Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 06:37

Dussour-Voeux_Pochoir.jpg
Dussour Carte voeux

 

La mention du code postal 63200 permet une datation postérieure à 1970, date de création du CP à 5 chiffres


En savoir plus avec alceste-art.com (cliquez sur le lien suivant) :

Louis Dussour peintre fresquiste (1905-1986).

 

Sujets: Pochoir polychrome; Lithographie; Peintre; Graveur; Auvergne; Riom; Nice; Arts Décoratifs; 19e siècle; Carte de voeux; Artiste;

 

Cette notice s'inscrit dans notre essai d'un "Index des peintres en Auvergne et Bourbonnais". Si vous possédez des informations, documents ou œuvres, contactez-moi par courriel à l'adresse hughes.brivet@laposte.net.

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation

 



Partager cet article

Repost0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 05:39

Le nom du marchand d'estampes Alfred Cadart (1828-1875), cofondateur avec l'imprimeur Auguste Delâtre (1822-1907) de la Société des Aqua-Fortistes en 1862,  est indissociable du renouveau de l’eau-forte originale au XIXe siècle. Ses successeurs poursuivent son œuvre en publiant chaque année, de 1874 à 1881, les albums « L'Eau-forte moderne » qui ne doivent pas être confondus avec les albums « Eaux-fortes modernes ».

 

Pour l'année 1880, l'album est orné d'un Frontispice par François Nicolas Chifflart (1825-1901, Prix de Rome en 1851). Les eaux-fortes publiées sont :

 

        Artiste                         Titre

0          Chifflart                         Frontispice, Eau-forte

1          Desboutin Marcellin    Portrait de jeune fille, Pointe sèche

2          Casanova                      Le Mariage d'un prince, Eau-forte d'après un détail de son tableau (salon 1879)

3          Dantan                          Phrosine et Molidor, Eau-forte d'après son tableau (salon de 1879)

4          Heseltine                       A Belt, comté de Devonshire, Eau-forte

5          Brispot                          Le Donneur d'eau bénite, Eau-forte, d'après son tableau (salon de 1878)

6          Jazet P                         Le Fils unique, Eau-forte, d'après l'un de ses tableaux

7          Lalanne Maxime          Le Waag (Poids) de la ville d'Amsterdam, Eau-forte     

8          Rudaux E                      Un Maraudeur, Eau-forte

9          Lançon M. A.                 Blessés turcs dans la citadelle de Nicropoli, Eau-forte

10        Bianchi                          Intèrieur d'église à Milan, Eau-forte et aquatinte

11        Martial P                        Laveuses à Vallières (Creuse), Eau-forte

12        Billiet Paul                     Avant la Pêche, Eau-forte, d'après son tableau (salon de 1879)

13        Yon                               Bords de la Marne, Eau-forte, d'après son tableau (salon de 1879)

14        Vuillefroy, E. de              Vaches au bord d'un ruisseau, Eau-forte, d'après l'un de ses tableaux

15        Evershed A                     A Richmond sur la Tamise, Eau-forte

16        Brissot                           La Sortie du troupeau, Eau-forte

17        Beauverie Charles           Chaumière à Valhermey, Eau-forte

18        Rops F                           La Femme au trapèze, Eau-forte

19        Burnand E                      Au Couvent, Eau-forte

20        Cortazzo                        Les Buveurs, Eau-forte

21        Appian                           Environs de Lyon, Eau-forte, d'après son tableau (salon de 1879)

22        Lhermitte                        Marchandes de poissons, Eau-forte

23        Piccinni                          Pendant l'office à Rome           , Eau-forte

24        Toudouze                        Les Anges gardiens, Eau-forte, d'après son tableau (salon de 1879)

25        Rios, Ricardo de los         Paysages et Animaux, Eau-forte

26        Lemaire Louis                  Bouquets de pavots, Eau-forte

27        Rougeron                         L'Ecrivain public en Espagne, Eau-forte

28        Pagliano E                       L'Eté de la Saint-Martin, Eau-forte

29        Gonzalez G. J.                 Chez l'Impresario, Pointe sèche, d'après son tableau (salon de 1879)

30        Barillot Léon                  Stop, Eau-forte

 

Voir notre Catalogue des oeuvres disponibles.

