Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog d'HABEO Art et Estampes

Lajos Szanto dit Louis Szanto (1889 -1965)

26 Novembre 2008 , Rédigé par Hughes Brivet Publié dans #Graveur

Lajos Szanto dit Louis Szanto (1889 Vac, Hongrie -1965)

 

Peintre paysagiste et de marines ainsi que de figures, aquafortiste, Lajos Szanto est né en 1889 à Vac (Hongrie).

Il étudie l’art, comme nombre de ses contemporains dont son compatriote Julius Pincas dit Pascin, à Vienne et Budapest.

Après la Première guerre mondiale, durant laquelle il fut incorporé dans l’armée Autrichienne, il commence à peindre et parcourt l’Europe, des pays baltes à la France en passant par la Hollande et l’Italie, où il expose dans de nombreux centres. De ses voyages, il rapporte des vues gravées d’Allemagne, d’Italie et surtout de la France dans les années 1920.


Szanto fuit la Grande Dépression au début des années 1930 et s’installe aux Etats-Unis où il produit de nombreuses œuvres principalement des paysages et des figures. Il collabore également avec l'artiste Andrew Karoly pour la réalisation de fresques.

 

Les dernières œuvres de cet artiste misent en vente sur le marché sont des estampes de sa période européenne : Une vue monumentale de Rouen (L’Horloge, 320 * 235mm) a atteint 320$ (environ 250€) en septembre dernier, un "Nu" est également apparu sur le marché allemand.

Voir la "Chaumière au bord de l'étang" en illustration de cette notice.


Voir notre catalogue des oeuvres disponibles.

Si vous possédez des informations sur cet artiste, documents ou oeuvres, merci de me contacter par courriel en cliquant sur ce lien ou en recopiant l'adresse à partir de votre messagerie.
L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article