2020) s'inscrit Dans notre " Essai d'un Indice des Peintres en Auvergne et Bourbonnais ".

Si vous Possédez des informations, documents OÜ d'œuvres, merci de me contacter en Cliquant sur ​​ce lien si Perspectives is your messagerie par défaut.

Sinon recopier l'adresse suivante en Remplaçant (at) par @: info (at) alcesteart.com .

AFIN de notre Agenda item iconographie en vue de la publication d'catalogue de l'ONU en annexe, Nous achetons des oeuvres en rapport with the Auvergne (Peintures, gravures). Si vous ne souhaitez pas les vendre, Nous serions heureux de Pouvoir les Reproduire.

Voir notre catalogue des œuvres DISPONIBLES , à la suite des doublons ou à des achats de lots, des ventes de peintures ou de gravures PEUVENT Être en cours .

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présent préavis, et plus généralement des remarque le site de CE contenues, AINSI Que les reproductions des oeuvres Qui Nous appartiennent, are Soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation .

 

 

Partager cet article

Repost0
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 07:41

 

 

Ibels Henri Gabriel (1867-1936) Voir Note.

Ibels Louise Catherine (1891-1965) Voir Note.

Imbard (19e) NC

Imbert Hugues Eugène (Clermont-Fd ?- ?)

Imer Edouard (1820- ?)

Iribe Paul (1883-1935)

Isabelle Charles Edouard (1800-1880)

Isabey Eugène (1803-1886) NC

Isabey Jean-Baptiste (1767-1855) NC

Issarti (ou Issartier) Joachim, dit d'Aurillac (1814-1862) NC

Issartier Louis (1823-1870) NC

Jacob Eugènie, Mlle (Riom ?- ?) peintre NC

Jacob-Desmalter Georges Alphonse (actif 1ère moitié du 19e)

Jacob-Hians Paul (actif début 20e)

Jacottet Louis-Julien (Dit aussi Jean-Louis François, 1806-1880)

Jacquel-Schreiber (actif dernier quart 19e)

Jacquelin I. (actif mi 20e)

Jacquel-Schreiber (Actif dernier quart 19e s)

Jacquemin André Marie Henri (1904-1992)

Jacquemot Charles (1879-1946)

Jacquot Michel (actif 1ère moitié 20e))

Jaffeux Charles (63 Riom, 1902-Riom 1941) Voir Notice.

Jaime Ernest (Paris, c.1800 † 1884)

Jaime Jean François NC (Probablement le même que le précédent)

Jamot Marie Gabrielle Estelle (XXe)

Janet Gustave (1829-1898)

Janmot Louis (1814-1892)

Jaudin, Henri (Actif 1ère moitié XXe)

Jaunez Lina (Première moitié du 19e)

Jayet, F (Actif fin XIXe)

Javal Alice Claire (1869-1943)

Jazet Jean-Pierre-Marie (1788-1871)

Jeanclos Georges (Jeankelowitch ou Jeanclos-Mossé dit, 1933-1997)

Jeannin Frédéric Émile (1859-1925)

Jeanson Barthélemy (?-1828)

Jeaugeon Charles Auguste (1844- ?)

Joanique Pierre (actif mi 20e)

Joannis Léon de (actif 1ère moitié 19e) Voir Notice.

Job (Jacques Marie Gaston Onfroy de Bréville dit, 1858-1931)

Jolimont François-Gabriel-Théodore Basset de (ou Jolimond 1787- ?)

Joly Alexis Victor (1 mai 1798 † 1874) NC

Joly Claude (actif mi 20e)

Jorand Jean Baptiste Joseph (Paris,1788 † Eu, 27 avril 1850) NC

Jordan André (1908- ?)

Jorel Alfred (Actif mi 19e)

Jouenne Michel (1932)

Jourdain Henri (1864-1931)

Jourdain Roger Joseph (1845-1918)

Journault Alexandre Adolphe (actif 1ère moitié 20e) NC

Journet Élise-Marie-Thomas ( ?-1866)

Jousselin Paul (actif 1ère moitié 19e)

Jouve Louis (1819-1903) NC

Jouvet-Magron, Mme Dominique (actif début 20e)

Julien Pierre (Saint Paulien 1731-1804) sculpteur

Jullien Amédée (1819-1887)

Jundt Gustave Adolphe (1830-1884)

Jung Théodore (1803-1865)

Kadh (Actif au 20e siécle)

Kat Otto B. de (Pays-Bas 1907-1995)

Kaufmann Adolf (Autriche 1848-1916)

Kawun Ivan (25 novembre 1925-2001)

Kayser Edmond Charles (1882-1965) Voir Notice.

Kayser Gabrielle Marie (1902-1993)

Kickert Conrad (La Haye, 1882 Paris, 1965)

Koenig Jules Raymond (1872-1966)

Konsens Viktor dit Viko (1915-1998)

Konstantin A Korovine (1861-1939) Voir Notice.

Koornstra Metten (Pays-Bas 1912-1978)

Kostmann Pierre (1826 † ?)

 

Cette notice (créée le 20 aoüt 2010 et modifiée le 1er septembre 2020) s'inscrit dans notre "Essai d'un Index des Peintres en Auvergne et Bourbonnais".

Si vous possédez des informations, documents ou œuvres, merci de me contacter en cliquant sur ce lien si Outlook est votre messagerie par défaut.

Sinon recopier l'adresse suivante en remplaçant (at) par @ : info(at)alcesteart.com.

Afin de compléter notre iconographie en vue de la publication d’un catalogue en annexe, nous achetons des œuvres en rapport avec l’Auvergne. Si vous ne souhaitez pas les vendre, nous serions heureux de pouvoir les reproduire.

Voir notre Catalogue des oeuvres disponibles, des ventes de gravures de peuvent être en cours.

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation.

 

Partager cet article

Repost0
14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 11:00

 

KorovineCA-SignatureUn lot de la vente Artcurial (n°128, Deauville, 19 août 2010), « Le casino de Vichy » attire notre attention. Signée  Constantin Korovine (1861-1939), pionnier de l’impressionnisme russe et décorateur de théâtre, cette huile sur toile (38 *61 cm) a déjà subi l’épreuve du marteau, sans succès (Étude Martin & Chausselat, Versailles, 29 mars 2009, lot 114). Espérons que cette pièce, caractéristique de ses « notations nocturnes (qui) ont du mouvement et de l’harmonie »[1], aura plus de succès, et surtout qu’une bonne volonté permettra à cette œuvre d’entrer dans une collection vichyssoise, privée ou publique.

Korovine-Arcurial100819

Constantin A. Korovine (1861-1939)

Peintre, Sculpteur, Architecte et Décorateur russe, Constantin Alexis Korovine est né le 23 novembre 1861 à Moscou. Élève à l'École de peinture de Moscou (1875-1882) dans l’atelier d'Alexis Savrasov (1830–1897), l’industriel Mamontov l’emploie dans son théâtre privé ; jusqu’en 1901, Korovine y donnera une nouvelle conception du décor.

Parcourant l’Europe, il présente à Paris « Au petit matin » (Salon de la Société des Artistes Français, 1893, n°988).

Korovine-SAF1893

 

Affecté à la décoration des opéras aux Théâtres Impériaux de Saint-Pétersbourg (1898), sa peinture de chevalet souffre de la création d’une centaine de décors et costumes de ballets ou d’opéras. Pour l’Exposition Universelle de 1900 à Paris, Korovine est appelé à diriger la composition et la décoration du Village russe.

Korovine-LaPlume1900

 

Roger Marx[2] souligne « le rationalisme technique », « le sens natif des harmonies », établit « un parallèle avec Henri Rivière (1864-1951) ». Ce rapprochement est également noté par Jean Lahor « Il nous a étonnés et ravis, ce réveil de l’art populaire dû à des artistes rares, à Vasnetzov[3], surtout à Korovine, architecte et peintre admirable, ayant, comme notre Rivière, le génie du paysage décoratif »[4]. Ses réalisations, reproduites dans diverses revues, lui valent la Médaille d’Or.

Korovine-GBA1900

 

Le 28 décembre 1900, Korovine est nommé Chevalier de la Légion d’Honneur[5].

Dès 1901 à 1918, tout en poursuivant ses voyages, il enseigne dans diverses écoles en Russie dont l’École des Beaux-Arts de Moscou.

Membre de l’Académie de Saint-Pétersbourg en 1905, il participe à l’Exposition de l’Art Russe organisée par Serge Diaghilev (1872–1929) dans le cadre du Salon d’Automne de 1906[6].

Les expositions suivantes seront personnelles (1920, 1925).

Ainsi que nombre de ses contemporains, il fuit la Russie bolchevique pour s’installer définitivement à Paris en 1923. Dépouillé de ses tableaux, ruiné, Korovine doit alors compter sur la générosité de ses compatriotes émigrés, et relance sa peinture de chevalet , reprenant ses esquisses et dessins, créant de nouveaux paysages et portraits au fil de ses rencontres, voyages.

Ses créations pour « le Prince Igor » au Théâtre des Champs-Élysées (1929) émergent de la saison de l’Opéra Russe à Paris alors que les noctambules rêvent de la Russie éternelle en soupant et dansant au cabaret russe « Boïard’s » (rue Lécluse, Paris) décorée d’après les esquisses de Korovine.

En 1933, le Musée Galliera permet de revoir les créations d’avant guerre avec son exposition « L’Art décoratif au théâtre et dans la musique » où les œuvres de Korovine côtoient celles de Maxime Dethomas (1867-1929)[7].

Constantin Korovine décède le 11 septembre 1939 à Paris.

 

Korovine & le Bourbonnais

 

Précurseur de l’impressionnisme russe, Korovine se plait à représenter les paysages de neige et, surtout, des visions nocturnes de paysages urbains animés, au hasard de ses séjours ou voyages (Paris, Nice, la Savoie et l’Auvergne avec Vichy).

L’étude des quelques six cents pièces passées en salle de vente depuis une vingtaine d’année, nous a permis de trouver une petite dizaine de peintures concernant la cité thermale bourbonnaise outre le tableau au Musée Russe de Saint-Pétersbourg[8] cité dans le Bénézit, « Rue à Vichy » (1900).

 

Avec deux tableaux datés, les séjours de Korovine à Vichy peuvent être situés entre 1900 et 1926. Cependant, en l’état actuel de nos recherches, nous n’avons une certitude que pour deux séjours : celui, à une date encore indéterminée, ayant produit cette vue d’une « Rue à Vichy », et, un deuxième en 1911.

Datée de 1902, la « Place de Vichy », huile sur toile de petit format (230*315mm), ne nous est connu, pour l’instant, que par la vente Boisgirard (n°91, Paris, Drouot Richelieu, 16 juin 2004) où elle a été adjugé 30000€, trois fois son estimation. Fait-elle suite à des esquisses prises lors du séjour ayant produit la toile de 1900 ou à un autre plus récent ?

En juillet 1911, Korovine accompagne le chanteur d'opéra Feodor Ivanovitch Chaliapine (1873-1938) à Vichy qui doit se produire sur la scène du Théâtre du Casino[9].

K Chaliapine-Vichy1911

 

Le 27 juillet, Chaliapine y interprète le rôle titre de Don Quichotte, comédie en 5 actes d’Henri Caïn (1857-1937) sur une musique de Jules Massenet (1842-1912). Quelques années auparavant, Korovine avait crée pour le Bolchoï les décors du Don Quichotte de Ludwig Minkus (1826-1917).

Korovine-Chaliapine-MuséeRusse 

Korovine, subjugué par la lumière, passe tout l’été 1911 à Vichy, résidant au Pavillon Sévigné où les propriétaires, impressionnées par sa Légion d’Honneur, lui réservent la meilleure chambre avec vue sur les parcs, l’autorisant à y installer son chevalet. Komarovskaia mentionne ce séjour comme très productif bien que les toiles sur Vichy, composées à un sens de la mise en scène, demeurent rares.