Des ventes ou échanges d'estampes peuvent être en cours.

 

Si vous disposez de documents, informations ou oeuvres, vous pouvez nous contacter par courriel en cliquant sur ce lien ou en recopiant l'adresse bourse(at)alceste-art.com [avec (at) = @] à partir de votre messagerie. Nous achetons en permanence des albums d'eaux-fortes du 19ème

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation.

 

Partager cet article

Repost0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 20:47

Pâturage, d'après Brascassat

Le Chemin des Près à Villiers

Le Puits du Charcutier

Le Vin piqué (Bois dans le texte)

 

 

 

 

Pâturage, d'après Brascassat

Eau-forte : La feuille h. 188*273mm, au TC 111*157, au CP 151*199. Sous le Trait Carré à gauche « Brascassat  del. » à droite « Servin sculp. », en dessous « PATURAGE », en bas à gauche « Gazette des Beaux-arts » au centre « (Collon de Mr De Boissieu) », à droite « Imp. Delâtre, Paris ».

Bibl. : M. de Saint-Santin, J.-R. Brascassat, La Gazette des Beaux-arts, 1868, pp.562- 586. Beraldi, Les graveurs du XIXe siècle, 1892, vol.12, p.27, n°1 du catalogue.

Hist. : Le tableau de Brascassat, « Le Pâturage » est exposé au salon de 1837.

Nota : Notre épreuve : Quelques rousseurs dans les marges en particulier dans la marge supérieure sans atteinte toutefois au CP & à l'image. Le verso conserve des traces de l'impression de la page suivante mais non visible sur l'image.

 

Le Chemin des Près à Villiers

Eau-forte originale : La feuille h. 180*268mm, au TC 135*178, au CP 159*194. Sous le Trait Carré à gauche « Servin pinx et sculp » à droite « Salon de 1867 », en dessous « LE CHEMIN DES PRES A VILLIERS », en bas à gauche « Gazette des Beaux-Arts », à droite « Imp. Delâtre Paris ».

Hist. : Tirée par Delâtre pour La Gazette des Beaux-arts, juin 1867.

Bibl. : Bellier & Auvray, Dictionnaire général des Artistes de l'Ecole Française, 1882, vol. 2, p.499. Beraldi, Les graveurs du XIXe siècle, 1892, vol.12, p.27 n°2.

Nota : Notre épreuve : Légères rousseurs dans la marge infèrieure à la limite du CP.

 

 

 

Le Puits du Charcutier

Eau-forte originale : La feuille h. 270*192mm, au TC 168*120, au CP 210*140. Sous le Trait Carré à gauche « Servin pinx » à droite« Servin sc », en dessous sur deux lignes centrées « PUITS DUCHARCUTIER » « Salon de 1869 », en bas à gauche « Gazette des Beaux-Arts » à droite « Imp. Delâtre, Paris ».

Hist. : Le tableau LE PUITS DE MON CHARCUTIER est exposé au Salon de 1869 et de 1878 alors qu'il appartenait à la Collection Lutz. Tirée par Delâtre pour La Gazette des Beaux-arts, juin 1869.

Bibl. : Bellier & Auvray, Dictionnaire général des Artistes de l'Ecole Française, 1882, vol.2, p.499. « Bonne eau-forte » selon Beraldi, Les graveurs du XIXe siècle, 1889, vol.1, p. (Les graveurs du XIXe siècle, 1892, vol.12, p.27, n°3).

Nota : Notre épreuve : Quelques rousseurs dans les marges et entre le CP & le TC sans atteinte toutefois à l'image, Bord supérieur droit : écorné sans manque, plus bas à 30 mm sur 5 mm * 2mm léger manque ;

 

 

 

 

Le Vin piqué (Bois dans le texte)

Servin, (Dessin, Bois emprunté à l'Album Boetzel, Salon de 1872), GBA187007pp40-41

 

 

artprice

Partager cet article

Repost0
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 05:20
Né en 1874 à Paris, Jacques Beltrand suit les enseignements de son père Tony  Beltrand (1847-1904) et d'Auguste Lepère (1849-1918). Il expose son œuvre gravé de 1896 à 1949 dans divers salons ou expositions, en particulier de la Société des Peintres Graveurs Français créée en 1889.

