Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog d'HABEO Art et Estampes

Album Estampes 18e siècle

Rédigé par Hughes Brivet Publié dans #Art, #Autour d'une Estampe, #Graveur, #album

Pierre-François Basan

(Paris, 23 octobre 1723 † 12 janvier 1797)

Élève d’Étienne Fessard, puis de Jean Daullé

« Louis XV, roi de France »

Portrait de face tourné vers la droite,

Bordure ovale sur fond rectangulaire « Louis XV, roi de France » Gravure en taille-douce sur vélin de Pierre-François Basan d'après J. H. le Moine (Lemoine) État sans l'adresse d’Odieuvre (3ème état). La feuille 309*218 mm, au TC 145*100 mm. Bibl. : Portalis, Vol. 1, p. 107-125 ; IFF17, Vol. 2, p. 90, n°233. 

Étienne Baudet & Nicolas Poussin

Étienne Baudet (1638 † 1711) d’après Nicolas Poussin (1594 † 1665)

« Paysage sicilien avec Polyphème » (XVIIe)

Estampe de traduction, épreuve du 4e état d'une suite de quatre paysages, Dim. : l’épreuve 72*95 cm, au CP 57*75 cm, encadrée 83*104 cm. Épidermures sans atteinte au sujet. Bibl. :  IFF1600, vol. 1, p. 296, n°54-57.

Johann Martin Bernigeroth

(Leipzig, 7 novembre 1713 † Leipzig, 22 février 1767)

« Portrait d’homme » (1741)

En buste, de 3/4 dirigé vers la droite,

sur le piédouche Baclius hic ille est, cuius dum scriptavigebunt, | Lis erit, oblectent, erudiantne magis ? | de la Monnoye. Estampe/Burin. Dim. : la feuille 40*28 cm, au TC 322*215 mm, au CP 330*223 mm. Sous le TC, à d, J. M. Bernigeroth Sc. Lipsix 1741.Pliure horizontale, petites salissures dans les marges.

Nicolas Bonnart

(Paris, 1646 ou 1647 † 1718)

Frère de Robert, Nicolas Bonnart (né vers 1637 selon élève de Van der Meulen (cf Lieure pp. 135, 141), successeur de son père Henri (1642 +1682) rue St Jacques à l'enseigne de l'Aigle vers 1674.

« L'Ange gardien »

Estampe/Burin.

Dans la cuvette sous le TC à g A Paris chez N. Bonnart fils, à d rue S. Jacques a l'Aigle, en dessous au centre L'ANGE GARDIEN, en bas sur 2 col. (sic) Parmi tan de dangers, St Ange du Seigneur | Qu'avec vôtre secours, jamais je ne megare : Conduisez moy si bien, que j'arrive au bonheur | Que deja vous tenez, et que Dieu me prepare. Notre épreuve : vergé avec pontuseaux verticaux, feuille non ébarbée, traces de pliures, déchirures sans manque le long du CP à gauche, dans la marge inférieure à droite, petits trous en haut du sujet à gauche dans l'encadrement, dans le ciel au tiers gauche au niveau de la chevelure, dans l'ombre de l'aile gauche, dans le premier arbre à droite. Dim. : la feuille 420*285 mm, au TC 282*199, au CP 310*205. Bibl. : IFF1600, vol. 1, p.395-447.

Jacques Chéreau (XVIII° siècle)

Célèbre dynastie de graveurs et marchands d'estampes, les Chéreau furent actifs au XVIII° siècle. Jacques Chéreau, dit Chéreau le jeune, naquit à Blois en 1688. C'est auprès de son frère François Chéreau (1680 1729) qu'il apprit le métier de graveur. Avec un fonds de plus de 3 000 planches gravées, il fut l'un des graveurs, éditeurs et marchands d'estampes les plus prolifiques de son époque. Bibl. : Portalis, vol. 1, p. 378-385.

« Colbert évêque de Montpellier »

Gravure de François Chéreau ( en 1729 à 48 ans) d'après le peintre Jean Raoux (1677 † 1734). « Les Portraits que Fr. Chéreau a gravés méritent préférablement d'être recueillis par les amateurs » p.59. Fondateur de la dynastie, il est agréé à l’Académie le 25 mai 1715. Pliures, déchirures. Bibl. : IFF1700, vol. 4, p. 317-331.

 

 

 

 

 

 

 

« Cibavit illum dominus… »

Gravure de François Chéreau

(1680 en 1729), rehauts de couleurs. Avec la lettre sous le TC « A Paris chez la Vve de F. Chéreau rue S. Jacques aux 2 Piliers d’or ». Notre épreuve contrecollée sur carton d’encadrement. Dim. : 318*238 mm. 