 

Trois toiles représentent le Théâtre du Casino  ou ses environs : deux paysages urbains animés diurnes et un nocturne.

Prise de jour, une vue du Casino, dans un format tout en hauteur (61*50cm), est apparue une première fois à Marseille où elle a été adjugée 15000€ (Damien Leclere, 1er novembre 2008) sous le titre imprécis de « Vue de Vichy ». Cette huile sur toile réapparait dans la même Étude en mars 2010, sans succès. Plus statique, ouatée comme ces après-midis d’été, chauds et languissants, que connaissent les cités thermales, et qui n’incitent pas à partager l’intimité. Le lieu est d’ailleurs moins animé. Les quelques personnages regardent ou se dirigent vers l’Opéra où se trouve, peut-être, la fraîcheur ! Seule, la femme attablée, dans l’ombre d’un feuillus, devant quelque boisson rafraîchissante tourne le dos à l’édifice, écrasé par un ciel qui recouvre plus du quart de la surface peinte.

Korovine-Vichy-Opera L

 

Lors de la vente Damien Leclere du 1er novembre 2008, une autre huile sur toile était présentée sous le titre « Entrée du parc thermal à Vichy » (n°105, 40*61cm). Estimée entre 15000 et 20000€, elle ne trouva aucun acquéreur. Située au carrefour des rues du Casino, Wilson, Georges Clemenceau, la vue est prise en venant de la rue de la Source de l’Hôpital. Cette vue perspective présente à gauche la verdure des feuillus de l’allée bordant le parc thermal, à droite l’immeuble de l’ancien Hôtel Astoria. Les ombres des personnages indiquent une matinée d’une cité thermale…

Korovine-Vichy-RueWilson L

 

La toile qui nous a conduit dans le sillage de Korovine est, nous l’avons mentionné, caractéristique de son style. Elle traduit l’instant, en dégage l’âme. Cette vue du « Casino du Vichy » nous invite à rejoindre les noctambules dans la suite de leur soirée, à l’issue d’un spectacle à l’Opéra qu’ils quittent vers d’autres lieux animés de la cité.

Korovine-Vichy-Casino L

 

Nous aurions pu les rejoindre au « Café à Vichy », huile sur toile adjugée 15300€ (61*50cm, Finlande, Vente Bukowskis à Helsinki le 11 février 1996), presque au double de son estimation. Ou sur ces terrasses désertées du « Vichy », huile sur toile (69*97cm) de grand format vendue 235885€ par Sotheby's (New York, 5 novembre 2008)

KorovineKA-Vichy Sotheby L

 

Nous les retrouvons au croisement des rues de Paris et Gorges Clemenceau, avec cette vue prise de la rue Lucas face à l’immeuble occupé, actuellement, par un opérateur mobile : « Vichy », huile de petit format (355*270mm) adjugée 13000€, au-dessous de son estimation (Boisgirard, 2 décembre 2009).

Korovine-Vichy Boisgirard L

 

Une toile identique, plus lumineuse et plus panoramique (38*46cm), était présentée avec le même titre« Vichy », quelques mois plus tôt, par Artcurial (Deauville, 22 août 2009) pour une estimation de 15000 à 20000€ et comme datée de 1926.

 

 

Vous retrouverez Korovine et d’autres peintres et graveurs dans notre prochain ouvrage « Vichy & ses peintres » à paraître fin 2011. Pour plus de renseignement, me contacter.

 

Suivez cette notice. Les réponses à des demandes de renseignements et de documents qui ne nous sont pas encore parvenues seront l’objet de mises à jour.

Bibliographie :

Roger Marx « Les arts à l’Exposition Universelle de 1900. La décoration et les industries d’art », La Gazette des Beaux-Arts, 1900, pp.397-421.

Roger Marx « Les arts à l’Exposition Universelle de 1900. La décoration et les industries d’art », La Gazette des Beaux-Arts, 1900, pp.136-168.

Roger Marx « La décoration et les industries d’art à l’Exposition Universelle de 1900 », 1901, Delagrave édit.

Charles Saunier, « Roger Marx et l'Art décoratif du temps présent », La Plume mars 1902, pp.402.

La Revue du Bien, février 1903.

Paul Jamot, « Le salon d'automne (2e et dernier article) : L'exposition de l'art russe », La Gazette des Beaux-Arts, Janvier 1907, pp.43-53.

« Des impressions parisiennes », exposition 1920.

« Œuvres récentes de Constantin Korovine (La Riviera et Paris) », Bernheim Jeune & Cie, 1925.

N.I. Komarovskaia , « O Korovine Konstantine », 1961.

R. Vlasova, « Constantin Korovine and his works », Léningrad, 1970.

Valentine Marcadé, « Le renouveau de l'art pictural russe, 1863-1914 », L'Âge d'Homme, 1971, 395 p.

Sophie Monneret, « L'impressionnisme et son époque: dictionnaire international illustré », 1981, Volume 3

Jean Jacques Lévêque, « Les années de la Belle Époque: 1890-1914 », www.acr-edition.com, 1991, 725 p.

Dr Mikhaïl Guerman, « Impressionnistes et Postimpressionnistes russes », collection "écoles et mouvements", Ed. Parkstone, 1998, 200p.

 

Voir la Retrospective Korovine au musée Russe de Saint-Petersbourg (août 2011 - novembre 2011, compte-rendu sur le site "La Voix de la Russie")

 

Cette notice s'inscrit dans notre "Essai d'un Index des Peintres en Auvergne et Bourbonnais".

Si vous possédez des informations, documents ou œuvres, merci de me contacter en cliquant sur ce lien si Outlook est votre messagerie par défaut.

Sinon recopier l'adresse suivante en remplaçant (at) par @ : info(at)alceste-art.com.

Afin de compléter notre iconographie en vue de la publication d’un catalogue en annexe, nous achetons des œuvres en rapport avec l’Auvergne. Si vous ne souhaitez pas les vendre, nous serions heureux de pouvoir les reproduire.

Voir notre Catalogue des oeuvres disponibles, des ventes de gravures de peuvent être en cours.

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation.

 



[1] Paul Jamot « Le salon d'automne (2e et dernier article) : L'exposition de l'art russe », La Gazette des Beaux-Arts, Janvier 1907, pp.43-53.

[2] « Les arts à l’Exposition Universelle de 1900. La décoration et les industries d’art », in La Gazette des Beaux-Arts, 1900, pp.405-406, avec des dessins de René Binet (1866-1911), l’architecte de la porte Monumentale, qui reproduisent les œuvres de Korovine.

[3] Viktor Mikhailovich Vasnetsov (1848-1926)

[4] « L’art populaire », in La Revue universelle, 1902, n°53, p.3.

[5] Mes remerciements à Monsieur Thomas, Grande Chancellerie de la Légion d'honneur, qui a bien voulu consulté ses dossiers suit à ma demande téléphonique.

[6] Rappelons que ce salon compte parmi ses membres fondateurs, le peintre et graveur Lopisgich qui en assura le secrétariat général jusqu’en 1907.

[7] M. Dethomas illustra « Amica, America » de Jean Giraudoux (Émile Paul frères, 1918).

[8] Nous restons dans l’attente d’une réponse à une demande de renseignements et de reproduction pour cette œuvre.

[9] Mes remerciements à Fabien Noble (Musée de l’Opéra de Vichy) pour ses indications sur Chaliapine.

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 12:25

Osbert Charpentier1892« Les Hommes d’Aujourd’hui », 1892, n°419, 9ème vol. Texte d’Albert Charpentier.

Avec un portrait charge par Henri Gabriel Ibels[1] (1867-1936, I.F.F. vol.11, p.20 n°5bis).

 

I

 

Alphonse Osbert est né à Paris le 23 mars 1857.

Son nom est un écho du moyen âge et retentit clair comme la trompe de Roland. Ses lointains ancêtres, venus de Danemark en Normandie, étaient nobles seigneurs à la barbe blonde qui préféraient la prison à l’abandon de leurs croyances ou de leur dignité. L’un d’eux fut même tué, je crois, pour avoir soutenu la cause du peuple.

Alphonse Osbert a hérité de ses aïeux[2] l’allure seigneuriale. Il marche droit, tête haute, l’œil fier et bon sous le chapeau à bords plats.

Il habite avec sa mère à Vaugirard et je laisse à ceux qui le connaissent le soin d’apprécier l’homme pour ne parler que de l’artiste.

 

II

 

Jusqu’ici deux étapes caractéristiques dans le talent du peintre : la première de 1883 à 1890 ; la seconde de 1800 à aujourd’hui. Stades totalement différents au premier abord, mais qui se complètent et s’expliquent pour l’esprit attentif.

À l’école, l’artiste avait pour maître M. Lehmann[3]. Que de discussions entre le maître et l’élève et combien de fois n’a-t-on pas failli déserter l’insupportable atelier ! Le véritable maître vers lequel vont les aspirations est M. Bonnat[4], que le jeune homme admire et imite.

Au Louvre, on restait en extase de grands quarts d’heure devant Ribéra[5], dont on copiait parfois les toiles.

À la vérité, on n’avait pas encore regardé par soi-même : on voyait comme M. Bonnat, l’idole qui peignait la nature humaine avec force et grandeur, semblait-il. On était hypnotisé, on ne discutait pas.

Psychologiquement, cette admiration était le corollaire nécessaire d’une nature de certitude qui affirmait audacieusement l’existence du monde extérieur dans une vision jugée seule la vraie, l’irréfutable. État d’âme  heureux, s’il en est, pleinement satisfait et convaincu, auquel correspond une peinture sculpturale, rudement rehaussée d’oppositions violentes, un réalisme de muscles tendus et estompés de noir pour les mettre en le relief des écorchés vifs. Surabondance de vie matérielle, école de Rubens sans le coloris, progéniture dégénérée de Ribéra.

Dans cet état d’âme fut conçue et exécutée en 1883 « La Dernière Autopsie d’André Vésale »[6], large toile où la jambe de l’autopsié vient en avant dans un raccourci puissant et lourd, où le fond est traité avec ce jus de bitume cher au genre. Le tableau était d’un bon élève qui avait rapidement acquis la pâte grossière et solide de son maître.

En 1884 parut « La Mort du Moine »[7], toile moins violente dans les oppositions de chair, procédant plus directement - si on peut dire – de Ribéra.

 

III

 

Mais voici que l’artiste voyage. L’Espagne le retient quelques semaines ; ses musées l’absorbent. Il arrive en présence de Vélasquez et il est aveuglé. Il recule, ébloui, hésite à blasphémer, revient et cherche à comprendre. La lumière tombe à flots sur sa rétine. Plus de bitume, plus d’antithèse, mais l’orchestration complexe de tons éclatants toujours harmoniques, le prisme décomposé et reconstitué dans une facture large et vivante, dépourvue de procédé presque. Peu à peu, le voile lourd des paupières se soulève et le jeune peintre est émerveillé. Le décor du monde est un Vélasquez.

Alors quoi ? se demande l’artiste. Les choses ne sont pas ce que je voyais. Qui a raison, Ribéra, Bonnat ou Vélasquez ?

M. Osbert revient en France, désarçonné. Il trouve dans son atelier les anciennes toiles qui lui paraissent affreusement ténébreuses : il a dans l’œil et dans la mémoire le maître espagnol et sentant qu’il a fait fausse route jusqu’alors, il se promet courageusement de tenter autre chose. Vélasquez a été le révélateur et l’aiguilleur de sa vision.

Aussitôt l’artiste s’essaie dans la transformation de son passé. De cette époque date « La Fileuse »[8], faite d’après une esquisse rapportée d’Espagne. En 1886, « Saint-Paul l’Ermite »[9], où les progrès sont imperceptibles au point de vue lumineux, mais qui reste une belle œuvre dans une conception inférieure.

« Portrait de mon père »[10], en 1887, est exécuté dans la facture Bonnat.

En 1888, « La Brume du matin » et « Mystère du soir »[11], attestaient une notable transition. Mais le peintre passant du noir au clair a désappris et de l’École il n’a gardé que la préciosité du geste, le recherché des attitudes. Les nudités de ce dyptique ne sont enveloppées d’aucune atmosphère et la lumière qui les entoure ne vient ni les imprégner ni les colorer.

 

IV

 

En 1890, un « Christ en croix »[12], conçu dans la division du ton et sous l’influence de G. Seurat[13], comme procédé, ouvre l’ère nouvelle. C’est un pas en avant pour la vision lumineuse et un retour heureux au passé pour la solidité de la pâte et la fermeté de la charpente. Parallèlement, la psychologie de l’artiste dévie. Moins de certitude, moins de violence et plus de rêve.

Au réalisme, entendu au sens étroit et mensongèrement convaincu de peindre les choses « telles qu’elles sont », succéde dans l’âme de M. Osbert un idéalisme ample, un ardent besoin d’art religieux, mystique même, une croyance esthétique en une lumière supérieure.

Ainsi paraît son Christ, geste de vérité dans la nuit d’ignorance, lumineux par lui-même.

En 1891, M. Osbert abandonne le salon des Champs-Élysées[14] et fait son entrée aux indépendants[15] avec une toile déjà très remarquable : « L’Harmonie d’Automne ».

C’est dans les bois aux feuilles jaunies, tombantes, une femme nue. Le torse en arrière, les épaules et la gorge colorées par les reflets d’un soleil mourant, elle rêve, les yeux clos, cette Femme-Automne, tenant délicate en sa main une branche que plus ample pression briserait. C’est harmonique vraiment et triste, sans banalité. Cependant le geste manque de cette simplicité sobre qui préside aux œuvres maitresses.

Deux mois après, au salon du Champ-de-Mars[16], une carte de visite, sous verre, intitulée « La Tombée du soir », attirait les regards artistes.

En 1892, M. Osbert a fait un pas gigantesque dans deux grandes toiles dont l’une, « Vision » fut exposée au Champ-de-Mars[17].

Vision, c’est le sentiment biblique des anciens âges, incarné dans une sainte Geneviève, gardeuse de mouton. Le soleil n’a pas encore percé à l’horizon, le ciel est argentin et comme virginal : le fond du bois est embué de la vapeur bleue de l’aurore et les champs sont paisibles où paissent les troupeaux. Les pieds joints, les mains jointes, les yeux levés, droite dans l’attitude héraldique d’une Prière qui monte, elle a vraiment la foi des simples, cette sainte, et la vision de choses grandes, quelque peu fabuleuses, dans ce décor mystérieux. Il y a là une infinité de rêve dans une largeur d’exécution où le procédé même s’efface. C’est à notre avis la plus belle œuvre de M. Osbert.

Avec « L’Hymne à la mer »,[18] nous sommes en présence d’un couchant. Sur le coteau noyé d’ombre indécise qui descend au pied de la plage, une fille antique de large carrure chante l’hymne éternel, en s’accompagnant de la lyre. Ici encore, l’impression est haute, toute de plein air, comme une mélopée à la fois sonore et vaporeuse qui se perd dans la vastitude du soir.

Récemment l’artiste, de retour des bords de l’Allier[19], a rapporté des études très importantes, simples notes jetées sur le panneau, d’où sortiront, d’où sont déjà sorties des toiles de valeur. (Voir le salon des Indépendants, ceux de la Rose+Croix et du Champ-de-Mars).

Quant à la manière dont le peintre travaille, elle peut se résumer : voir, saisir au vol de l’heure, retenir et faire voir ensuite. Alphonse Osbert travaille donc matériellement surtout à l’atelier. D’ailleurs il lui arrive souvent d’imaginer un paysage comme décor pour ses figures. Les tons qu’il aime sont le bleu, le violet-verdâtre et le jaune du couchant. Il en sait la gamme, tous ses harmoniques ; et ce n’est pas sa plus petite originalité.

 

V

 

Alphonse Osbert peut être défini le peintre du rêve dans la lumière grise. C’est un poète, en effet, qui chante son âme sur sa toile, comme Verlaine en ses vers. De préférence les brumes de l’aurore et les vapeurs du soir l’attirent et le bercent. Et comme le poète est doublé d’un compositeur, il crée des fabulations pour développer son thème et transposer son âme. L’orchestration est en outre savante et la phrase bien écrite.

Au résumé, M. Osbert joint a des dons naturels et à une science de peintre de rares qualités d’artiste.

Albert CHARPENTIER[20].

 

Cette notice s'inscrit dans notre "Essai d'un Index des Peintres en Auvergne et Bourbonnais". Si vous possédez des informations, documents ou œuvres, merci de me contacter en cliquant sur ce lienou en recopiant l'adresse de ce lien à partir de votre messagerie. Afin de compléter notre iconographie en vue de la publication d’un catalogue en annexe, nous achetons des œuvres en rapport avec l’Auvergne. Si vous ne souhaitez pas les vendre, nous serions heureux de pouvoir les reproduire.

Voir notre Catalogue des oeuvres disponibles, des ventes de gravures de peuvent être en cours.

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation.

 



[1] Ndlr : Sa demi-sœur, Louise Catherine Ibels (1891-1965), élève de Bernard Naudin, exposera deux gravures représentant des paysages auvergnats : « Cour de ferme auvergnate » (eau-forte originale, Salon d’Automne de 1946 , n°703, I.F.F. 1960, vol.11, n°23b), « Hiver en Auvergne » (eau-forte originale et aquatinte, Salon de La Société Nationale des Beaux-arts de 1949, n°3675).

[2] Ndlr :Son père, marchand d’estampes, édita Berr Nathan, Georges Blanke, Théophile-Victor Desclaux, Jean-Julien ou Jacot, Ange-Louis Janet dit Janet-Lange, Lacombe, J. Lacour, Adolphe Leroy, Ludovic,

[3] Ndlr : Henri Lehmann (1814-1882), élève d’Ingres. Parmi ses autres élèves, nous citerons les artistes auvergnats : Charles Maurin, Pierre Tullon et le lyonnais Alexandre Seon.

[4] Ndlr : Léon Joseph Florentin Bonnat (1833-1922). Parmi ses élèves, les artistes peintres bourbonnais Eugène Charvot , Paul de Laboulaye, Georges Antonio Lopisgich, Sylvestre Milanolo, Lucien Pénat…

[5] Ndlr : Le musée Crozatier (Le Puy en Velay, Haute-Loire) détient une de ces copies « Le pied-bot » réalisée par l’un des rénovateurs de la gravure en couleurs, le peintre Charles Maurin originaire du Puy en Velay (Haute-Loire, Auvergne, 1856-1914),

[6] N°1822 du livret qui indique « élève de H. Lehmann et de MM. Bonnat et Cormon ». Fernand-Anne Piestre, dit Fernand Cormon, (1845-1924). Osbert est alors domicilié au 7 de la rue Alain-Chartier à Paris. Le tableau est accompagné d’un extrait de la Chronique d’Espagne – Règne de Philippe II « En l’an 1563, André Vésale fut accusé d’avoir commencé l’autopsie d’un homme qui n’était qu’en léthargie. Traduit pour ce ait devant le tribunal de l’Inquisition, il fut condamné à mort. Philippe II d’Espagne obtint difficilement la commutation de la peine en un pèlerinage en Terre-Saint » (293*350cm, visible au musée d’Orsay).

[7] Ndlr : Salon de la Société des Artistes Français, n°1833 du livret.

[8] Ndlr : S.A.F., n°1890 du livret.

[9] Ndlr : S.A.F., (244*180cm, n°1780, visible au musée d’Orsay), A. O. présente aussi « Violon et vieux bouquins » (n°1781, réexposé au salon des Indépendants de 1894, n°575).

[10] Ndlr : S.A.F., n°1817 du livret.

[11] Ndlr : S.A.F., le livret indique « Fraîcheur matinale ; mystère du soir ; (dyptique) » (229*134cm, n°1939), visible au musée d’Orsay.

[12] Ndlr : S.A.F., « Martyre du Christ » (n°1816, en référence au Credo de Nicée « Lumen di lumine ». Osbert fait référence de sa filiation à Puvis de Chavannes (1824-1898) et insère son nom entre Bonnat et Cormon.

[13] Georges Seurat (1859-1891),  pionnier du pointillisme et du divisionnisme, co-fondateur avec C. Maurin, entre autres, des Artistes Indépendants. Corollairement aux recherches de Seurat, basées sur les travaux de Chevreuil et Charles Henry, C. Maurin mettait au point son procédé de peinture vaporisée.

[14] S.A.F..

[15] En réalité, Osbert exposait aux Indépendants depuis 1889. En 1891, il expose 10 pièces (n°888-897 du livret), et, rencontre Maurice Denis (1870-1943) qui l’invite à la première exposition des Nabis à Saint-Germain-En-Laye ainsi qu’en 1893.

[16] Salon de La Société Nationale des Beaux-arts, présidé par so ami Puvis de Chavannes

[17] S.N.B.A. n°779 (Huile sur toile, H. 235 ; L. 138 cm), réexposée en 1893 lors du deuxième salon Rose+Croix. L’œuvre, restée dans la famille de l’artiste, est visible au musée d’Orsay.

[18] Salon des Indépendants (n°963, Huile sur toile, 278*176cm) visible au musée départemental de l’Oise, Beauvais. A. O. était parmi  les membres chargés du placement des œuvres, avec Signac, Luce, Ibels…

[19] Depuis sa rencontre, en 1891, avec Marie-Louise Boitelet (1854-1925) originaire de Cusset, A. O. se rend chaque année, de mai à octobre à Vichy ou ses environs, point de départ d’excursions en Auvergne et Bourbonnais : Hérisson (1891), Chateldon (1892) ; Le musée d'Orsay conserve deux huiles sur bois, localisée et datée de cette période « Chateldon, 1892 » (180*270mm), « Bords de l’Allier, Vichy 1892 » (185*275mm). Les premiers paysages bourbonnais exposés figurent au salon des Indépendants de 1893 (n°964 & 965).

[20] A. O. rencontre Charpentier en 1891 lors des soirées organisées par la revue symboliste « La Plume » et fréquentées par Puvis de Chavannes et son ami le bourbonnais Marcellin Desboutin, Ibels, le poète Mallarmé si cher à notre compatriote Etienne Clémentel. Nous reviendrons sur ces soirées en évoquant le banquet donné en l’honneur de Puvis de Chavannes au cours duquel Desboutin reprit sa plume.


 

 

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 05:00

 

Ce 10 juillet 2010, les quatre-vingts parlementaires ayant refusés les pleins pouvoirs au gouvernement français afin de modifier la constitution étaient mis à l’honneur ; parmi ces « résistants » du 10 juillet 1940, le sénateur Marx Dormoy.

Né le 1er août  1888 à Montluçon  (Allier), Marx Dormoy participe au gouvernement du Front Populaire en tant que sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil puis en qualité de ministre de l’Intérieur après le suicide de Roger Salengro, le 18 novembre 1936. La fonction et son action ne pouvaient que susciter la verve des caricaturistes de l’époque.

Dormoy LeRire1939 détailMi-Hortefeux, mi-Besson, Marx Dormoy s’est illustré par une volonté de réprimer « impitoyablement » les réfugiés clandestins, mais également par sa lutte contre l'« Organisation secrète d'action révolutionnaire nationale » surnommée par la presse « La Cagoule ».

Suite aux attentats visant les sièges d’organismes patronaux (C.G.P. et U.I.M.M.) le 11 septembre 1937, dans lesquels sont impliqués des membres de la cagoule clermontoise, les Enfants de Gergovie, et, après l'échec d’une tentative de coup d’État le 15 novembre, Marx Dormoy démantèle l’organisation terroriste fin novembre 1937.

Ben-LeRire-DonQuichotte1939Au hasard d’une brocante, en feuilletant les pages d’un numéro spécial du journal satirique « Le Rire » en date du 6 janvier 1939 (n°1015), je découvre parmi « Les véridiques aventures d’un Don Quichotte à la manque » l’épisode où le héros « vint à croiser son ami, le malin Dormoy, sire de Fantomarx, grand amateur de littérature cabalistique et rocambolesque… (qui) prenant l’air grave qu’il avait coutume d’adopter… vint à lui dire à l’oreille qu’une Cagoule horrifique… monstre suscité par l’infernal Adolf pour ravager le pays… (exigeant) chaque jour sa part de victimes. Tous les défenseurs du marxisme étaient visés… Don Quichotte, à ces mots,… jure de débarrasser le pays de cette horrible Cagoule… (l’apercevant) il fonce dessus. Hélas ! sous le choc, la Cagoule, qui n’était qu’un mannequin de toile… ».

Dormoy LeRire1939 pageHéros bien involontaire de cette satire de BEN, Marx Dormoy, après le refus du 10 juillet, devait être mis en résidence surveillée ( ! ) à Montélimar où le 25 juillet 1941 des sympathisants de cette Cagoule qu’il croyait avoir détruite posèrent une bombe sous son lit.

Né à Vauldenay (Maine-et-Loire) en 1908, Benjamin Guitonneau dit BEN étudie aux Beaux-arts d'Angers puis de Paris avant de collaborer à la presse sportive (Prix littéraire du football en 1936) puis, après la Seconde Guerre mondiale, à divers journaux d'extrème-droite. Malade, il décéde à Paris en 1966.

 

Pour conclure, une iconographie de Marx Dormoy plus conventionnelle avec cette eau-forte originale de l’artiste bourbonnais Lucien Pénat (1873-1955), Grand Prix de Rome de Gravure en 1902 et ami de Marx Dormoy.

Pénat-Dormoy L

 

 

 

 

Voir notre Catalogue des oeuvres disponibles, des ventes de gravures peuvent être en cours.

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation.

 

 

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 19:44

 

 

C. Michèle (Début 20e)

Cabuzel Maurice (1878- ?)

Caffari (Actif XIXe)

Cahen Rosine (Début 20e)

Cahours Henri Maurice (1889-1954)

Cailleux de, Alphonse Achille Alexandre (de Cailloux dit, 1787-1876)

Caillou-Legendre Louis (1820- ?)

Cals Adolphe-Félix (1810- ?)

Camus Jean (1877-1955)

Canteigrel Félix Eugène

Canu Jean Dominique Etienne (1768-1843 ?)

Capgras Georges (Joinville-le-Pont, 1866 † Paris, 1947)

Capman Louis Joseph Auguste (Siran ?† ?) (Actif début XXe)

Cappiello Leonotto (1875-1942)

Carbonneau Jean-Baptiste-Charles (1815- ?)

Carey Charles Philippe Auguste (1824-1897), voir Notice.

Carrier Belleuse Albert-Ernest (1824-1887)

Carrier-Belleuse Pierre (Paris, 1851  1932)

Carrière Eugène (1849 1906)

Cariven J. (Actif de 1864 à 1880)

Carjat Etienne (1828-1906)

Carlêgle Charles-Emile (1877-1937)

Carot J (XIXe)

Carré Raoul (Montmorillon, 1868 † Paris, 1933)

Carter James (1798-1855)

Cartier Victor Émile (1811-1866)

Carzou, Jean (1907  2000)

Cassagne Armand Théophile (1823-1907)

Cassard Léon (Vichy ? † ?) Actif fin XIXe

Cassiers Henri (Belgique, 1858-1944)

Cassini de Thury, César-François (1714 1784)

Castan Gustave Eugène (1826 1892)

Castelli Horace (1825-1889)

Casthélaz Fanny Elisabeth (Active 1ère moitié XXe siècle)

Cathelineau Gaëtan (1787-1859)

Cattelain Philippe-Auguste (1838-1890) , voir Notice.

Cattermole Georges (1808-1868)

Catoire Gustave Albert (Fin XIXe)

Cauchois Eugène Henry (1850 1911)

Cavaillès Jules (1901-1977)

Cély Claude (fin 19e)

Cessieux Pierre-Joseph (Saint-Romain-le-Puy ? † ?) (Actif début XXe)

Cézanne Paul (1839-1906)

Chabannes, Hugues de

Chabannes La Palice, Jean Charles Pierre de (Clermont-Ferrand 1862 1928)

Pim [de Chabannes] (1962)

Chabert André (1895 1961)

Chabert Maurice

Chabridon Jean Joseph (Clermont-Ferrand ?- ?) (20e), voir Notice.

Chabrier Etienne (1882-1973)

Chacaton, Jean Henri de (Chézy 1813-1886)

Chadel Jules Louis (Clermont-Fd 1870-1942), voir Notice. Gravures

Chaigneau Ferdinand (1830-1906)

Chagniot Alfred (1905-1991)

Chaillet Robert Édouard Edmond (1896- ?)

Chaine, Henri (Barcelone, 1847 + ?)

Chaleyé Johannès (1878-1960 Le Puy)

Challamel Pierre, Joseph (1813- ?)

Challis Ebenezer (début 19e)

Challoy (mi 19e)

Chalonnax Jean Baptiste (Clermont-Fd ?- ?) Sculpteur

Chaly Etienne (Clermont-Fd ?- ?)

Cham, Amédée de Noé dit  (1818-1879)

Chamoin (début 19e)

Champagnat André (Moulins, 1826  1889)

Champlcaux, Mlle Célina Marguerite (Neuilly le Réal ?- ?) (fin 19e)

Champlcaux, Mlle Hyacinthe Constance (Neuilly le Réal ?- ?) (fin 19e)

Champin Jean Jacques (Sceaux, 8 septembre 1796 † Paris, 25 février 1860)

Champion Edme Théodore (fin XIXe)

Champ-Ricord Anne Marie (Aurillac, 1891 -?)

Champeil Jean-Baptiste Antoine (Paris, 1866 † Colombiers (Orne), 1913)

Champseix E. Paul (début 20e)

Chandelier Jules (La Rochelle, 1813 † 1871)

Chanonat Ernest (1907-1995)

Chaperon Philippe (1823-1906)

Chaplin Charles Joshua (1825-1891), voir Notice.

Chapouteux Jean (Cf. Paul Devaux), voir Notice.Gravures

Chapsal Jean Eloi (15 Aurillac 1811-1882) peintre

Chaput, Jean-Pierre (Luis Rivas-Arroyo dit  (Espagne 1935 ? Montmartre ? 2000)

Chaput Roger (03 Montluçon 1909 - )

Chapuy, Nicolas Marie Joseph, ou, Chapuis, Nicolas (1790-1858)

Charasse Jean (Lapalisse 1941- )

Charayre (Actif fin XIXe)

Charavel Paul-Frédéric Antoine (Marseille, 1877 1961)

Charbonnel Jean Louis (Paulhac 1848-1885)

Jean-Louis Charbonnel Autoportrait (hst, 1870-1872)

Charbonnier L. (Actif début XXe) 

Charliat Marie-Louise (Thiers, active 20e s.)

Charlier Henri (début 20e)

Charnaux Madeleine (Vichy, 18 janvier 1902 10 octobre 1943)

Charnay Armand (Charlieu 1844 Marlotte 1915)

Charpin Albert (fin 19e)

Char-Pou

Charpy Jeanne-Marguerite (Moulins XXe)

Charreton Victor (1864-1937)

Charreyre Antoine (Yssingeaux ?- ?) (19e)

Charvot Eugène (Moulins 1847-1924) voir Notice.Gravures

Chary (Milieu 19e)

Chas Laborde (1886-1942)

Chassériau Théodore (1819-1856)

Chasteauneuf Jean de (1877 Chanonat-1961 Chanonat)

Chateignon Ernest (1865-1910)

Chauffard (Actif 1ère moitié XXe)

Chaumard Henri-Marien (Vichy, 1879  2007 ?)

Chaumont Antoine Bernard (15 (Aurillac, 1755 † Rennes ) sculpteur (N. C.)

Chaumont Gilbert (Billy, 14 avril 1874 décembre 1937)

Chaurand-Naurac Jean Raoul (Lyon, 1878 Paris, 1948)

Chauve Bernard (Bordeaux, 1812 † ?)

Chauvel Jean (XIXe)

Chauvel Théophile (1831-1910) 

Chavignier Louis (1922-1972)

Chavigny, Frédéric de (Fin XIXe)

Chavin-Colin-Larue Louisette

Chazal Antoine (1793-1854)

Chazaly (Actif au 20e siécle)

Cheffer Henry Lucien (1880-1957)

Chemin-Moselly Mlle Germaine  (début 20e)

Chenard A.

Chenavard Claude-Aimé, dit Aimé (Lyon, 1798 Paris 1838)

Chéné Mlle Marie-René 

Chéret Jules (Paris, 1836 Nice, 1931)

Cherrier (début 19e)

Chevalier Charles Gilbert (Clermont-Fd 1803- ?) peintre (N. C.)

Chevalier Jacques Marie Hyacinthe (1825- ?)

Chevaillier Louis Nicolas Gustave

Chevallier Fernand Hippolyte (Le Puy en Velay ?- ?)

Chevandier de Valdrôme Paul (1817-1877)

Chièze Jean-André (1898-1975)

Chigot Francis (1879-1960)

Chinard Pierre (1756-1813)

Chorat Marie Josephe (Vichy ?- ?)

Chouppe Henri (1817-1894)

Ciceri Eugène (1813 1890) gravures

Cicéri Pierre-Luc-Charles (1782-1868)

Clair-Guyot E

Clairin (XIXe)

Clairin Pierre-Eugène (1897-1980)

Clare (mi 19e)

Clary-Baroux, Adolphe (Paris, 1864 † Paris, 1932)

Claudel Louis-Félix (début 20e)

Clément Charles Julien (1868-1945)

Clément Louis (Bourbon-l'Archambault ?- ?) (XIXe)

Clémentel Étienne (Clermont-Ferrand 1864-1936), voir Notice.

Clerget Adèle née Melling (mi 19e)

Clerget Hubert (Dijon, 1818 St-Denis, 1899)

Clerville M. (Actif fin XIXe)

Clochard William (1894-1990)

Clogenson (Actif début 19e)

Clouet E. (actif début 20e)

Cluzeau Pierre Antoine Marie (1884-1963)

Cochet Gérard Paul (1888-1969)

Cochet R (1940 1944)

Cochran J. (mi 19e)

Coigniet Jules (Paris, 2 novembre 1798 † 1er avril 1860)

Coinchon Jacques Antoine Théodore (Moulins 1814- ?) Sculpteur

Colette A

Colin Gaspard

Colin Gustave (19e)

Colin Paul (Nancy, 1892 Nogent-sur-Marne, 1985)

Collet Jacques Claude (1792- ?)

Collet Jean-Baptiste (Début 19e) (N. C.)

Collette Alexandre (Arras 1814 Paris 1876) (N. C.)

Collodion Victor (Clermont-Ferrand ?-1873) (N. C.)

Collot André (1897- ?)

Colombat de L'Isère, Mme Laure (Paris, 17 mai 1798 † 1881)

Comby Henry (Le Puy-en-Velay 1928 - 2004) Sculpteur

Commarmond P. (actif 1ère moitié du 20e)

Concaret Jacques Etienne Fleury (1876-?) (N. C.)

