Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog d'HABEO Art et Estampes

Flore artificielle, eau-forte de L. Legrand (1863-1951)

16 Décembre 2008 , Rédigé par Hughes Brivet Publié dans #Autour d'une Estampe

Eau-forte originale : La feuille h. 279*186mm, au TC 235*154, au CP 245*164. Dans la planche, titre en bas à gauche et signature en bas à droite dans la jupe.

Hist. : tirée pour La Gazette des Beaux-arts, septembre 1896.

Peintre, Aquarelliste, Pastelliste, Graveur à l'eau-forte et à la pointe sèche, Lithographe, Illustrateur, Louis Auguste Mathieu Legrand, né à Dijon en 1863, multiplie tous les moyens d'expression avec une égale aisance quand il ne fait pas œuvre novatrice. Aussi, Beraldi le qualifie de « virtuose de la taille-douce ».

En 1896, son biographe Erastène Ramiro recense déjà quatre-vingt quinze eaux-fortes et dix-sept lithographies à l'actif de cet artiste, jeune trentenaire, qui débuta dans l'illustration aux côtés de Willette et Forain pour Le Courrier Français. Ces gravures sont biens souvent réunies en albums : « Le Cap de la Chèvre » avec quatorze lithographies sur des sites bretons, « Cours de danse fin de siècle » onze eaux-fortes illustrent le texte d'E. Ramiro, « Les Petites du ballet » suite de douze eaux-fortes...

De même, l'œuvre Legrand ne se restreint pas à un genre, sa vision s'étend des modernités parisiennes à la vie, quotidienne et traditionnelle, des paysans ou des marins, contribuant ainsi à « reconstituer le visage d'une époque » comme l'écrit Claude Roger-Marx qui ajoute « Legrand n'a pas été sans subir l'érotisme et le satanisme de Félicien Rops (note : dont il a été l'élève après l'Ecole des Beaux-arts de Dijon), atténués par les influences de Degas et de Lautrec ». Louis Legrand sait remonter le temps pour étaler ses convictions puisées dans le Nouveau-Testament et nous émeut pour le moins avec Le Christ ou sa vision mystique et personnelle de la Mater Inviolata.

Louis Legrand expose régulièrement de 1899 à 1913 puis en 1922 et 1944 dans les salons de la Société Nationale des Beaux-arts ou les expositions de la Société des Peintres Graveurs Français ainsi qu'à l'Exposition Universelle de 1900. Legrand décède en 1951 à Livry-Gargan.

Bibl. :

Beraldi, Les graveurs du XIXe siècle, 1889, vol.9, pp.88-92.

Roger-Marx, La gravure originale au XIXe siècle, Somogy, Paris, 1962, pp.171, 173.

Dugnat, Pierre Sanchez, Dictionnaire des graveurs, illustrateurs et affichistes français et étrangers 1673-1950, Ed. de L'Echelle de Jacob, Dijon, 2001, vol.3, pp1501-1504.


Consultez notre Catalogue des œuvres disponibles. Des ventes de gravures de Legrand peuvent être en cours.

 

L'utilisation et la reproduction, totale ou partielle, de la présente notice, et plus généralement des notices contenues sur ce site, ainsi que les reproductions des œuvres qui nous appartiennent, sont soumises à nos Conditions Générales d'Utilisation.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article