La feuille h. 190*380 pliée en deux ou quatre pages, soit la page un, couverture comportant la gravure190*190mm, au TC 162*160, au CP 170*168. Signée dans la planche en bas à droite. Sous le Trait Carré à gauche signature au crayon « Jacques Beltrand » à droite justificatif du tirage (1/16) ; la page trois comportant le menu du « DEJEUNER du PRIX de la Gravure Jeudi 10 Mars 1938 » au restaurant Drouant.

Jacques Beltrand avait réalisé un bois pour le Dîner du jeudi 15 décembre 1927 (Laran, vol.2, p.163, n°77).

Partager cet article

Repost0
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 14:42

Peintre né le 5 avril 1861 à Paris, Adolphe Gumery est le fils de Charles-Alphonse-Achille Gumery (1827-1871), Prix de Rome de sculpture en 1862. Elève de l'Ecole Nationale des Beaux-arts sous la direction de Galland, Boulanger et Lefebvre, il expose aux salons de la Société Nationale des Beaux-arts et de la Société des Artistes Français.

En 1903, il participe, avec trois œuvres, à la première exposition du Salon d'Automne dont le trésorier est notre compatriote le peintre et graveur bourbonnais Lopisgich né en 1854 à Vichy et décédé en 1913 : sociétaire, il n'est cependant ni l'un des membres fondateurs, ni l'un des membres d'honneur comme certaines biographies le prétendent (cf. Listes des fondateurs, des membres, du bureau et des sociétaires in Catalogue du Salon d'Automne 1903, Paris Ed. Jansen, Evreux, Imp. Ch. Hérissey).

En 1930, Gumery obtient le Prix Cottet, du nom de notre compatriote le peintre auvergnat Charles Jacques Marie Joseph Cottet né en 1863 au Puy en Velay et décédé en 1925.

Gumery meurt à Paris, le 5 janvier 1943 et non au champ d'honneur en 1918 comme on peut le lire sur certaines biographies qui le confondent avec Achille Gumery. Il est enterré au cimetière Montmartre.

 

 

Lithographie originale : La feuille h. 304*224 au TC 199*150mm. Signée dans la planche « A. Gumery » en bas à droite. Sans la lettre. Accompagnée de sa serpente avec les indications typographiées sur le titre, l'artiste, l'éditeur et l'imprimeur :

HOMME A CHEVAL

Lithographie originale de M. A. GUMERY

En bas à gauche « Revue de l'Art ancien et moderne » à droite « Imp. Duchatel »

 

Hist. : Tirée par Duchatel pour la Revue de l'Art Ancien & Moderne, 1911.

Bibl. : Emile Dacier souligne « Rarement, le bon peintre Adolphe Guemery a été mieux inspiré que par les scènes rapportées de Camargue... C'est un de ses « gardians » que M Gumery a retrouvé dans un des plus vivants croquis de ses carnets de voyage, et dont il a reporté la fière silhouette sur la pierre lithographique ».

 

Une des 25 lithographies sur les 1200 œuvres recensées, toutes techniques confondues (aquarelle, aquarelle & sanguine, craie, crayon, crayon & craie, crayon & sanguine, fusain, fusain & aquarelle, fusain & craie, gouache, gouache & aquarelle, huile, Pastel).

 

 

Si vous disposez de documents, informations ou oeuvres, vous pouvez nous contacter par courriel en cliquant sur ce lien ou en recopiant l'adresse à partir de votre messagerie.

Voir notre Catalogue des oeuvres disponibles. Des ventes de gravures de Gumery peuvent être en cours.

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation

 

 

Partager cet article

Repost0
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 06:06

Peintre paysagiste, dessinateur, graveur à l'eau-forte et sur bois, illustrateur Maurice Victor Achener, né à Mulhouse en 1881, se forme à l'Ecole des Arts décoratifs de Strasbourg, puis à Munich. Il y réalise ses premières gravures sur cuivre en 1902 auprès de Peter Halm.

De retour en France, il s'initie à la gravure sur bois avec les xylographes H Lespinasse et J Germain alors que Jean-Paul Laurens, dans les années 1906-1907, le pousse vers le dessin.

En 1906, il débute sa participation régulière aux salons de la Société Nationale des Beaux-arts qui ne cessera qu'en 1936, excepté une absence en1907. Cette même année, André Girodie l'accueille à la Revue de l'Art ancien et moderne avec une eau-forte "Le Pêcheur"

Il exposera également à l'Exposition de la Société des Peintres Graveurs Français (1913 et 1922), à la section Livre du Salon d'Automne (1919), au salon des Arts Décoratifs de 1922, aux Indépendants (1937 et 1941).

En 1908, il fournit 25 bois pour illustrer l'ouvrage de Georges Spetz « Théodoliade de Waldner de Freudstein » tiré à 515 exemplaires. La suite sera exposée au salon de la Société de la Gravure sur Bois Originale de 1922 (n°1 du catalogue).

Achener décéde en 1963. Son œuvre gravé compte plus de 500 pièces dont certaines ont jusqu 'à 10 états avec des tirages de 2 à 100 exemplaires.

La gravure présentée dans cette notice illustre un article du critique d'art Emile Dacier, « Les salons de 1911 » (Revue de l'Art ancien et moderne, n°172, juillet 1911). Une première épreuve de cette vue d'un monument d'un village du Tyrol date de 1905 (Laran n°33). Elle ne figure pourtant pas au Salon de la Société Nationale des Beaux-arts où Achener présent, cinq eaux-fortes, cinq vues d'Italie :

 « Lac d'Oro », (n°2075-a du livret),

« Vérone », (n°2075-b),

« Rio Saint-Barnabé, Venise », (n°2075-c),

« Saint-Mauritzio, Venise », (n°2075-d),

« Breschia », (n°2076).

Dacier souligne « la progression régulière de cet aquafortiste », admire « comment il s'est acheminé sans cesse vers le mieux » et note son aptitude « à reconnaître, tout de suite ce qu'il convient de dire » son habilité « à le dire comme il sied. La page qui accompagne cet article en est une nouvelle preuve ».

Eau-forte originale : La feuille h. 228*303, au TC 137*206, au CP 142*213mm. Epreuve sans la lettre, non signée, non datée. Sur la serpente, les inscriptions donnent les indications suivantes :

DANS LE CIMETIERE DE HALL

Eau-forte originale de M. MAURICE ACHENER

En bas à gauche « Revue de l'Art ancien et moderne » à droite « Imp. L Fort »

Hist. : Tirée par L Fort pour la Revue de l'Art ancien et moderne, juillet 1911.

Bibl.:

Janine Bailly-Herzberg, Dictionnaire de l'estampe en France 1830-1950, Arts et Métiers Graphiques, 1985, p.12.

Jean Laran (1876-1948). Inventaire du fonds français après 1800. Bibliothèque nationale, Département des estampes, vol.1, pp.24-26.

 

En savoir plus avec le blog sur Maurice Achener.

 

Si vous disposez de documents, informations ou oeuvres, vous pouvez nous contacter par courriel en cliquant sur ce lien ou en recopiant l'adresse à partir de votre messagerie.

Voir le catalogue en ligne Estamp-art de la galerie hAbEO (Vichy, France), des ventes de gravures de Maurice Achener peuvent être en cours.

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation.

Partager cet article

Repost0
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 05:15

Peintre, pastelliste, dessinateur, graveur, Marie Louise Catherine Breslau dite Louise Breslau est née le 6 décembre 1856 à Munich, Louise Breslau étudie la peinture en Suisse avant de prendre conseils auprès de Degas (1834-1917) et Jules Bastien-Lepage (1848-1884). Emile Hovelaque distingue trois périodes dans l'œuvre de L. Breslau : les peintures de (1867-1881) et (1886-1888) ainsi que (1893-1904), les pastels (1887-1893) ; Ses scènes intimistes bouleversaient Marie Bashkirtseff. Louise Breslau décède le 12 mai 1927.

Yvanhoé Rambosson souligne « les notations douces de Mlle Louis Breslau », La Plume, 1899, p.95. Alors que Guillaume Appolinaire, « chatouillant l'art », apprècie régulièrement les expositions de Louise Breslau


Pointe sèche originale ; La feuille h. 188*273mm, au TC 125*205, au CP 155*225 ; Sous le Trait Carré, à gauche « Louise Breslau pinx », à droite « Exposition universelle », en dessous « Gravure  à la pointe sèche par l'artiste », en bas « Gazette des beaux-arts » et « Imp. Eudes ».

Hist. : Tirée par Eudes pour La Gazette des Beaux-arts de septembre 1889.

Bibl. : La Gazette des Beaux-arts demande à Louise Breslau une pointe sèche originale une pointe sèche afin d'illustrer le premier article de Maurice Hamel sur l'Exposition Universelle de 1889, « Les écoles étrangères » Gazette des Beaux-arts, septembre 1889 pp.225-256 ; l'illustration du deuxième article étant confiée à Desboutin avec une pointe sèche d'après J. Israëls.

Dans cette estampe, gravée d’après son tableau (1888), Louise Breslau s’est représentée, appuyée contre le rebord de la fenêtre près duquel est accoudée son amie, Madeleine Zillhardt, à gauche.

Voir Louise Breslau sur le site de femmespeintres.net

  

Bibl. :

s        Emile Hovelaque, « Artistes Contemporains - Mlle Louise Breslau », Gazette des Beaux-arts, septembre 1905, pp.195-206.

s        Guillaume Apollinaire, pp.130-131 (1910), 179 (1910).

s        E. Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999 Benezit, Vol. II, p.786.

s        Gaïté Dugnat, Pierre Sanchez, Dictionnaire des graveurs, illustrateurs et affichistes français et étrangers, 1673-1950, Ed. de L'Echelle de Jacob, Dijon, 2001, Vol. I, pp.294-296.

 

Si vous disposez de documents, informations ou oeuvres, vous pouvez nous contacter par courriel en cliquant sur ce lien ou en recopiant l'adresse à partir de votre messagerie.

Voir notre Catalogue des oeuvres disponibles en liste avec liens sur des notices illustrées, ou, en photographies. Des ventes de gravures de Louise Breslau peuvent être en cours.

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation.

artprice

Partager cet article

Repost0
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 11:05

La publication de la Société des Aqua-Fortistes, parue pour la première fois en 1863, présente 61 Eaux-fortes Originales tirées sur Papier vergé d'un format de 550*350mm et livrées à raison de 5 épreuves par mois sous Couverture. Les épreuves sont imprimées chez Cadart. A la Société des Aqua-Fortistes, fondée en 1862, succédera L'Illustration Nouvelle de 1868 à 1881. Les albums "Eaux-fortes modernes" ne doivent pas être confondus avec L'Eau-forte moderne publiée de 1874 à 1881.

L'abonnement annuel est au tarif de 50fr. Les épreuves peuvent être acquises séparément au prix de 1fr50 l'unité. Une édition de luxe, avant la lettre, est également proposée pour un tarif de 100fr.

Pour l'année 1865, l'album est orné d'un Frontispice par Bracquemond avec une introduction par M. W. Bürger. Les eaux-fortes publiées sont :


N°        Artiste                             Titre

N°121   Berthélemy                  Entrée du port de Courseulles

N°122   Edwards                      Parc à Richmond (Angleterre)

N°123   Maxime Lalanne         Cusset (Près Vichy)

N°124   Martial                          Siège de la Société des Aqua-Fortistes

N°125   Mlle Mathieu                Les vieux Ormes du Champ-du-Puits à Marzy

N°126   Gabriel                          La Petite Venise (Provence)

N°127   Léo Drouyn                  Habitation dans les Landes

N°128   Longueville                  Escadre d'évolutions

N°129   Ridley                            A Chelsea, près de Londres

N°130   Stop                               Un marché italien

N°131   Bracquemond             L'Hiver

N°132   Dufeu                            Bords du Nil

N°133   Lanson                         Dans les Pyrénées

N°134   A. Gautier                      Le Travail

N°135   Chaplin                         Les Colombes

N°136   J. Jacquemart              La Ville et la Campagne           

N°137   Ulm                                Brandt découvrant le phosphore

N°138   Talée                              Le vieux pont de Vernon (Eure)

N°139   Ribot                               L'Aide de Cuisine

N°140   Chifflart                           L'Affliction

N°141   Legros                            Le Lutrin

N°142   Fantin                             Un Morceau de Schumann

N°143   Jongkind                       Sortie du Port de Honfleur

N°144   De Balleroy                   Le cerf à l'eau

N°145   Combes                       Au Village

N°146   S.M. Dom Fernando   La Mort du Chat Murr

N°147   Chauvel                        A Fleury (Seine et Marne)

N°148   Roybet                          En Retard pour la Fête

N°149   Besnus                         La Mare au Drac (Champagne)

N°150   Carlos Haes                Un Mirador (Eiche)

N°151   L. Jacque                      Intérieur de Ferme

N°152   Charnay                        Bords du Sornin (Loire)

N°153   J. Laurens                    Pies sous les bois

N°154   Zaleski                          Le tombeau de Chateaubriand

N°155   Gaucherel                     Nature Morte

N°156   Ponthus-Cinier            Campagne de Rome

N°157   Relin                              Une Embuscade au XVIe siècle

N°158   Chaplin                          Le Bain

N°159   Ulm                                Puer Expositus

N°160   De Cock                        Vue de Longueville (Seine Inférieure)

N°161   Daubigny                       Les Vendanges

N°162   Moyse                             La Répétition

N°163   Lalanne                          Vue prise du Pont Saint-Michel

N°164   A. Cadart                        Chambre des Députés

N°165   Ségé                               Marais de Lobanche (Pas de Calais)

N°166   Guérard                          Baiser d'une Mère

N°167   Delâtre                            Le Matin

N°168   Dufeu                              Rue Soul-el-Salah, au Caire (Egypte)

N°169   Otto-Weber                    En Ecosse

N°170   Duseigneur                   Dans la Rue

N°171   E. Delacroix                   Juive d'Alger

N°172   Feyen-Perrin                 Le Guitariste

N°173   Appian                            Environs de Rix (Ain)

N°174   Borroméo                      Environs de Bergame

N°175   Queyroy                          Rue du Rivage, Nevers

N°176   Meryon                           Ministère de la Marine (Fictions et Vœux)

N°177   Bracquemond              Le haut d'un battant de Porte

N°178   J. Laurens                     Un coin de Cuisine

N°179   Abraham                        Un Sentier (Salon de 1865)

N°180   Martial                            Ancien boulevard extérieur de Paris.

Partager cet article

Repost0
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 19:18

Avec cette eau-forte de 1897, Augustin Mongin signe sa dernière collaboration avec La Gazette des Beaux-arts, commencée vingt ans plus tôt avec un « Portrait d'Alexandre Dumas fils » d'après Ernest Meissonier (1815-1891). Ce n'est pas la première traduction d'une œuvre du peintre et illustrateur britannique préraphaélite John Everett Millais (1829-1896). Au Salon de 1880, il présente une eau-forte « Le passage du Nord-Ouest » (n°7102 du livret, Beraldi n°51) d'après une toile de ce peintre.


La Jeune Aveugle, d'après J. E. Millais

Augustin Mongin (1843-1911)

La Gazette des Beaux-arts publie :

Récompenses & distinctions :

Bibl. :

 


La Jeune Aveugle, d'après J. E. Millais

Eau-forte : La feuille h. 279*198mm, au TC 204*135, au CP 248*160. Signée dans la planche « Mongin » dans le coin inférieur gauche sur la pierre, et, « Millais 1855 » dans le coin inférieur droit. Sous le Trait Carré à gauche « Millais pinx » à droite « A. Mongin sc », en dessous sur deux lignes centrées « LA JEUNE AVEUGLE » « (Avec l'autorisation de la Corporation de Birmingham) », en bas à gauche « Gazette des Beaux-arts » à droite « Imp. Porcabeuf Paris ».

Hist. : tirée par Porcabeuf pour La Gazette des Beaux-arts d'août 1897,


Augustin Mongin (1843-1911)

Graveur à l'eau-forte, né à Paris en 1843, élève de Gaucherel (1816-1886), Augustin Mongin ne commence à graver qu'à partir de 1872, et, expose ses gravures d'interprétation aux salons de 1874 à 1910 ainsi qu'aux Expositions Universelles de 1889 et 1900. Béraldi le qualifie « d'exécutant adroit et prècis ».

Mongin collabore aux principales revues d'artistique de l'époque : L'Art, La Gazette des Beaux-arts.

Mongin décède en 1911 à Châtillon sous Bayeux.

 

La Gazette des Beaux-arts publie :

« PORTRAIT D'ALEXANDRE DUMAS FILS », Eau-forte (1877, Salon de 1878 n°4895-2 du livret, B. n°72) d'après le tableau de Meissonier, au Salon de 1877.

« Portrait de Cristoforo Longono », Eau-forte (1878) d'après le tableau d'Andrea Solari (1460-1524), à la National Gallery.

« Le Christ devant Pilate », Eau-forte (1881, B. n°61) d'après le tableau de Munkacsy (1844-1900).

« La Lecture du manuscrit », Eau-forte (1884, B. n°77 ; exposée à l'Exposition Universelle de 1889 sous le titre « UNE LECTURE CHEZ DIDEROT » n°2664, B. n°74) d'après un tableau de Meissonier appartenant à E. André.

« La Jeune Aveugle », Eau-forte (1897) d'après John Everett Millais avec l'Autorisation de la Corporation de Birmingham.

 

Récompenses & distinctions :

1876, Médaille de 3ème classe,

1885, Médaille de 2ème classe,

1889, Médaille d'argent à l'Exposition Universelle,

1898, Chevalier de la Légion d'Honneur,

1901, Médaille d'Honneur.

 

Bibl. :

Bellier, Auvray, « Dictionnaire général des Artistes de l'Ecole Française », vol.2, pp.108-109, 1882.

Beraldi, « Les graveurs du XIXe siècle », 1889, vol.10, pp.74-77

Gaïté Dugnat, Pierre Sanchez, « Dictionnaire des graveurs, illustrateurs et affichistes français et étrangers 1673-1950 », Ed. de L'Echelle de Jacob, Dijon, 2001, vol.4, pp.1813-1814.


Si vous possédez des informations sur Augustin Mongin, documents ou œuvres, en particulier les œuvres citées en majuscule merci de me contacter en cliquant sur ce lien hughes.brivet(*)alceste-art.com ou en le recopiant à partir de votre messagerie (*)=@.


N'hésitez pas à consulter notre Catalogue des œuvres disponibles, des ventes de gravures de Mongin peuvent être en cours.


L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation.


Partager cet article

Repost0
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 18:02

Pierre Arthur Morel

Jean Richepin (1849-1926)

« Miarka, la fille à l'ours » Jean Richepin, illustrations de Pierre Morel, Ed. Dentu, 1888.

Miarka & Pierre Morel

Charles Magnier & fils relieurs

 

Pierre Arthur Morel

Graveur à l'eau-forte et à la pointe sèche, élève d'Isidore Pils (1813-1875) et de Léopold Flameng (1831-1911), le parisien Pierre Morel après avoir débuté avec des peintures aux salons de 1880 et 1881, n'expose qu'une seule fois son œuvre gravé au salon de la Société des Artistes Français, celui de 1887 où il présente une gravure de la vieille bohémienne « La Vougne » (n°5184 du livret) qui apparait dans le roman « Miarka, la fille à l'ours » de Jean Richepin.

Jean Alboize note « A un roman de M. Jean Richepin, M. Morel a emprunté un bizarre personnage, la Vouque, « vieille bohémienne merlifiche et merligodgière », et en a rendu avec intensité le type étrange » (in « Le Salon - Gravure », L'Artiste, août 1887, Tome 2, p.125).

Bibl. :

Bellier, Auvray, « Dictionnaire général des Artistes de l'Ecole Française », vol. 2, p.125, 1882.

Beraldi, « Les graveurs du XIXe siècle », 1890, vol.10, p.121.

 

Jean Richepin (1849-1926)

Poète, romancier et auteur dramatique français, Jean Richepin trempe sa plume dans le vitriol d'écrits en écrits, notamment dans sa collaboration active au Gil Blas, mais il s'adoucit peu à peu avec le temps. Après "La Chanson des Gueux" où il est le premier à donner, aux lettrés, le goût de l'argot, Richepin nous propose ici, une monographie consacrée aux humbles et pittoresques bohèmes, paysans, truands qu'il affectionne tout particulièrement.

Charles Maurin (1856-1917, peintre auvergnat d'origine vellave, représenta, plusieurs fois, Richepin et sa famille dont il était ami. Nous reviendrons sur ce peintre dans une prochaine notice.