Conchon A

Condé, Christiane de (Active XXe)

Conny, Baron J de (Moulins 1818- ?) Sculpteur

Constant-Duval Léon (Champlay (Yonne) 1877 Saint-Piat (Eure-et-Loir) 1956)

Constantin-Weyer Maurice Peintre

Constantin-Weyer Maurice & ses Illustrateurs

Comandré Marcel Lucien (début 20e)

Cook Henry R.

Cordier Raoul (mi 19e)

Cordier Albert Louis (1871-1906)

Cormier Joseph Paul (début 19e)

Cornet Alphonse (Riom 1839-1898)

Cornu Sébastien Melchior (1804- ?)

Corot Camille (1796-1875)

Corre, Jean-Baptiste (Aubiat, ? + ?) actif fin 19e)

Corroyer Édouard Jules Architecte (1835-1904)

Cortet Anne-Marie (Ebreuil ?† ?) Active fin XIXe

Cosse, l'abbé

Costeau Georges ( ?-1920)

Coster Germaine Marguerite de (1895-1992)

Costilhes Eugène (63 Cunlhat, 8 avril 1865  1932)

Costilhes Mlle Jane (63 Clermont-fd ?- ?)

Cottet Charles Jacques Marie Joseph (1863 Le Puy en Velay-1925)

Cottin Pierre (1833-1886)

Coubine Othon (1883- 1969)

Couché François-Louis (Paris, 1782 † 1849)

Cougouluenhes C. (actif mi-19e)

Coulaud Martin (Cournon 1860-1906) (N. C.)

Coulon J (Ebreuil ?- ?) sculpteur

Couly Juliany

Couraye du Parc, Léonor

Courtin Louis (actif de 1812 à 1841)

Courtry Charles Jean Louis (1846-1897) gravures

Cousen, J. (Actif 1er tiers XIXe)

Coussedière Charles Jean ( ?-1934 Clermont-Fd)

Couturier Philibert Léon (1823- ?)

Couy Jean (1910-1983)

Cower H. J. (Voir Emile Breysse)

Crozatier Charles (Le Puy 1795 – 1855 Paris)

Cubisole Antoine (Montaurie 1811-Le Puy 1877) (N. C.)

Cubisole J A (Le Puy ?-)

Cuisin Charles Emile (1832-1882) (N. C.)

Culan, Géraud (15 Aurillac ?-?) (N. C.)

Curzon, Alfred de (1820-1895), voir Notice.

Cypierre, Casimir de (1783- ?)

 

Cette notice (mise à jour le 2 septembre 2020) s'inscrit dans notre "Essai d'un Index des Peintres en Auvergne et Bourbonnais". Si vous possédez des informations, documents ou œuvres, merci de me contacter en cliquant sur ce lien ou en recopiant l'adresse de ce lien à partir de votre messagerie. Afin de compléter notre iconographie en vue de la publication d’un catalogue en annexe, nous achetons des œuvres en rapport avec l’Auvergne. Si vous ne souhaitez pas les vendre, nous serions heureux de pouvoir les reproduire.

Voir le catalogue en ligne Estamp-art de la Galerie hAbEO à Vichy, des ventes de gravures sur l'Auvergne, le Bourbonnais et le Velay peuvent être en cours.

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 14:55

Index

B

C

D

F

G

H

I

JK

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

V

W

Z

Bibliographie Générale :

 

 

 

Index

Bellier &Auvray publient, en 1882, une table topographique des artistes français (cf. Bibliographie). Cent-six artistes sont recensés pour les départements de l'Auvergne :

 

Peintres

Sculpteurs

Architectes

Graveurs

Lithographes

TOTAUX

Allier

28

7

2

5

 

42

Cantal

8

2

1

1

 

12

Haute-Loire

8

4

 

 

 

12

Puy de Dôme

28

6

5

1

 

40

TOTAUX

72

19

8

7

0

106

 

Cependant, l'objectif de notre Index ne se limite pas à une biographie ou iconographie des peintres, auvergnats par leur naissance, mais plus généralement aux artistes dont les œuvres sont auvergnates par le sujet sur une période de 1830 à 1939. A ce titre, il peut être un complément aux recherches de Nicolas Chabrol, objets d'une thèse de nouveau doctorat sous la direction du Professeur Bruno Foucart : "Répertoire des peintres de l'Auvergne et artistes auvergnats du dix-neuvième siècle" (Université de Paris IV Sorbonne, 1990) (Une mention (N. C.) signale les artistes cités par ce dernier).

Par exception, quelques coups de cœur nous ferons aborder des artistes plus contemporains tels Elizabeth Alvès-Tellechea, Marguerite Noirel, Annick Ranvier, Marie-Josèphe James...

N'hésitez pas à nous demander une notice non encore rédigée à l'aide du bouton "CONTACT" en bas de l'article ou en adressant un courriel à hjb63(at)hotmail.fr avec (at)=@.

Aidez nous à constituer cet index en nous communiquant des informations ou des reproductions d'œuvres soit des artistes cités soit d'artistes dont vous souhaitez nous faire connaître l'existence. La période de référence est de 1830 à 1939 pour des artistes auvergnats (Cantal, Puy-de-Dôme,), du Bourbonnais (Allier) ou du Velay (Haute-Loire) , ou, des œuvres de peintres de l'Auvergne. Des liens vous renvoient sur des notices. Vous pouvez consulter, également, les albums Galerie d'Auvergne, du Bourbonnais, du Velay.

Nous achetons, vendons ou échangeons des œuvres (tableaux, gravures, sculptures) des artistes cités ainsi que des albums de gravures (burin, eau-forte, pointe-sèche) ou de lithographies.

 

A

Abonnel Michel (Clermont-Fd 1881-1915)

Abraham Tancrède (1836-1895)

Achalme Henri (9 juin 1894 † 16 juin 1915)

Achenbach, Oswald (Dusseldorf, 2 février 1827 † Düsseldorf, 1er février 1905)

Adam Victor (Paris, 28 janvier 1801 † Viroflay, 30 décembre 1866)

Adelsward, Gustave d'  (1843- ?) (XIXe)

Alasonière Fabien Henri (XIXe)

Alaux Guillaume (1856-1912)

Alaux Jean-Paul (1788-1858)

Albert-Philibert (Moulins ?- ?) XXe

Alder Emile Paul (1870-1933)

Alesi Friedrich Hugo d' (1849-1906)

     Les artistes ci-dessus sont repris dans la notice.

Adam Victor (1801-1866)

Alasseur Marie (Le Puy, active fin 19e s.)

Alaterre Louis (actif fin 19e début 20e s.)

Alexis Victor ( ?-1840)

Alexeline A. (Actif 2ème moitié XIXe). Voir Notice.

Aligny Théodore Caruelle d'(1798-1871) (N. C.)

Alix Yves (1890-1969)

Allain Louis René

Allais F (Brioude ?-) peintre

Allemand Gustave (1846-1888)

Allier Achille (Moulins 1808-1836)

Allom Thomas (1804-1872) (N. C.)

Allongé Auguste (1833-1898)

Alluys Jean-François (Brioude 1799- ?) (N. C.)

Alophe M. A. dit (Menut-Alophe, 1812-1883)

Alvarez-Dumont Eugénio (1864-1927)

Ambrogiani Pierre (1907-1985)

Amiet, Marie-Louise (Molsheim, 17 avril 1879 † 1944)

Amédée-Wetter Hippolyte-Henri (Montluçon 1869-1929)

Anastasi Auguste-Paul-Charles (1820-1889)

Anchald Maurice d' (voir Saulnier d'Anchald)

André Stéphane (actif au milieu du 20e s.)

Andreau Alexandre ou René (Moulins 1870-1945)

Andreis Alexandre de dit ALEX

Andreu y Estrany Mariano

Adrien, Claude (Verdun, 1803 † ?)

Andrieu A (XXe)

Angeli François (63 Ambert 13 février 1890 † 30 mai 1974)

Anglade Pierre (43 Le Puy 1874-1905) (N. C.)

Antigna, Jean Pierre Alexandre (1817-1878) (N. C.)

Antoine Paul Amable (Vichy 1876-1962)

Anty Henry d' (1910-1999)

Appian Adolphe (Jacques Barthelemi dit, 1818-1898) (N. C.)

Arbey Mathilde (1890-1966)

Arbouin Sidney (1852-1909)

Archimbaud Jean (20e siècle)

Argence Marcel (XXe)

Armand François Alexandre (Le Puy 1840-1917) (N. C.)

Arnous des Sausays, Mme Victorine (née Beaufils) (Massiac ?- ?) (XIXe)

Arnout Jean-Baptiste (1788-?)

Art Berthe (1857-1934)

Assézat de Bouteyre, Louis Charles Eugène (Clermont-Fd 1864- 1942) (N. C.)

Atthalin Louis, Baron (1784-1856)

Aubert jean Ernest (1824-1906)

Aublet Albert (actif seconde moitié du 19e s.)

Aubry-Lecomte Hyacinthe Louis Victor Jean-Baptiste (1797-1858) (N. C.)

Auchère Henri (1908-2000)

Audibran François (1810-1865)

Audin Joseph Marie (Bourg-Saint-Maurice (Savoie) 1800 † Aurillac 1850)

Aujame Jean (1905-1965)

Aussandon Hippolyte (1836-?) (N. C.)

Auteroche Alfred Eloi (1831-mai 1906) (N. C.)

Authier Henriette Mlle (Moulins ?- ?) (XIXe)

B

Voir l'index B.

 

C

 

Voir l'index C.

 

D

 

Dachard André (Actif dbt XXe)

Dagnan Isidore (1794-1873) (N. C.)

Daguerre Louis Jacques Mande (1787 † 1851) (N. C.)

Dalbine Antony (Fin XIXe) (N. C.)

Dalger Martin (Issoire ?- ?)

Dali Salvador (1904-1989)

Daliphard Edouard (1833-1877)

Dallemagne Adolphe (Pontoise, 1811 † Corbeil-Essonnes, 1882)

Dallemagne Aimé Edmond (1882-1971) (N. C.)

Dameron Emile Claude (1848-1908) (N. C.)

Damour Charles (1813-1887)

D'Anchal Maurice (Mauzun ?-?) (N. C.)

Daniel Vincent (1820-Le Puy 1888) (N. C.)

Dantan Fernand (actif au 20e s.)

Danvin Victor Marie Félix (1802-1842) (N. C.)

Danvin Constance Amélie (Née Lambert en 1810- ?)

Daragnès Jean Gabriel (1885-1950)

Darbois-Gaudin Mme Germaine Irène (1907-1980)

Dardoize Emile Louis (1826-1901)

Darel Georges Alfred (Suisse, 1892-1943)

Daslo (Moulins ?- ?)

Daulnoy Victor (1824-?) (N. C.)

Daumier Honoté (1808 + 1879)

Daunis, Mlle France-Andrée (Gannat ? + ?, active fin 19e s.)

D'Auriac Gabrielle (née Onslow, Blesle 1826-?) (N. C.)

Dauvergne Anatole (1812-1870)

Dauzats Adrien (1804-1868) (N. C.)

David Hermine (1886-1970) .

David Jules (1808-1892)

Debucourt Louis-Philibert (1755-1832)

Debut-Didier (Moulins 1824-1893) Sculpteur

Decamps Alexandre (1803-1860) (N. C.)

Decaris Albert (1901-1988)

Deconchy Jean Ferdinand (1872-1911)

Defaux Alexandre (1826-1900)

Degeorge Thomas (Blanzat 1786-1854) (N. C.)

Degobert Guy (1914 + 1988)

Degorce Georges Léo (1894-?)