Pierre Daret

(Paris, 1604 Dax, 1675)

« François Hannibal » (1655)

Gravure au burin par Pierre Daret ; sous le portrait une inscription, autour des armes, donnant l'identité du modèle « François HANNIBAL Seigneur d'Estrèes, Marquis de | Coeuures, preer Baron et Seneschal de Boulenois, preer et plus ancien | Mareschal de France, Cheer des deux ordres du Roy, a commandé diuerses fois | les armées de sa Maté en la Vatoline, l'an 1630, il assista le Duc de Mantoue et resista | valeureusement près d'un an contre l'armée Impérialle, il eut la conduite des trou | pes du Roy qui assiegerent et prirent la ville Electorale de Treves il a ésté employé | en diverses charges Ambassades et négociations importantes, mesme de l'Ambassa | de extraordinaire à Rome sous le Pape Urbain 8 ». Avec l'adresse, à la limite inférieure du cuivre « A present ce vendent chez Louis Boisseuin rue St Iaques proche St Severin | A Paris chez Daret 1655 avec privilege du Roy ». Bibl. : IFF XVII, vol.3, p.278, n°254.

Jean Daullé

(18 mai 1703 † 20 avril 1763)

Graveur au burin de portraits, Jean Daullé est agréé et reçu à l’Académie le 2 juin 1742.

« F. F. de Salm-Reifferscheid, évêque de Tournai » (1740)

Portrait de l’évêque de Tournai (de 1732 à 1770) en buste de ¾ à gauche, dans une bordure ovale avec l’inscription FRAN. S. R. IMP. COM. IN SALM. EPUS. TORN. &c. sur un socle où est gravé à gauche Gravé par J. Daullé en 1740, au centre un cartouche aux armes. Dim. : la feuille 260*210 mm, au TC 220*162 mm, au CP 240*173 mm. Bibl. : Deslignières, n°88 ; IFF1700, vol. 6, p. 62-133, n°43.

Étienne Jahandier Desrochers

(1668 † 1741)

« Anne de Bretaigne » [sic]

Portrait de profil gauche d'Anne de Bretagne,

Bordure ovale sur fond rectangulaire « Anne de Bretaigne | Reine de France Épouse de | Charles 8, née à Nante l’an 1476 | Elle mourut au Château de | Blois l’an 1514 » par Étienne Jahandier Desrochers à Paris chés (sic) Daumont rue St Martin. Gravure en taille douce, au burin sur Vergé avec filigrane. Dim. : La feuille (non ébarbée en bas et à droite) 270*213 mm, au TC 144*99 mm. Petites pliures marge inférieure à gauche. Ce portrait se retrouve dans l'Almanach Dauphin (Paris, Guillaume, 1751, in-8°).

Feradiny

(1724 ?) Claude (ou Jean-François). Bibl. : Basan, 1789, vol. 1 p. 212.

« Le Petit Passage »

Burin par Feradiny d’après Claude Gellée, dit « le Lorrain » (Champagne 1600 Rome, 1682). Notre épreuve : sur vergé avec pontuseaux à l’horizontale ; la feuille h. 350*482 mm, au TC 287*451, au CP 308*468 mm. Sous le Trait Carré à gauche « Cl. Lorrain pinxit » à droite « Feradiny Sculp. », en dessous au centre « LE PETIT PASSAGE / Peint par Claude Lorrain de meme grandeur » (sic) à droite « A Paris chez Mondhard rue St. Jacques à S. Jacques ». Hist. : Feradiny a souvent interprété Claude Gellée.

 

Jacques Grasset de St Sauveur (1757 † 1810)

« Fille Wotyake » (1788)

Gravure à l'aquatinte de Labrousse

d’après un dessin de Grasset de St Sauveur imprimée sur papier vert pour l’Encyclopédie des voyages contenant l'abrégé historique des mœurs, usages, habitudes domestiques, religions, fêtes, supplices, funérailles, sciences, arts, et commerce de tous les peuples : et la collection complète de leurs habillemens civils, militaires, religieux et dignitaires, dessinés d'après nature, gravés et coloriés à l'aquarelle, Paris, Pavard, 1788, 4 vol. Coloriée à la main à l'époque. Dim. : le sujet 176*115 au CP 212*151.

 

 

 

 

« Femme Wotyake » (1788)

Gravure à l'aquatinte de Labrousse d’après un dessin de Grasset de St Sauveur

imprimée sur papier vert pour l’Encyclopédie des voyages contenant l'abrégé historique des mœurs, usages, habitudes domestiques, religions, fêtes, supplices, funérailles, sciences, arts, et commerce de tous les peuples : et la collection complète de leurs habillemens civils, militaires, religieux et dignitaires, dessinés d'après nature, gravés et coloriés à l'aquarelle, Paris, Pavard, 1788, 4 vol. Coloriée à la main à l'époque. Dim. : le sujet 171*115 au CP 212*151.                                                                                      30 €

Jacques-Philippe Le Bas

(Paris, 8 juillet 1707 14 avril 1783)

Dessinateur et graveur à l’eau-forte et au burin. Charles Le Blanc a recensé 539 pièces. Bibl. : Basan ; Le Blanc, vol. 2, p. 510-515 ; Portalis, vol. 2, p.564-592.