Voir le site que lui consacre Eric Mie. Nota : Ecoutez les trois textes de Richepin chantés par Mie (Le Vin Triste, Nativité, Le Mystère de la Création). UN REGAL...

 

« Miarka, la fille à l'ours » Jean Richepin, illustrations de Pierre Morel, Ed. Dentu, 1888.

A Paris - E. Dentu Editeur - Première édition illustrée 1888

 

Ouvrage orné de 28 Illustrations hors-texte de Pierre Morel, dont 6 Gravures à la pointe sèche, noir et bistre & de nombreuses illustrations dans le texte.

 

Reliure signée en queue du dos « Ch. Magnier & fils rel ».

Dos en chagrin sur 4 nerfs, très orné d'un décor polychrome & foisonnant avec cartouches dorés, deuxième cartouche de tête pour auteur & titre.

Plats en percaline rouge :

Premier plat avec encadrement doré en creux entourant nom de l'auteur en tête & « MIARKA la fille à l'ourse » en creux doré grande à coté d'une plaque polychrome à sujet unique (Miarka), & éditeur dans un cartouche en bas de plat (« E. DENTU » « EDITEUR » « 3 PLACE DE VALOIS-PALAIS ROYAL » « PARIS) ; plaque signée P Souze (pour Paul Souze)

Second plat avec large encadrement en creux & médaillon central avec devise " candidi ac tenaces ".

Papier moiré pour les pages de garde

 

tranches dorées, nouvelle édition illustrée par Jeanniot , 496 pages ,

In-8 (238 x 160mm) - 339 pages + planches - Typ. Ch. Unsiginger 83 rue du Bac Paris.

 

Deux coins supérieurs (droit pour le premier plat, gauche pour le second plat) légèrement émoussés)

Léger décollement du premier cahier (Frontispice, page de titre).

Intérieur avec les rousseurs habituelles sans atteinte ni au texte ni aux vues des eaux-fortes.

Très bel exemplaire digne d'une bibliothèque de collectionneur averti.

 

Miarka & Pierre Morel

Les six pointes sèches de Pierre Morel sont tirées sur des feuilles filigranées (h. 228*144mm).

Les vues sont de dimensions 120*80mm sauf la première, 117*80mm.

Trois gravures sont signées dans la planche (en bas à droite et à rebours pour la première, en bas à gauche « PIERRE MOREL del » pour la deuxième, en bas à droite pour la cinquième « PIERRE MOREL » ; La troisième, quatrième et dernière gravure ne sont pas signées.

Sur chacune, le Coup de Planche est bien prononcé 173*120mm.

Sous le Trait Carré à gauche « E. Dentu Ed. » à droite « Imp. A. Delâtre Montmartre ».

 

 

 

Charles Magnier & fils relieurs

La maison « Charles Magnier & fils » succède, le 1er janvier 1887, à l'atelier de Charles Magnier qui s'est adjoint ses trois fils (Ernest, Henri & Paul) et dégage un chiffre d'affaire de un million de francs de l'époque.

Charles Magnier est né à Cambrai le 10 juin 1821. Après avoir travaillé chez plusieurs maîtres, il ouvre son propre atelier en 1853.

Charles Magnier décède le 29 mai 1904. Renseignements recueillis auprès du peintre et poète vichyssois, Annick Ranvier, relieur de son état.

 

 

 

 

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Blog d'HABEO Art et Estampes
  • : Flâneries littéraires, artistiques et autres errances auprès des artistes peintres et graveurs de 1830 à 1930, et, de quelques coups de coeur contemporains
  • Contact

En visite avec alceste

Il y a actuellement    promeneur(s) sur ce blog

Estamp'Art

Le catalogue en ligne de la Galerie hAbEO

logo Cliquez sur l'image pour le consulter et passer vos ordres d'achat de gravures, dessins, peintures ou livres.

Contacts

Vous souhaitez

SIGNALER un artiste, une oeuvre, une erreur
, cliquez ici.

VOUS RENSEIGNER sur un artiste, une oeuvre, cliquez ici.

VENDRE ou ACHETER une oeuvre, cliquez ici.

SUIVRE notre actualité avec Follow hjb03 on Twitter

Côte d'Artistes

artprice