Dehodencq Alfred (1822-1882)

Dehodencq Edmond (1864-1887)

Dejean Pierre (Actif 2ème moitié XXe)

Dekeersgieter Vic (1930 + 2006)

Delachaux, Léon (Lac-au-Villers (Doubs), 30 juillet1850 † Saint-Amand-Montrond (Cher), 27 janvier 1919)

Delacroix Eugène (1798-1863)

De La Foulhouze, Gabriel Amable (Clermont-Ferrand 1825-1887) (N. C.)

Delaroche Paul (1797 + 1856)

Delarras (ou de Larras, actif mi XIXe)

Delaruelle Camille (1840 + ?)

Delatousche Germain (1898-1966)

Delâtre Eugène (Alfred) (1864-1938)

Delauney Alfred Alexandre (1830-1895)

Delaurier Albert Melchior

Delaval Pierre-Louis (1790 + 1870)

Deleage Louis R (Actif 1ère moitié XXe)

Delécluze Etienne Jean (1781-1863) (N. C.)

Delhommeau Charles (1883-1970) sculpteur

Delisle Julienne Mme (active au milieu du 19e s.)

Delmas Eugène (Pleaux ?- ?)

Delorieux Alfred François Victor (Paris, 1791 Clermont-Ferrand, 1869) (N. C.)

Delorieux Alphonse (?-?) (N. C.)

Delorieux Eugène (?-?) (Actif 2ème moitié XIXe)

Demanet Victor (1895 + 1964)

Demange Adolphe (1857 + 1928)

Demay Victor (Actif mi XIXe)

Demirgian G.-F. (actif fin 19e s.)

Denis Ulysse (XIXe)

Dequesne Albert-Charles (XXe)

Derieu Jean-Paul

Deroy Auguste Victor (1925 + 1906)

Deroy Isidore Laurent (1797-1886).

Derrode (?-? XIXe) (N. C.)

Dervaux Adolphe (1825 + 1868)

Desaide A. (Actif début XXe)

Desaye François (?-? XIXe) (N. C.)

Desboutin André

Desboutin Marcellin (1822-1902).

Desboutin Mycho

Desboutins Jean (XXe)

Desboutin Tchiquine (1879- ?)

Desbrochers Adolphe (1841-1902)

Desbrosses Jean Alfred (1835-1906) (N. C.)

Desbrosses Léopold (1821-1908)

Desbuissons Léon Auguste Jules (Paris, 1870 † 1937 ?)

Deschamps Frédéric (1849-1912)

Desèvre Maurice H. V. ( ?- ? actif dans la 1ère moitié du 20e s.)

Desgoffe Alexandre (1805-1882) (N. C.)

Deshayes Jean Eléazard (?-1848) (N. C.)

Desjobert Louis Rémy Eugène (1817-1863)

Desliens Cécile (1853-1937)

Desliens Marie (1856-1938)

Deslignères, André (1880-1968)

Desmarquais Charles Hipolyte (1823 + 1909)

Despois André (1787-1873) (N. C.)

Desprez Charles Louis Émilien (1818-?)

Desrosiers Charles (Moulins, 1825 + ?)

Desrosiers Pierre-Antoine (1799 + 1873)

Dessain Emile François (1808-1882) (N. C.)

Desternes Edith (1901-2000)

Des Varennes Arthur

Detré Constant (1891-1945)

Deuilly Eugène (1860 + 1933)

Devaux Paul (Bellerive sur Allier1894-1949).

Devaux Robert (1919 + 1996)

Paul Devaux La Profiteuse (Bois, 1925)

Devé Eugène (1826-1887)

Devedeux Louis (Clermont-Ferrand 1820-1874) (N. C.)

Devéria Henri Victor (1829-1897) (N. C.)

Deverin Roger (1884 + 1973)

Deville Maurice (1860-?)

Dewever-Poulet Madeleine ou DE WEVER

Deygas Régis (1876- ?)

D'Heurs Etienne (Gannat - ?, actif fin 19e s.)

Diaz de la Pena Narcisse (1807-1876) (N. C.)

Didier Jules (1831-1892)

Dillon Henri (1851-1909)

Dinaumare Tonio Charles Henri (Riom ?-1901)

Diomède Paul (Sauxillanges 1833-Clermont-Ferrand 1901) (N. C.)

Dior Christian (1905 + 1957)

Dmitrienko Pierre (1925-1974)

Dodel-Faure Mme Elisabeth (1872 Issoire-1952 La Sauvetat)

Dolly (Actif mi XIXe)

Donzel Charles (1824-1889)

Dorbec-Charvot Henriette (XXe)

Dore Armand (Bannans 1824 †1882) (N. C.)

Dorival Géo (1879-1968)

Dourault

Dova Gianni (1925-1991)

Drésa Jacques (1869-1929)

Drevet J. (Actif fin XIXe)

Dubois (Actif mi XXe)

Dubois Arsène (1835 + 1914)

Dubois Charles William

Dubois-Pillet Louis Auguste Albert (1846-1890 Le Puy) (N. C.)

Dubout Albert

Dubreuil Fernand (Doyet la Presle 1894-1957)

Ducatez Raymond (mi XXe)

Ducaruge Léon Pierre (Lavoute-Chilhac 1842-1911) (N. C.)

Duclos (Actif 1ère moitié XIXe)

Duclos-Cahon Marie (1845- ?)

Du Crozet R M (Le Puy ?-) peintre (XIXe)

Dudovich Marcello (1878 + 1962)

Dufour Henri Claude (1766-1845)

Dufour Jean Jules François Adolphe (1889-1973)

Duittoz Juliane (1884 + ?)

Dumas Descombes Joseph Marie (1813-1885)

Dumont Louis Paul Pierre (1822-?)

Dumoulin F (actif fin 19e s.)

Dunouy Alexandre (1750-1841) (N. C.)

Dunoyer de Segonzac André (1884-1974)

Duperelle Francisque (Cournon ?- ?) (XIXe) (N. C.)

Dupérelle François (Cournon ?- ?) (XIXe)

Duperelle T. (XIXe)

Dupérié-Pellou, Philippe Louis ( ?- ?) (actif seconde moitié du 19e s.)

Duplais-Destouches Antoine (Aurillac ?- ?) (actif seconde moitié du 19e s.)

Duplat Pierre Louis (1795-1870) (N. C.)

Dupont Paul (1796 + ?)

Dupressoir François-Joseph (1800-1859)

Dupuy R.-L. (Actif mi XXe)

Durand André Hippolyte (1807-1867) (N. C.)

Durand Armand (1831 + 1905)

Durand, Hippolyte (Paris, 11 juillet 1801 † Tarbes, 18 janvier 1882)

Durand Paul Emmanuel (1806-1882)

Durand-Lorientais, Alphonse-Hippolyte (XIX)

Durau Louis (1791- ?)

Durel Raphaël (actif 1ère moitié XIXe)

Durieux Gaston (-)

Durig Rolf (1926-1985)

Duruy Jean Alexandre (1814 + ?)

Dussour Louis (Riom 1905 - Riom 1986) .

Dutot (Actif 1ère moitié XIXe)

Duval-Gozlan Léon (1853-1941)

Duvanel Jules Jean Aristide (1844- ?)

Duvoye Emile (actif seconde moitié du 19e s.)

E F

Voir l'Index E. F.

G

 

Gagliardini Gustave (1846-1927) (N. C.)

Gallard, Michel de (XXe)

Galliod Aristide (XIXe)

Galot-Lesage (Galot Alphonse dit, 1806-?) (N. C.)

Gambart Jean Hector Henri (1854-1891) (N. C.)

Gammon Reginald Willam (Royaume-Uni, 1894-1997)

Garcement Alfred Pierre (1842-1927)

Garmy  Francisque (Clermont-Ferrand ?- ?) (XXe)

Gary Lucien (03 Vichy ?- ?)

Gaucherel Léon (1810-1886) (N. C.)

Gault de Saint-Germain, Pierre Marie (1754-1842) (N. C.)

Gavet Charles (Actif au 19e s)

Gayet Ernest (XXe)

Gayrard P (Clermont-Fd ?- ?) sculpteur

Gelly Michel (Besse-en-Chandesse, 15 juin 1863 † 1916)

Geoffroy Noémie (Montluçon - ?) (XIXe)

Géo-Fourrier (1898-1966)

Géricault Théodore (1791-1824)

Gernon, Joseph-Édouard de (1811- ?)

Giacomelli Hector (1822-1904) (N. C.)

Gilbert René (Chantelle ?- ?) (XXe)

Gilbert Gaétan (fin XIXe, ?-?) (N. C.)

Gilberton

Giran-Max Maxime Léon (1867-1927)

Girard Marie-François Firmin (1838-?)

Girard, Pierre (Paris, 1806 † 1er aout 1872)

Girardet Paul (1821-?)

Girardin Eucher (Saint-Vincent-de-Boisset (Loire) en 1858 † Roanne 1899)

Giraud Emile (Le Puy 1825- Paris 1892) (N. C.)

Giraud-Mouton (Giraud Florentin dit, Le Puy 1781- Le Puy 1864) (N. C.)

Giraud Nathalie (début XIXe ?-?) (N. C.)

Giraudet Joanny (Moulins ?- ?) (XXe)

Giraudoux et ses illustrateurs

Giron Jean-François Léon (Le Puy 1843-1914)

Giroux André (1801-1879)

Glavenas Hercule (Mi-XIXe)

Gleizes Albert (1881-1953)

Gluck Louis Théodore Eugène (1820-1898)

Gobô Georges (1876-1958)

Goncourt Edmond (1822-1896)

Goncourt Jules (1830-1870)

Gorde G (Actif au 20e siécle)

Gosme Paul (Reims ?- ?) (XXe)

Gosse Nicolas Louis (1787-1877)

Gourcuff, Gontran Henri de (XIXe-XXe)

Gourgouillon Henri (63 Olliergues, 16 janvier 1858 Clermont-Ferrand, 3 mars 1902) (N. C.)

Gourgouillon Émile

Gourgouillon Henri-Émile

Gourgouillon-Rouffié Marcelle

Gourlier Charles Pierre (1786-1857)

Goutay-Riquet Michel (63 Thiers, 1804- 1858) peintre (N. C.)

Granet Jean Antoine (Arlanc 1849 † ?) (N. C.)

Gratioulet Renée (1910-2007)

Grégoire Camille (Moulins, 1842-1913) (XIXe)

Grelet Louis André (Moulins ?- ?) peintre

Grenier Pierre (Moulins ?- ?) (XIXe)

Gresy Prosper Joseph (1804-1874)

Grillon (1786-1854)

Groisne Emma (née Fournier, début XIXe ?-?) (N. C.)

Grisez Sophie (1888-1968)

Grünewald Sigrid née Herjten (Suède, 1885-1948)

Gruyer Eugènie (Active au 19e s)

Gudin Théodore, baron (1802-1880) (N. C.)

Guastella Pierre (1891-?)

Gué Julien Michel (1798-1843) (N. C.)

Gueldry Ferdinand-Joseph (XXe)

Guérin Guillaume (actif fin 19e)

Guérin Jean (fin XVIIIe-dbt XIXe)

Guérin Pierre-Narcisse, Peintre, 1774 - 1833

Guérin des Longrais Charles Pierre (1810-1895)

Guérin-Vérand Nicolas (?-Chamalières 1807) (N. C.)

Guery Armand (1853-1912)

Guigne Alexis Eugène (1839-1920)

Guillaume Albert (1873-1942)

Guillaumin Armand (1841-1927) (N. C.) Gravures.

Guillaumier (Fin XIXe)

Guillaumin Claude Edouard (Moulins 1842-1927)

Guillemot Jules (XIXe) (N. C.)

Guillot Jean Vital (Issoire 1895- ?)

Guillots Victor (XXe)

Guittonneau Benjamin (voir BEN)

Gusman Adolphe (1821-1905)

H

Haghe Louis (1806-1885) (N. C.)

Hainaut Céline Eugènie

Halicka Alicia (189-1975)

Hallo Charles Jean

Harding James Duffield (1787-1863) (N. C.)

Harpignies Henri (1819-1916)

Hausen Germ (XXe)

Hawkins Weaver (Australie 1892-1977)

Hay Eleonore (XXe)

Hayet Louis (1864-1940)

Hédin Louis (1818-?)

Hénin Alexis (1793-?)

Henriet Frédéric (1826-1918)

Heriot George (début XIXe) (N. C.)

Hérisson Louis-François (1811-1859)

Herpin Léon (Granville 12 octobre 1841 † 27 octobre 1880)

Hochard William (1885-1969)

Hockney David (1937)

Hoffmann C. A. (Actif au 19e s)

Horatien F C (XXe)

Hostein Edouard Jean Marie (1804-?)

Hotelin Laurent (Actif au 19e s)

Houssaye de Léoménil, Adolphe Etienne (1808-1871) (N. C.)

Huault-Dupuy Valentin René

Hubert Jean-Baptiste Louis (Paris, 15 octobre 1801 † 1865) (N. C.)

Hubner, Matheus (1855 † 1901) 

Huet Paul (1803-1869) (N. C.) Gravures.

Hug Charles (1899-1979)

Hugon Roland (1911-)

Huguet, Mme Fanny Françoise (née Leconte, 1809-?) (N. C.)

Hull E. (Actif début 19e)

Humblot Emile Joseph (1862-1931)

Humblot-Buirette Mme Anna ou Mme Emile-Humblot

Humblot Robert (1907-1962)

Hurel Alexandre (1827-?)

Huxtable Sidney Edwin (Royaume-Uni 1905-1992)

I

Voir Index I.J.K.

JK

 

L

Voir Index L.

 

M

Macé Mme M (Vichy ?- ?) peintre

Mahn Berthold (Villeneuve-sur-Yonne (Yonne), 25 décembre 1881 † 1er avril 1975)

Maillart Jeanne Béatrix (Active 1ère moitié du XXe siècle)

Maille (Louis Antoine Maille Saint Prix 1796-1864) (N. C.)

Maireau Rose (XIXe-XXe)

Mansson Théodore (1811-1850)

Maquart Jacques Joseph (1803-1873) (N. C.)

Marandet Guy (XXe)

Marcel Joseph (Vichy ?- ?) XIXe

Marcel-Gaillard (1886-1947)

Marchal Charles (début XIXe ?-?) (N. C.)

Marcke, J. van (actif 1ère moitié XIXe)

Marcoussis Louis (1883-1941)

Mareschal, L. de (actif 1ère moitié XIXe)

Marilhat Prosper (Vertaizon 1811- 1847)  (N.C.) Oeuvres.

Marinot Maurice (1882-&ç-à°

Marisi G (XIXe)

Marlet Jean Henri (1771-1847) (N. C.)

Marlet Laurent Jules (Moulins ?- ?) peintre (XIXe)

Mars (Maurice Charles Mathieu Bonvoisin, dit, (Verviers (Belgique) 1849 † 1912) Voir Notice.

Martin Alfed Louis (Mauriac 1839-1903) (N. C.)

Martin Jean Léon (Issoire ?- ?) XXe

Martin Renée (1907- ?)

Martin Alfred Louis (Mauriac 1839- 1903) (N.C.)

Martin G (Aurillac ?-) architecte

Marty Edouard (Tournemire 1851-1913) (N.C.)

Marvy Louis (1815-1850)

Massard Léopold (1868- ?)

Mathieu Anny ( ?- ?) (XXe)

Mathieu Auguste (1810 - 1864)

Mathieu Auguste (1866- ?)

Mathonat A (Moulins 1832- ?) peintre

Maud Pierre (XXe)

Maurin Charles (Le Puy en Velay 1856-1914)

Mazelin Charles Firmin (1882-1945)

Mesgrigny Frank de (ou François Auguste Claude, 1836-1884)

Mesham Isabel Béatrice (XXe)

Metteix Jean (Montferrand ?-?) (N.C.)

Meunier Louis Eugène (XIXe)

Michallon Achille Etna (1796-1822) (N.C.)

Michel R (Le Puy ?-) sculpteur

Michell Zet (Actif seconde moitié 20e siécle)

Michelin Jules (1817-1870) (N.C.) Oeuvres.

Michelin Edouard (Clermont-Ferrand 1859-1940) (N.C.)

Millange (Pierre Guignebourg dit, 1869- ?)

Millet Jean François (1814-1875) Oeuvres.

Moiselet Gabriel (1865 Le Puy en Velay-1961)

Mombur Georgette (?-?) Sculpteur (N.C.)

Mombur Jean Ossaye (Ennezat 1836-1896) sculpteur (N.C.)

Montader Alfred P. M. (Clermont-Fd ?- ?) (XXe)

Montcornet Balthasar (1600-1668)

Montferrand Horace (XIXe)

Monthelier Jules Alexandre (1804-1883) (N.C.)

Montillet A (XIXe)

Montvignier Louis (XIXe) (N.C.)

Moreau Adolphe Ferdinand (1827-?) (N.C.)

Morel Louise (1898-1974)

Morel-Ladeuil (Clermont-Fd 1820-1888) Sculpteur (N.C.)

Moret-Sartrouville Victor Auguste (1794-?) (N.C.)

Morin de Lespinasse Jean-Baptiste Léon (XIXe) (N.C.)

Morisot berthe Marie Pauline (1841-1895)

Morlon Paul Emile Antony (1835-?)

Mornard Louise née Thuillier (1829-?)

Moselly Germaine ou Chenin-Mosely née Chenin (XXe)

Moteley Georges-Jules (XXe)

Motte Charles (XIXe)

Mouchet  Henri Gaston Louis (Montluçon 1880- ?)

Mouly François J J (Clermont-Fd 1846-1886) Sculpteur (N.C.)

Mouret Pierre (Yzeure, Début XXe)

Mourton Nicolas (Clermont-Ferrand 1809-1872) (N.C.)

Muraton Alphonse (1824-1911)

Murer Eugène (Moulins 1845-1906)

N

Nam Jacques (Jacques Lehmann dit, 1881-1974)

Napoléon III (1808-1873)

Nattes John (1765-1839)

Naudet Thomas Charles (1773-1810)

Nectaire-Phelip, Marguerite (63 Orcet) (Active 1ère moitié 20e)

Neillot Louis (1898-1973)

Neuquelman Lucien (1909-1988)

Neuville Alphonse de (Alphonse-Marie-Adolphe Deneuville dit, 1836-1885)

Nick-Petrelli, Gaston (43 Champagnac-le-Vieux 5 septembre 1882 † ?)

Nicolas de Nicolay (1517-1583)

Nicolle Emile Frédéric (1830-1894)

Nier, Alphonse Jules Henri Gustave (63 Thiers, ? † ?). (Actif 2d quart XXe)

Nivelt Roger-Robert (1899-1962)

Noël, Gustave (Paris, 6 septembre 1823 † ?)

Noël-Masson Charles Etienne (1854-1889)

Noirel Marguerite (XXe)

Noirot Emile (1853-1924 Bourzat 03) (N.C.)

Noirot Louis

Nolhac, Henri Girauld de (5 novembre 1884 † 1948).

Novion (de, Actif 1er quart 19e s)

Noyal Louis Joseph (Actif 2ème quart 19e s)

Nyon Eugène (Actif 2ème quart 19e s)

 

 

 
{C}
artprice

 

 

O

Voir Notices.

P

Voir Notices

Q

Queyroy Mathurin Louis Armand (1830-1893)   (N.C.)

Quignon Fernand just (1854-1941)

Quinet Paul Henri (XXe)

Quinsac Charles (Aurillac ?- ?) (XIXe)

Quinton Clément ou Charles-Henri (1851-1924) (N.C.)

R

Racinet, Auguste (1825 † 1893)

Raffort, Etienne (Chalon-sur-Saône 11 mai 1802 † Gergy)

Ranchoux Maurice (La Chaise-Dieu 1831-1876) (N.C.)

Rauch, Charles (Strasbourg, 1791 † Nancy, 1857)

Ravel (XXe)

Ravier Auguste (1814-1895) (N.C.)

Regnaudin T (Moulins 1622- ?) Sculpteur

Regnault Marguerite Mlle (XIXe)

Régnier Jacques Auguste (1787-1860) (N.C.)

Reilhac, Louis (Vic-le-Comte, ? † ?) Actif au 20e s.,

Remond Charles (1795-1875) (N.C.)

Renault Albert Fernand (Paris, 1897 † 1939)

Renefer Jean-Constant-Raymond (1879-1957)

Renoyer François Pierre Marius (1887-1905)

Reol Marguerite Marie (Massiac 1880-1905)

Retru Louis Antoine (63 Thiers, 1865 † Clermont-Ferrand, 1951) (N.C.)

Retru, Mlle Marguerite (Active fin XIXe)

Rey Adolphe (1863-1944)

Reynaud Henri François (Bourdon ?- ?) (XIXe-XXe)

Reynaud Juliette (1890- ?)

Reynaud Pierre (XXe)

Ribarz Rudolf ou Rodolphe (Vienne (Autriche), 30 mai 1848 † 12 novembre 1904)

Ribault Auguste Louis François (XIXe)

Richard Théodore (1782-1859)

Richond Gustave (XIXe) (N.C.)

Ricois François Edmée (1795-1881) (N.C.)

Rieuf Elise Marie (Massiac ?- ?) (XXe)

Rigal Edmond Henri Gabriel (1902- ?)

Rigal Jacques (XXe)

Rigaud Jean-Baptiste (Gannat 1795 † ?) Voir Notice.

Rigault Felix Alexandre (XXe)

Rigo Jules (1810 † 1892)

Rioult Louis Edouard (1780-1864) (N.C.)

Riquoir Louise Berthe (XXe)

Rivallain Pierre (XXe)

Rivière Thérèse (XXe)

Rivouton (Cusset 1810- ?) peintre

Robert Auguste (XXe)

Robert Camille (Le Puy 1821-1906) (N.C.)

Robert Henriette-Anna (XXe)

Robert Victor (Le Puy-en-Velay, 1813 - Lavoûte-sur-Loire, 1888) (N.C.)

Robert-Fleury Tony (1837-1911)

Robida Albert (1846-1926)

Rochebrune, Comte Octave de (1824-)

Roissy (XIXe)

Jules Romains et ses illustrateurs

Ramelles ? A A de (Poesat ?- ?) peintre

Rouart Henri (Paris, 1833 † 2 janvier 1912)

Rougeot de Briel, Jean (Allanche ?-) peintre (N.C.)

Roullier Christian (Lyon, Actif fin XIXe)

Rousseau Théodore (1812-1869) (N.C.)

Roussel Victor François Gabriel (Clermont-Fd ?- ?) (XIXe)

Roux Antoine (Combronde ?- ?) (1821-1887) (ou Roux Auguste) (N.C.)

Roux Emilie (née Clier, ?-?) (N.C.)

Ruprich-Robert Victor (Paris, 1820 † Cannes, 1887)  

S

Sabatier L A (Gannat ?- ?)

Sabatier Léon Jean Baptiste ( ?-1887) (N.C.)

Saglio Camille (1804-1889) (N.C.)

Sagol Emile (Sagol Jean-Marie dit, 1805-1875) (N.C.)

Sahut Marcel (1901-1990)

Saint-Etienne, Francis de (Francisque de Saint-Etienne, 1824-1885) (N.C.)

Saint-Genys, Arthur Marie Camille marquis de (Angers, 17 janvier 1829 † La Chapelle-sur-Oudon, 7 octobre 1887)

Salle, Pierre (Actif 2ème moitié XIXe)

Salmon Jacques (1781-1855) (N.C.)

Salvat François Martin (1892-1974)

Saulnier d'Anchald Jean-Jacques Maurice (1828-1915)

Saunier, Octave ou Noël (Actif 2ème moitié XIXe)

Sauroy A (Fin XIXe)

Sauty Auguste (Clermont-Ferrand ?-?) (N.C.)

Sauvageot Charles (1826-1883) (N.C.)

Savitsky Konstantin Apollonovitch (1844-1905)

Scellos Paul (XXe)

Schaal Louis Jacques Nicolas (1800-1859) (N.C.)

Schaeffer-Berger Francisque Jean (1808-1874) (N.C.)

Schenck August Friedrich Albert (1828-1901) (N.C.)

Schlumberger Gustave (1869-1962)

Schmitt Paul (1856-1902) (N.C.)

Schneider, Mme Félicie née Fournier (1831-1888)

Schroeder (XIXe)

Schulz Léon (1872-1969)

Segaud Armand Jean Baptiste (Moulins 1875- ?)

Segaud Jeanne (XXe)

Sennep (1894 † 1982)

Seradour Guy (1922-2007)

Sereville P de (Moulins ?- ?) peintre

Serra Jacqueline Madeleine (XXe)

Serrier Georges Pierre Louis (1852-1949)

Serre L (Montluçon ?- ?) peintre

Serrier G (XIXe)

Seve G de (Moulins ?- ?) peintre (XIXe)

Seve P de (Moulins ?- ?) peintre (XIXe)

Silbert Max (XXe)

Silvan (XIXe) (N.C.)

Simon, Jules (1816 13 novembre 1868)

Skelton Percival (XIXe) (N.C.)

Slobo (Sloboban Jevtic dit, 1934) Catalogue 2013

Sollier Jules Frédéric (Clermont-Ferrand ?-?, XIXe) (N.C.)

Soumy J P M (Le Puy 1831-1863) peintre

Staub Louis François (?-? XIXe) (N.C.)

Stein Georges (1870-1955)

Stenn Henri (1903-1993)

Stievenart Fernand (fin XIXe-début XXe)

T

Tanconville Henri (H. G. Ganier dit, 1845-1845)

Tamisier Claude Auguste (ou Tamizier, 63 Ambert (La Forie) 1818- ?) (N.C.)

Taranne Marie (XXe)

Taravant Joseph (Laqueuille 1850- ?) (N.C.)

Tardieu Ambroise (1788-1841)

Tautel Georges (Blesles XXe)

Taylor Isidore Séverin (1789-1879)

Tcherkessof Georges (1900-1943)

Tchiquine (XXe)

Terlikowski Wlodzimierz de (Vladimir) (1873-1951)

Thénot Jean-Pierre (1801-1857)

Thévenot Etienne Hormidas (Clermont-Fd 1797-1862) peintre (N.C.)

Thiaut N (XXe)

Thibaud Amable-Henri (Riom 1814 - Clermont-fd 1865)

Thibaud Pierre-jean dit Emile (Riom 1806 - Eygurande (Corrèze) 1896)

Thierrée, Eugène (Paris, 29 mars 1810 † 1879)

Thierriat Augustin (1789-1870)

Thiollier Emma Claude (XXe)

Thiolliere Raymond (1881-1929)

Thomas Adolphe-Jean-Louis 'Actif 2ème moitié XIXe)

Thonier-Larochelle (Montluçon ?- ?) (XIXe)

Thorigny Félix (Caen, 24 mars 1824 † Paris, 27 mars 1870)

Thuillier Armand (Montluçon 1926- ?)

Thuillier Pierre (1799-1858) (N.C.)

Tilly Pierre Émile (1837-ap.1908)

Tinayre Jean Julien Jules ? (Issoire 1859-1923) (N.C.)

Tinayre Loui Jean Paul (1861-1942) (N.C.)

Tony Beltrand (1847-1904)

Tirpenne Jean-Louis (1801- ?)

Tortorel Jacques (actif au 16e siècle)

Toulot Jules (Champeix 1863-1903) (N.C.)

Treyve Joseph Marie Jules (03 Yzeure ?- ?) (XXe)

Trinquier-Trianon Louis (1853-1922)

Trouillebert Paul Désiré (1829 † 1900) Voir Notice.

Trouvelot Marcel (XXe)

Tudot Edmond Louis (Bruxelles, 23 août 1805 † Moulins, 8 décembre 1861) (N.C.)

Tullon Pierre (Gelles 1851- ?) peintre (N.C.)

Tyr Gabriel (Saint Paul de Tartas 1817-1868) Peintre, Lithographe (N.C.)

 

POUR LES ARTISTES DONT LES NOMS COMMENCENT PAR U V W X Y Z 

Voir l'article mis en ligne.

Cette notice (créée le 28 mars 2009, Mise à Jour le 2 septembre 2020) s'inscrit dans notre essai d'un "Index des peintres en Auvergne et Bourbonnais".
 

  Si vous possédez des informations, documents ou œuvres, merci de me contacter en cliquant sur ce lien ou en recopiant l'adresse de ce lien à partir de votre messagerie. Afin de compléter notre iconographie en vue de la publication d’un catalogue en annexe, nous achetons des œuvres en rapport avec l’Auvergne. Si vous ne souhaitez pas les vendre, nous serions heureux de pouvoir les reproduire.

Voir le catalogue en ligne Estamp-art de la Galerie hAbEO à Vichy, des ventes de gravures sur l'Auvergne, le Bourbonnais et le Velay de peuvent être en cours.

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation.

Partager cet article

Repost0
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 06:53

 

Le vieux mendiant (1930)

Maison Jeanne d’Arc, place du Palais à Moulins (1931)

Fontaine Clermont, d’après un dessin de 1835, Jean Chapouteux

 

 

Le vieux mendiant (1930)

 

MaisonsMeurent-VieuxMendiant LegendeGravure originale sur Bois : La feuille h. 377*282, au TC 190*152mm. Annotée au crayon « Vieux mendiant / épreuve d’artiste » sous le Trait Carré à gauche, à droite signée « Paul Devaux ».

Hist. : Un des vingt bois pour « Les Maisons qui meurent » (1930) d’André Gervais. Le tirage à 111 exemplaires se décompose comme suit :

Un exemplaire unique marqué.

Cinquante exemplaires avec état définitif du tirage, ainsi qu’une épreuve sur chine avec remarque et des essais.

Cinquante-cinq exemplaires avec état définitif du tirage.

Six exemplaires portant les lettres A, B, C, D, E, F.

Cette planche a été retirée pour la couverture du Cahier édité lors du quarantième anniversaire de l’Académie du Vernet (1948-1888).

Notre épreuve : Belles marges, avec rousseurs.

 

Maison Jeanne d’Arc, place du Palais à Moulins (1931)

 


Maison Jeanne d'Arc, Paul DevauxGravure originale sur Bois :
La feuille h. 198*160, au TC 173*135, au CP 182*142 mm. Sous le Trait Carré à gauche numéroté « N°183 » à droite signé « Paul Devaux ».

Hist. : Un des douze bois en couleurs illustrant l’album « Moulin » (1931) préfacé par Jacques Chevalier (1882-1962), imprimé par R. Coulouma à Argenteuil. Les bois ont été exposés au Salon des Indépendants de 1932 (n°1144d). Le tirage à 200 exemplaires se décompose comme suit :

Douze exemplaires numérotés sur vieux Japon avec suite des planches, suite des essais et des compositions de couleurs, un dessin original, une épreuve avec remarque au nom du souscripteur ainsi que deux bois originaux d’argent et encre.

Douze exemplaires numérotés de 13 à 24 sur papier Hollande teinté Van Gelder et suite sur vieux Japon, épreuves signées et numérotées par l’artiste.

Cent soixante-seize exemplaires numérotés de 25 à 200 avec état définitif des bois sur Hollande de Van Gelder, signés et numérotés par l’artiste.

Bibl. : « Inventaire du fonds français après 1800 ». Bibliothèque nationale, Département des estampes. Vol.6, 1953, p.476, n°13h. Gaïté Dugnat, Pierre Sanchez, « Dictionnaire des graveurs, illustrateurs et affichistes français et étrangers 1673-1950 », Ed. de L'Echelle de Jacob, Dijon, 2001, Vol.2, p.757.

Notre épreuve : Petites marges, probablement coupées en vue d’un encadrement, exemplaire 183/200.

 

Fontaine Clermont, d’après un dessin de 1835, Jean Chapouteux

 

Gravure sur Bois : La feuille h. 440*325, le sujet 235*235 mm. Signée « Jean Chapouteux » et annotée « d’après une / gravure de / 1830 » dans la planche en bas à droite.

Hist. : Gravée par le tailleu d’images de Vesse, Jean Chapouteux (traduction : gravée par le tailleur d’images de Bellerive-sur-Allier, Paul Devaux), d’après un dessin de 1830.

Chapouteux-Fontaine

Notre épreuve : Papier jauni, légères pliures, petite tâche sur le groupe de l’arrière plan à hauteur du jet d’eau à la gauche de la fontaine.

Le sujet : Jacques d’Amboise édifie, en 1511 une fontaine sur la place située au sud de la cathédrale (actuellement place de la Victoire). Sculptée par Gilbert Chappart, également sculpteur des sièges du chœur de la cathédrale voisine, elle devait alimenter en eau le plateau central. En 1808, avec son transfert sur la place Delille, la fontaine acquiert un nouvel étage.

fontaine Amboise Clermont-FerrandLes peintres romantiques qui sillonnent l’Auvergne la reproduisent, ainsi ce paysage animé, dont nous n’avons pas identifié l’auteur n’ayant qu’une reproduction à notre disposition, modèle pour Chapouteux / Devaux. Ce dernier centre l’attention sur le monument éliminant l’arrière plan urbain, le « cadrant » avec des masses arborées latérales. Le nombre de personnages est limité au premier groupe devant la fontaine et à celui situé à gauche derrière la fontaine afin d’introduire une profondeur.

Cependant, si ma mémoire ne me trompe pas, cette gravure ressemble à celle exécutée par J. Schroeder en 1834 d’après un dessin de l’artiste strasbourgeois Charles Rauch.

En 1855, la fontaine est déplacée vers le carrefour de l’Avenue Carnot et du Cours Sablon. Obstacle à la circulation automobile, elle est déménagée vers la place de la Poterne.

fontaine Amboise Clermont comparatif

 

Né dans les années 1440, évêque de Clermont (Clermont-Ferrand, Puy de Dôme, Auvergne) de 1504 à sa mort le 27 décembre 1516.

 

 

 

Cette notice s'inscrit dans notre "Essai d'un Index des Peintres en Auvergne et Bourbonnais". Si vous possédez des informations sur Paul Devaux, documents ou œuvres, merci de me contacter en cliquant sur ce lien ou en recopiant l'adresse de ce lien à partir de votre messagerie.

Voir notre Catalogue des oeuvres disponibles, des ventes de gravures de Paul Devaux peuvent être en cours.

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation.

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Blog d'HABEO Art et Estampes
  • : Flâneries littéraires, artistiques et autres errances auprès des artistes peintres et graveurs de 1830 à 1930, et, de quelques coups de coeur contemporains
  • Contact

En visite avec alceste

Il y a actuellement    promeneur(s) sur ce blog

Estamp'Art

Le catalogue en ligne de la Galerie hAbEO

logo Cliquez sur l'image pour le consulter et passer vos ordres d'achat de gravures, dessins, peintures ou livres.

Contacts

Vous souhaitez

SIGNALER un artiste, une oeuvre, une erreur
, cliquez ici.

VOUS RENSEIGNER sur un artiste, une oeuvre, cliquez ici.

VENDRE ou ACHETER une oeuvre, cliquez ici.

SUIVRE notre actualité avec Follow hjb03 on Twitter

Côte d'Artistes

artprice