 « Vue d'un ancien port d'Athènes appelé Phalere »

Une des 23 planches gravées par Le Bas d’après Le Roy ayant pour sujet la Grèce. Notre épreuve : La feuille 350*480 mm, au TC 287*452, au CP 307*470. Bibl. : Le Blanc, n°346-369.

Le Cœur

« Catinat »

Gravure d’après des Rais ; inscription donnant l'identité du modèle : CATINAT | Maréchal de France.

Jean Le Roy

« Arbre encyclopèdique de la Seconde Région » (1787)

« Sciences, Arts et Talents, | dépendants du sens Moral. | 2e Traité de la raison dans l’Homme | 5e Volume Année 1787 ».

Planche pour l’ouvrage de l’abbé Étienne Brémont (1714 † 1793) « De La Raison Dans L’Homme : Ouvrage où l'on examine l'étendue de ses connoissances, les bornes de ses facultés, les forces de ses motifs, l'origine de ses doutes et les causes de ses erreurs, les principes de sa certitude, et les fondemens de sa science. Seconde Région. Les Mœurs. La Législation. Seconde Traité : De la Raison dirigée dans la recherche du bien, par le Sens moral » (Paris, Veuve Herissant, 1787. Dim. : la feuille 303*220 mm, le sujet 278*193 mm. Petites salissures ne nuisant pas à la lecture. Pliures verticales et horizontales d’usage. 

Mirel

« L'Accordée du village »

Estampe/Burin par Mirel

d’après Jean-Baptiste Greuze (Tournus, 1725 † Paris, 1805). Lettre découpée autour du blason. Enrichie d’une annotation autographe au dos, coin supérieur droit, Mon fils recevez cette bourse | Elle est légère, mais, en la ménageant | bien| Et si, pour le travail vous ne négligez | rien | D’un riche trésor c’est | la | source | xxx somme modique est un excellent lot | Avec le don de votre fille | Je n’oublierai jamais que sa meilleure | dot | Sont les vertus de sa famille. Le tableau du salon de 1761, conservé au musée du Louvre, a été commenté par Diderot : C'est un père qui vient de payer la dot de sa fille. Le sujet est pathétique, et l'on sent gagner une émotion douce en le regardant. La composition m'en a paru très belle ; c'est la chose comme elle a dû se passer. Il y a ici douze figures ; chacune est à sa place, et fait ce qu'elle doit. Comme elles s'enchaînent toutes ! Comme elles vont en ondoyant, en pyramidant ! Je me moque de ces conditions ; cependant quand elles se rencontrent dans un morceau de peinture par hasard, sans que le peintre ait eu à la pensée de les introduire, sans qu'il leur ait rien sacrifié, elles me plaisent. Nota : la gravure est dans le même sens que le tableau original réalisé par Greuze, deux ans après son propre mariage, pour le marquis de Marigny, Directeur des bâtiments du Roy. Dim. : 40*46 cm.

Francesco Morelli (1768 † 1832)

Francesco Morelli dit François Morel

« Veduta del Ponte Lucano » (c. 1790)

« su la viatiburtina, il quate su rifatto da Tiberio Paluzio che presso del Ponte si vedeil Sepolcro della sua famiglia ». Gravure d’après Jakob Philipp Hackert (Prenzlau, 5 septembre 1737 † San Piero di Careggi, 28 avril 1807). Notre épreuve : Le titre est imprimé dans les deux langues : Italien/Français « Vue du Pont Lucano sur la voie Tibertine, fait refaire par tibere Plautius on voit près du Pont le Tombeau de cette Maison », In Roma presso Agapito Frazetti at Corso. Trois petites déchirures dans les marges avec atteinte au sujet (2 en haut, 1 à droite) sans nuire à la lecture.

Bernard Picart le Romain (1673 † 1733)

« Pèlerinage au tombeau du Diacre Paris » (1730)

Eau-forte. Au bas de la planche : « Approchez de ce tombeau, Chrestiens, et venez reconnoitre les merveilles d'un Dieu qui y ouvre le trésor de ses grâces ». Hist. : François de Pâris (Paris, 30 juin 1690 Paris, 1er mai 1727). Nota : La notice BNF n'indique pas le nom de l'auteur de la gravure. Dim. : la feuille 290*404 mm, au CP 264*396. François de Pâris; 18e siècle; Religion; Christianisme; Jansénisme; Personnalités; Scènes historiques; Miracles; Maladies; Convulsionnaires;

Sélis

« Planche 2e. Clovis le grand. Clotaire Premier. Childebert Premier. Chilperic Premier. Cherebert ».

Portraits en buste aves éléments biographiques en dessous. Avec représentation gravée du baptême de Clovis à Reims.

Épreuve sur feuille vergé non ébarbée, Série : Portraits des rois de France depuis Pharamond jusqu'à Louis XIV. À Paris chez Sélis rue S. Dominique faubourg S. Jacques. Nota : Les figures sont inversées par rapport à l’édition vendue « à Paris chez Berey, graveur, rue S.t-Jacques devant la rue du Plastre en la maison dite la vieille poste au 2.e appartement 1711. Avec permission et approbation ». Sur Vergé, la feuille, non ébarbée, 407*26é mm, au TC 260*170 mm, au CP 266*180 mm. Au-dessus du TC à d « planche 2 », en-dessous du TC à g « à Paris chez Selis rue S. Dominique faubourg S. Jacques ».

 

 

 

 

 

« Planche 9. Philippe Trois dit le Hardi. Philippe Quatre dit le Bel. Louis X dit Hutin. Philippe Cinq dit le Long. Charles Quatre dit le Bel ».

Portraits en buste aves éléments biographiques en dessous. Avec représentations gravées du « Palais bâti de neuf pour Philippe de Bel »

et des « Chevaliers de l’ordre des Templiers brûlés pour leurs impiétés ». Série : Portraits des rois de France depuis Pharamond jusqu'à Louis XIV. À Paris chez Sélis rue S. Dominique faubourg S. Jacques. Sur Vergé, la feuille, non ébarbée, 407*265 mm, au TC 260*170 mm, au CP 266*180 mm. Au-dessus du TC à d « Planche 9 », en-dessous du TC à g « à Paris chez Selis rue S. Dominique faubourg S. Jacques ».

 

 

 

 

 

 

 

 

« Planche X. Branche des Valois. Philippe de Valois. Jean Premier. Charles Cinq. Charles Six ».

Portraits en buste aves éléments biographiques en dessous.

Série : Portraits des rois de France depuis Pharamond jusqu'à Louis XIV. À Paris chez Sélis rue S. Dominique faubourg S. Jacques. Sur Vergé, la feuille, non ébarbée, 410*263 mm, au TC 270*170 mm, au CP 289*184 mm. Au-dessus du TC à d « Planche X ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Planche XI. Charles VII. Louis XI. Charles VIII. Louis XII ».

Portraits en buste aves éléments biographiques en dessous. Avec représentation gravée du « supplice de la Pucelle d’Orléans (Jeanne d’Arc) à Rouen ». Série : Portraits des rois de France depuis Pharamond jusqu'à Louis XIV. À Paris chez Sélis rue S. Dominique faubourg S. Jacques. Sur Vergé, la feuille, non ébarbée, 410*263 mm, au TC 270*172 mm, au CP 282*189 mm. Au-dessus du TC à d « Planche XI », en-dessous du TC à g « à Paris chez Selis rue S. Dominique faubourg S. Jacques ». Photo.

 

Johann Wilhelm Weinmann (1683 † 1741)

 

« Artemisia » (c.1740)

Planche n°xxx de l'ouvrage « Iconographia Phytanthoza » 

réalisé entre 1737 et 1745 ; gravure sur vergé rehaussée à la main dimensions au cuivre...

 

 

Franz Edmund Weirotter (1733 † 1771)

(Innsbruck, 29 mai 1733 † Vienne, 11 mai 1771)

Peintre, dessinateur, graveur autrichien.

« Paysage »

Estampe/Eau-forte. Au TC 63*120 mm, au CP 70*127 mm, la feuille 78*137 mm. Signée à la pointe dans la cuvette au centre, à droite du coin inférieur droit dans la cuvette le chiffre 7. 

 

X

« Les principaux ouvrages de Mr l'évêque de Montpellier » (1734)

Gravure. Charles-Joachim Colbert,

évêque de Montpellier Colbert, évêque de Montpellier et la transfiguration de ses œuvres en langues de feu Estampe publiée dans les Nouvelles ecclésiastiques, De 1728 à 1803 une revue clandestine d'une rare violence enflamme les débats. Créées pour défendre la réalité des miracles du diacre Paris et des convulsions du cimetière Saint Médard de Paris, les Nouvelles ecclésiastiques sont bien sûr interdites, mais grâce à une organisation sans faille, elles se faufilent partout. Dim. : 275*226 mm (collée sur carton aux angles, déchirure, sans manque de 3 cm en hd à la limite des flammes sous les lettres LLIER).

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :